Lectio Divina : Deuxième Dimanche de l'Avent - Cycle B

on 03 Déc, 2020
Affichages : 1563

Rome (Italie), SR. HERMINIA RINCÓN MARÍN, 6 décembre 2020.- « Monte sur une haute montagne, messagère de Sion : élève et force la voix, messagère de Jérusalem ; élève la voix, ne crains pas, dis aux villes de Juda : « Voici votre Dieu ! ». Jean-Baptiste est l'une des grandes figures de l'Avent. Par sa présence et sa prédication, il annonce l'arrivée du Messie et l'inauguration des temps nouveaux de justice et de paix qui réjouiront le cœur des gens et renforceront l’espérance en la promesse du salut.

L'invitation à la conversion est la façon pour Jean-Baptiste de préparer la venue du Sauveur ; préparer le chemin et redresser ses sentiers, c’est de s'ouvrir à la grâce du pardon et à la vie de l'Esprit offerte par le Seigneur.
 
TÉLÉCHARGER EN PDF: 
Lectio Divina 06/12/2020 fr Download
 

Le temps de l'Avent est l'occasion que nous offre l'Église de prendre conscience de cette vérité, de renforcer notre espérance et de nous ouvrir à la grâce. S'il est vrai que nous sommes invités à le découvrir dans la richesse de la liturgie, il est également vrai que nous devons le découvrir dans ces moments de crise, de transformation, de souffrance et de douleur dans lesquels vivent nos peuples, mais également d'espérance et de confiance dans l'amour miséricordieux de Dieu toujours à l'œuvre dans le monde et dans l'histoire. Comme les disciples de Jean, nous devons être attentifs à le découvrir dans chaque situation, à le suivre et, avec notre vie, à le signaler aux autres.

L'INVOCATION DU SAINT ESPRIT

Seigneur, fais que mon esprit et mon cœur s'ouvrent à ton Esprit pour accueillir ta Parole, aiguise mes sens pour savoir écouter, voir et sentir dans mon histoire et dans l'histoire de l'humanité, ta présence aimante et salvatrice, pour découvrir dans ta Parole les chemins de vie nouvelle que tu as préparés pour nous.

EVANGILE

Marc 1, 1- 8 : « Commencement de l’Évangile de Jésus-Christ, Fils de Dieu. Il est écrit dans Isaïe, le prophète : Voici que j’envoie mon messager en avant de toi, pour ouvrir ton chemin. Voix de celui qui crie dans le désert : Préparez le chemin du Seigneur, rendez droits ses sentiers. Alors Jean, celui qui baptisait, parut dans le désert. Il proclamait un baptême de conversion pour le pardon des péchés. Toute la Judée, tous les habitants de Jérusalem se rendaient auprès de lui, et ils étaient baptisés par lui dans le Jourdain, en reconnaissant publiquement leurs péchés. Jean était vêtu de poil de chameau, avec une ceinture de cuir autour des reins ; il se nourrissait de sauterelles et de miel sauvage. Il proclamait :« Voici venir derrière moi celui qui est plus fort que moi ; je ne suis pas digne de m’abaisser pour défaire la courroie de ses sandales. Moi, je vous ai baptisés avec de l’eau ; lui vous baptisera dans l’Esprit Saint. »

DIVISION DU TEXTE POUR UNE MEILLEURE COMPRÉHENSION

Marc 1, 1 : Ouverture et titre de l'Évangile de Marc.

Marc 1, 2-3 : Citation des prophètes Malachie et Ésaïe.

Marc 1, 4-5 : Contenu et répercussion de la prédication de Jean-Baptiste.

Marc 1, 6-8 : Signification de la prédication de Jean-Baptiste.

Marc 1, 1 : Dans la première phrase de son Évangile, Marc dit : « Début de l'évangile de Jésus, Fils de Dieu ! » (Mc 1, 1).  A la fin de l'évangile, au moment de la mort de Jésus, un soldat romain s'exclame : « En vérité, cet homme était Fils de Dieu ! (Mc 15, 39). Au début et à la fin, il y a ce titre de Fils de Dieu. Entre le début et la fin, tout au long des pages de l'évangile, Marc clarifie la manière dont cette vérité centrale de notre foi doit être comprise et annoncée : Jésus est le Fils de Dieu.

Marc 1, 2-3 : La semence de la Bonne Nouvelle est cachée dans l’espérance du peuple. Pour indiquer le début de cette Bonne Nouvelle, Marc cite les prophètes Malachie et Esaïe. Dans les textes de ces deux prophètes apparaît l'espérance qui habitait le cœur des gens au temps de Jésus. Le peuple attendait que le messager, annoncé par Malachie, vienne préparer le chemin du Seigneur (MI 3, 1) ; Cela avait également été proclamé par le prophète Isaïe qui dit : « Voix de celui qui crie : Préparez le chemin du Seigneur, aplanissez ses sentiers » (Is 40, 3). Pour Marc, la semence de la Bonne Nouvelle est l’espérance suscitée dans le peuple par les grandes promesses faites dans le passé par les prophètes. Jusqu'à présent, l'espérance du peuple est le crochet auquel la Bonne Nouvelle de Dieu est attachée ; pour savoir comment commencer la proclamation de cette Bonne Nouvelle, il est important de découvrir l'espérance que le peuple a dans son cœur.

Marc 1, 4-5 : Le mouvement populaire suscité par Jean-Baptiste fait grandir l'espérance du peuple avec l'appel à la conversion et le témoignage de sa vie. Toute la région de la Judée et tous les habitants de Jérusalem allaient à la rencontre de Jean ! Marc utilise les textes de Malachie et d'Isaïe pour éclairer ce mouvement et indique qu'avec la venue de Jean-Baptiste, l'espérance du peuple commence à trouver une réponse et à se réaliser. La semence de la Bonne Nouvelle commence à germer, à croître.

Marc 1, 6-8 : Jean-Baptiste est le prophète Élie que le peuple attendait. Il a été dit du prophète Élie qu'il était venu pour préparer la voie du Messie en « ramenant le cœur des pères vers leurs fils et le cœur des fils vers leurs pères ». (MI 3, 24 ; Lc 1, 17), c'est-à-dire qu'ils s'attendaient à ce qu'Élie vienne reconstruire la vie communautaire. Elie était connu comme « un homme vêtu de peaux et ayant une ceinture de cuir autour de la taille » (2 Rois 1, 8). Marc dit que Jean était habillé de peaux de chameau. Il indiquait clairement que Jean-Baptiste était venu pour accomplir la mission du prophète Élie (voir Mc 9, 11-13). Dans les années 70, lorsque Marc écrivait, beaucoup de gens pensaient que Jean le Baptiste était le Messie (voir Actes 19, 1-3). Pour les aider à discerner, Marc cite les paroles de Jean lui-même : « Après moi vient celui qui est plus fort que moi et dont je ne suis pas digne de délier les sandales. Moi je vous ai baptisé avec de l’eau, lui, il baptisera avec le Saint-Esprit » (Mc 1, 7)

SILENCE- MÉDITATION

JE PERMETS AU SEIGNEUR DE ME PARLER, J'ENTENDS SA VOIX. J'OUVRE MON CŒUR À SA PAROLE 

Marc suggère de lire l'histoire avec les yeux de l’espérance. La semence de la Bonne Nouvelle de Dieu est cachée dans notre vie, dans notre passé, dans ce que nous vivons. Le peuple de la Bible avait cette conviction : Dieu est présent dans nos vies. C'est pourquoi ils étaient intéressés par le souvenir des événements et des personnes du passé. Perdre la mémoire de son passé, c'est comme perdre son identité, ne pas savoir d'où l’on ne vient ni où l'on va. Ils lisaient les événements du passé pour apprendre à lire ceux du présent et pour découvrir en eux les signes du Royaume, et de la présence de Dieu.

C'est ce que fait Marc au début de l'évangile. Il essaie de découvrir les faits et indique le fil de l’espérance qui venait de l'Exode, de Moïse, en passant par les prophètes Élie, Isaïe et Malachie, jusqu'à ce qu'il atteigne Jean-Baptiste qui voit en Jésus celui qui réalise l’espérance du peuple.

Arrêtons-nous un instant sur notre histoire personnelle et demandons-nous : au cours de notre vie, sur quoi s'est fondée notre espérance ?

Au cours de notre vie, avons-nous vu se réaliser l’espérance qui nous habite ? Comment l'avons-nous perçu ?

PRIÈRE

La prière est la réponse à la voix de Dieu en nous, au message de sa Parole aux inspirations de l'Esprit. En ce moment historique et liturgique que nous vivons, quels sentiments l'Esprit suscite-t-il dans notre intérieur qui nous font louer, remercier ou prier le Seigneur ? 

PRIÈRE PERSONNELLE

VIENS, SEIGNEUR, NE TARDE PLUS

(Du Jonchay/Bayard) 

Refrain :   Viens Seigneur, ne tarde plus !
                        Hâte le jour de ton retour,
                        Fais lever sur terre la splendeur de ta Gloire.

 

  1. Le Seigneur vient, aplanissez sa route,

    Préparez les chemins de votre Roi,

    Pour qu’il vous trouve éveillés, à son retour des Noces.

  1. Ouvrez large la porte de vos cœurs

    Car il vient notre Sauveur,

    Toute chair verra le salut de Dieu.

  1. Joie au ciel, exulte la terre,

    Le Seigneur Dieu vient bientôt.

    Heureux ceux qui croient à l’accomplissement de sa Parole !

  2. Gardez vos cœurs vigilants, vos lampes allumées :

    Sur vous se lèvera le Soleil de Justice,

    Portant la guérison dans son rayonnement.