Imprimer

« Compartir »: L’évidence que la Providence se lève plus tôt que le soleil

on 06 Avr, 2019
0
0
0
s2sdefault

Régión d'Urabá (Colombie), 06/04/2919, Sr. Carolina María Agudelo A.- COMPARTIR est né en 1994, à une époque où l’Urabá est devenu l’épicentre du conflit armé en Colombie. Cette violence politique qui a généré de gros problèmes sociaux et l’augmentation des victimes, demandait une intervention urgente, ce qui a animé Msg. Isaías Duarte Cancino à créer un Centre d’Urgence pour l’attention des victimes de la violence, notamment des veuves et des orphelins. 

Les Sœurs Dominicaines de la Présentation, Province de Medellín, avec Sr. Carolina María Agudelo A. en tête, ont répondu à cet appel. D’abord à la commune d’Apartadó, s’étendant peu à peu jusqu’à arriver en 1999 à un total de 11 villes de la sous-région d’Urabá : Mutatá, Chigorodó, Carepa, Apartadó, Currulao, Nueva Colonia, Turbo, Necoclí, Arboletes, San Pedro de Urabá et Riosucio, desservant environ 2 000 veuves et 6 000 enfants, qui ont maintenant un endroit où ils reçoivent une attention complète. Aujourd’hui et en tenant compte que le phénomène du déplacement forcé est toujours présent dans la Région, COMPARTIR élargit ses services vers la population affectée avec une proposition d’attention intégrale qui assure la dignité des familles et leur développement social et l’économique.

Cette proposition inclue les programmes de :
• Santé mentale : son but est de prévenir et traiter les manifestations psychologiques perturbatrices chez les veuves et les orphelins bénéficiaires de COMPARTIR.
• Foyer journalier : son but est l’attention intégrale des filles et garçons qui participent aux activités du Centre.
• Jardin d’enfants : pour l’attention des mineurs de cinq ans, filles et garçons.
• Parrainage : c’est un réseau de soutien par lequel les parrains, à travers une contribution économique volontaire, généreuse et continue, facilitent le développement personnel et familial des enfants victimes de la violence.
Soirées de COMPARTIR : espace créé et recréé par les veuves dont l’objectif est de promouvoir des thèmes et des activités d’éducation au niveau d’organisation communautaire, participation, autonomisation des femmes et tout cela que puisse les aider à assumer leurs responsabilités de façon plus active.
• Formation pour l’emploi : son objectif est d’assurer la qualification de la main d’œuvre et de promouvoir la création de formes de travail associatives comme alternative pour améliorer la qualité de vie des veuves inscrites à la Fondation.
• Programme de logement digne : si bien il a pour but d’améliorer les relations familiales et du voisinage, il a aussi pour but de donner une solution de logement digne pour les familles victimes de la violence dans les Communes où fait présence COMPARTIR.

 Premier terrain synthétique à ChigorodóPremier terrain synthétique à Chigorodó

Ces programmes sont suivis de près par une équipe interdisciplinaire de professionnels qui, animés par la devise institutionnelle « les pauvres ne méritent pas une pauvre attention » font de leur mieux pour que les résultats de chaque programme bénéficient à l’ensemble de veuves, orphelins et personnes déplacées qui font partie de la Fondation COMPARTIR. Mais l’aide ne s’arrête pas là, l’institution leur offre des conseils juridiques et l’accompagnement permanent aux familles pour qu’elles puissent avoir une stabilité socio-familiale. Avec la certitude de que « de demain je sais seulement que la Providence se lève chaque jour plus tôt que le soleil », COMPARTIR voudrait continuer à donner une réponse effective à tant de femmes et d’enfants qui y trouvent le chemin pour donner à leurs vies le vrai sens.

Cliquez sur les flèches pour se déplacerCliquez sur les flèches pour se déplacer