Pastorale des vocations

Marie Poussepin, était une femme qui, en entendant l'appel du Seigneur, a répondu aux besoins de l'époque. Elle quitte Dourdan, petite ville prospère où elle est née, pour aller habiter l’humble village de Sainville, au cœur de la Beauce alors ravagée périodiquement par la guerre, la disette et les épidémies et où « l’ignorance était grande, pour ne rien dire de plus ». IP

Province de GuadalupeProvince de Guadalupe« Nous sommes appelées par le Seigneur à participer à son œuvre créatrice, en apportant notre contribution au bien commun sur la base des capacités que nous recevons » (CV 253). 

Suis-moi 

« Simon, fils de Jean, m’aimes-tu ? Oui Seigneur…
Quand tu étais jeune… tu allais où tu voulais…
Quand tu seras devenu vieux…
Un autre te mènera où tu ne voudrais pas…
Suis-moi… » (Jn 21).
 

L’Évangile nous révèle la racine de toute spiritualité et nous renvoie l’exigeante simplicité de l’identité chrétienne. Elle nous enseigne qu’être disciple de Jésus c’est Le suivre, et que la vie chrétienne consiste en cela. Fondamentalement, Jésus exige de le suivre, et tout notre christianisme est basé sur notre réponse à cet appel (Mt 8, 18-22 ; 9,9 ; 10,38 ; 19, 21-28 ; Mc 1, 17-18 ; 3, 13-14 ; Lc 14, 25-27 ; Jn 1,43 ; 8, 12 ; 10,27 ; 21, 15-22).

Être chrétien c’est suivre le Christ par amour. C’est Jésus qui nous demande si nous l’aimons et nous qui répondons « oui ». Il nous invite à le suivre : « Simon-Pierre, m’aimes-tu ? Oui Seigneur… Alors, suis-moi… » (Jn 21). Tout est là. Tout est simple. Ignorants, pleins de défauts, Jésus nous conduira à la sainteté, à condition que nous commencions par l’aimer et que nous ayons le courage de marcher à sa suite.

Marcher à sa suite est la racine de toutes les exigences chrétiennes. Sinon :
 
  • Il n’existe pas de spiritualité de la croix, parce que nous n’écouterions pas l’appel à la porter. 
  • Il n’existe pas de spiritualité de la prière, parce que nous ne pourrions pas nous incorporer à la prière de Celui que nous suivons. 
  • Il n’existe pas de spiritualité de la pauvreté, parce que nous ne pourrions pas vivre le dépouillement de ceux qui sont fidèles à suivre un Dieu qui s’est appauvri.
  • Il n’existe pas de spiritualité de l’engagement, car tout engagement ou don à l’autre est fruit de la fidélité au chemin qu’a suivi Jésus.

Source : Segundo Galilea, « Religiosité Populaire et Pastorale »

Province de GuadalupeProvince de GuadalupeSœurs de Charité Dominicaines de la Présentation de la Sainte Vierge, nous sommes des femmes qui, obéissant à l’appel de Dieu, avons opté pour suivre le Christ en communauté, pour le connaître, l’aimer et l’annoncer à travers « tout ce qui inspire la charité », « là où l’Eglise nous appelle et nos frères ont besoin de nous ». C 84

Nous sommes des femmes qui, confiantes en la Parole de Dieu, avons décidé de tout soumettre à la suite de Dieu fait chair. C’est pourquoi nous nous efforçons chaque jour, selon l’expression évangélique, de « tout vendre » afin d’acquérir cette perle et ce trésor caché qui est de suivre Jésus (Mt. 13, 44-46).

ET TOI, AS-TU LE COURAGE DE SUIVRE LE CHRIST AVEC NOUS !

Texte : Sr. Evelyn Guadalupe Cecilia Córdova Grande


Il y a plus de trois siècles, à Dourdan-France, une femme remarquable arriva à changer la réalité d’ignorance, de faim, de souffrance et d’abandon des habitants d’un petit village français oublié, appelé Sainville. Son nom : Marie Poussepin. 

L’expérience de : « Dieu nous aime », devient vocation

Marie Poussepin, fondatrice de la Congrégation des Sœurs de Charité Dominicaines de la Présentation de la Sainte Vierge, a été une femme vivant pleinement la volonté de Dieu. Elle est la femme humble, pieuse et charitable, servante du Seigneur qui unissait, en un seul regard, son amour de Dieu et des personnes. Elle s’offre à nous comme un chemin pour donner vie au projet de Jésus, parce que :
 

« Expérimenter que Dieu nous aime de manière absolument gratuite, personnelle et unique, devient en nous « vocation » à suivre radicalement Jésus-Christ » (Ratio Formationis, p. 35).

Province de Los AndesProvince de Los Andes

La vocation comme appel de Dieu est en même temps élection et don que le Seigneur fait de manière particulière aux jeunes qui, avec générosité, veulent vivre son projet d’amour pour le monde. Aujourd’hui, comme hier, beaucoup de jeunes suivent, rencontrant en Marie Poussepin un modèle de généreuse réponse à l’invitation de Jésus : « VIENS ET SUIS-MOI ». Une jeune comme TOI, peut aussi découvrir que DIEU LUI PARLE dans sa vie personnelle et dans la réalité de sa vie d’aujourd’hui.
 
POUR TOI ...
  • Si tu cherches la Vie qui jamais ne déçoit, que tu sens que l’Amour t’appelle à donner et te donner plus...
  • Que tu t’es demandée quel sens avait ta vie et le projet de Dieu pour toi... Nous te disons « lance-toi ! et commence à marcher... ! C’est le Christ qui est le Chemin, marche sur ses traces. 
Nous, Sœurs de Charité Dominicaines de la Présentation, comme l’a voulu Marie Poussepin, vivons en communautés priantes, fraternelles et missionnaires. Nous allons par le monde -36 pays- annonçant la gratuité de l’amour de Dieu à travers le service de la Charité.
 

NOUS T’INVITONS A SUIVRE LE CHRIST AVEC NOUS.
DECIDE-TOI ! FAIS UN PAS DANS LA FOI ! 

Texte : Srs. Rocío Cuéllar, Maribel Burgos et Natalia Huamán


La communauté dominicaine voulue par Marie Poussepin doit avoir pour âme la charité

À l’imitation du Christ, Marie Poussepin, dans une inlassable recherche de Dieu, bouleversée profondément par la misère, la maladie et l’ignorance qu’elle découvre à Sainville, se met au service de ses frères. Amour de Dieu, amour des hommes... une seule visée contemplative l’engage à parler de Dieu ou de Dieu, dans une charité pleine de miséricorde et de compassion.

Province de BogotáProvince de Bogotá

Charité qui sait se faire particulièrement attentive aux plus pauvres ; charité qui sait se faire inventive en ne se contentant pas de donner le secours, même indispensable, mais en procurant des moyens de subvenir soi-même à ses besoins par un travail. Charité qui saisit l’être humain dans sa totalité et qui veut répondre à ses différentes faims, faim de pain et de savoir, faim de dignité et de reconnaissance, faim de bonheur, faim de vérité, faim de Dieu.

La foi de Marie Poussepin est ancrée dans une vie ecclésiale ouverte et engagée dès son jeune âge. Cet enracinement dans l’Église locale marque sa vie et toute son œuvre. C’est pour « l’utilité de la paroisse » que les sœurs seront envoyées. Son sens de l’Église et de l’obéissance lui permet de porter sans faiblir, les épreuves qui accompagneront la croissance de son Projet. Pour pouvoir se donner avec une telle vigueur et tout au long d’une longue vie, Marie Poussepin s’attache à la vraie et solide dévotion, « imiter la vie que Notre Seigneur a menée sur la terre ». C’est Lui qui est au cœur de sa vie, de sa prière et de son service des hommes, au cœur de sa rencontre de ses sœurs et de tous ceux qu’elle accueille d’une façon ou d’une autre. C’est Lui, le pain de l’Eucharistie, le pain de la Parole, qui l’alimente et la pousse à le rompre aux autres.

Dans la confiance et la joie, Marie Poussepin se tourne vers Marie, Mère du Christ et notre Mère. C’est dans le mystère de la Présentation qu’elle souhaite que la Communauté l’honore et l’imite. Mystère de l’appel, mystère de l’accueil, foi en ce Dieu qui « comble de biens les affamés et renvoie les riches les mains vides ». Lorsque l’on a le regard large et le cœur ouvert comment, seule, répondre aux cris que l’on entend, aux nécessités que l’on perçoit ? Quelques compagnes se joignent à Marie Poussepin, petit noyau de la Communauté du Tiers-Ordre de Saint Dominique. La communauté dominicaine voulue par Marie Poussepin doit avoir pour âme la charité. Cette charité pour Dieu et pour les frères s’exprime aussi, en premier, dans cette communauté où l’on ne fera aucune distinction entre les personnes et où ni le pays ni la naissance ne donneront lieu à des différences. Il ne s’agit pas là d’égalitarisme mais de pleine reconnaissance de chacune avec sa richesse, ses possibilités et aussi ses limites. Dans cette communauté réunie au nom de Jésus-Christ, la Parole est accueillie, partagée, étudiée, célébrée ; L’Eucharistie et la Réconciliation sont ferments de croissance et d’unité ; la Vierge Marie invite au don dans la foi et l’humilité de cœur.

Source : « La Formation dans la Congrégation. Ratio Formationis »