Justice et Paix

Index de l'article

 

La migration, une réalité assumée avec compassion

Sr. Nícida Díaz Leal, Caracas (Venezuela).- La réalité de la migration au Venezuela aujourd'hui : une réalité subie par nos frères et sœurs, et assumée avec compassion par la vie consacrée et Red Clamor Venezuela (réseau ecclésial latino-américain et caribéen de migration, de déplacement, de refuge et de trafic d'êtres humains). Une réalité dont souffrent nos frères et sœurs migrants. Pourquoi la migration au Venezuela ? À cause de la situation du pays ; ils cherchent un meilleur avenir, une meilleure qualité de vie, ils ont peur devant tant de violence et d'insécurité, le manque d'aliments et de médicaments, la précarité des services de base : dans la plupart des États, ils vivent sans électricité, sans eau et sans gaz domestique. D'autre part, l'enseignement public a été réduit à deux jours par semaine ou à trois heures par jour afin que les enseignants et les professeurs puissent trouver un autre emploi pour subvenir aux besoins de leur famille. Des centaines de milliers de retraités et de professionnels n'ont pas assez d'argent pour se nourrir et se soigner quotidiennement ; les indigènes vénézuéliens ont actuellement le taux de malnutrition le plus élevé de l'histoire récente ; les travailleurs du secteur public gagnent moins de 10 %.

Il existe une bulle économique qui veut montrer qu'au Venezuela, tout est réglé, mais en réalité, seuls les détenteurs du pouvoir et les personnes liées au régime en profitent, tandis que 80 % des Vénézuéliens parviennent à survivre et, s'il n'y a pas d'autre moyen de vivre, ils émigrent sans regarder en arrière, portant dans leur cœur la douleur et la nostalgie, l'incertitude que la migration génère, mais ils décident de tout abandonner entre les mains de Dieu. Ils partent à la recherche d'une vie digne...

Nous sommes plongés dans une crise économique sans précédent, l'État est dans la misère et la société vénézuélienne est infiniment plus pauvre, la pauvreté nous prive d'espoir, le manque d'éducation crée le chaos et la confusion, la demande de main-d'œuvre bon marché et la demande de sexe commercialisé, l'impunité et l'absence de justice nous rendent vulnérables au non-respect de nos droits légitimes, créant un manque d'options pour le peuple vénézuélien, ce qui met la majorité à la merci de la migration forcée et de l'abandon volontaire aux trafiquants et aux trafiquants d'êtres humains.
 

Quelles sont les conséquences pour le Venezuela ?

Un pays abandonné par ses jeunes, qui sont exposés à un avenir sans espoir ; n'ayant pas la possibilité d'étudier, ils préfèrent émigrer à la recherche d'un travail. Ils sont la proie de l'esclavage moderne : traite illégale des êtres humains - victimes de la traite des êtres humains - exploitation du travail et exploitation sexuelle.

Familles éclatées et laissées pour compte : enfants et personnes âgées, le plus souvent laissés seuls à la maison...
 

Comment cela affecte-t-il les migrants lorsqu'ils arrivent dans un autre pays ?

La majorité des migrants partent sans papiers parce qu'ils n'y ont pas accès, car tout document est inaccessible en raison de son coût élevé ; cette réalité s'aggrave lorsqu'ils trouvent un emploi et parce qu'ils ne sont pas employés légalement, ils courent le risque d'être exploités au travail et menacés en raison de leur illégalité, parfois ils ne sont pas payés et sont licenciés sans rien... Ils sont utilisés et licenciés alors qu'ils ont déjà fait usage de leurs forces et de leurs capacités. Une autre réalité dont souffrent nos frères et sœurs migrants du fait qu'ils n'ont pas les documents requis est la mendicité forcée.

Une réalité prise en charge avec compassion : par la vie consacrée et la Clameur Rouge Venezuela.

La Commission Justice et Paix (Défense de la Vie) de Conver (Confédération Vénézuélienne des Religieux) et le Clameur Rouge Venezuela assument avec compassion cette réalité, comme une nouvelle manière de vivre nos charismes, accompagnés de la force que l'Esprit Saint nous donne pour être des signes d'espérance prophétique et des témoins d'une Église missionnaire et synodale qui marche avec les appauvris et les exclus.

Nous saisissons l'occasion providentielle de consolider les alliances avec les organisations ecclésiales du pays qui constituent le réseau Clamor, dans une perspective claire de la mission d'accueil, de protection, de promotion et d'intégration des migrants, des personnes déplacées et des réfugiés qui risquent d'être victimes de la traite des êtres humains.

Notre objectif est de créer une équipe d'animateurs interdisciplinaires qui seront en mobilité permanente pendant un an, accompagnant les 19 maisons de passage pour migrants et rapatriés que nous avons dans le pays, ainsi que les écoles et les services où nous servons et travaillons avec la population vulnérable, en formant et en informant, afin qu'ils soient en mesure d'assumer et d'intégrer dans leur vie quotidienne, les connaissances sur la migration, ses causes et ses conséquences.

Nous voulons également rendre visible la situation difficile vécue par les migrants qui ont été victimes de la traite ou d'autres crimes de haine, partager les expériences et apprendre les formes de recrutement et d'exploitation développées par les trafiquants et les exploiteurs, ainsi que les itinéraires qu'ils utilisent, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur des frontières vénézuéliennes. Actuellement, nous avons commencé à mettre en place des cours pour promouvoir le travail visant à éviter la migration et à prévenir la prostitution, ou toute autre situation qui met en danger la vie et la dignité des personnes.

Il s'agit d'une expérience significative où la synodalité devient une réalité, puisque les Congrégations présentes disposent de leurs structures pour rendre possible ce projet, qui n'est pas le nôtre, mais celui de Dieu, qui nous demande aujourd'hui de répondre à partir de nos charismes communs pour que "tous soient un et que le monde croie". Il n'y a pas d'autre voie à notre époque que la voie synodale où nous pouvons rêver les yeux ouverts et les pieds sur terre, en rendant possible le Royaume de Dieu dans la joie de servir et de donner la vie en communauté.

Toute cette réalité m'aide à évoquer Marie Poussepin qui s'est laissée surprendre par Dieu pour répondre à la réalité de son temps, en formant à la prévention et au soin de la vie de tant de jeunes en danger, en leur apprenant "à travailler pour vivre et à les rendre capables d'éviter les désordres auxquels la misère et l'ignorance les exposent" (IP). Elle a répondu aux besoins urgents de son temps et a formé la communauté pour poursuivre avec ses sœurs l'œuvre de Dieu... Nous aussi, aujourd'hui, nous sommes appelées à poursuivre "une attitude de conversion permanente pour vivre avec audace et prudence le projet de Marie Poussepin" (Cfr. 550 GC 2019. P. 25... "affronter le risque, réorienter nos présences, changer ce qui est nécessaire, raviver le feu de l'Esprit et la passion pour notre propre vocation" (550 GC 2019. P. 22).
 

 

Affichages : 22439