Processus de transformation de la Grande Bretèche

on 25 Jan, 2023
Affichages : 697

La Grande Bretèche, Tours (France), Sr. Rosario Garcés del Castillo, 25/01/2023.- Le 1er novembre 2022, en la fête de la Toussaint, a été faite la bénédiction des nouvelles installations que certaines de nos Sœurs allaient occuper le lendemain. Il s'agit de la réalisation d'une partie du projet approuvé au Chapitre général de 2014.

« L’étude sur la Maison Mère a pris un temps important dans la réflexion personnelle et en groupes, suivie de débats en salle capitulaire. Une information détaillée a été donnée à l’assemblée, sur l’évolution historique de la Maison Mère et sa réalité actuelle : avec une partie des espaces peu utilisés et une diminution du nombre de sœurs. Ainsi que sur sa situation économique : spécialement la diminution des ressources et l’augmentation des dépenses, qui rendent obligatoires de revoir son organisation. Depuis plusieurs mois, le Conseil Général, avec la Province de France, a recherché des possibilités d’adapter la Maison aux nécessités actuelles en vue de rétablir l’équilibre financier, afin qu’elle continue de répondre à sa vocation. À partir de ses nombreux échanges et du projet présenté par le gouvernement général :

Le chapitre redit : L’importance de conserver la Maison Mère de la Congrégation à la Grande Bretèche, comme « Maison de toutes » (C 178)

… Il est nécessaire de réhabiliter l’actuelle infirmerie et de parvenir à ce qu’elle puisse être prise en charge avec les subventions prévues par les pouvoirs publics. Ceci permettrait un soin plus approprié des sœurs aînées et malades et de se rapprocher d’un équilibre financier. » Chapitre Général 2014
Pour concrétiser cette disposition, il a fallu effectuer un certain nombre de mouvements, bien sûr avec les autorisations nécessaires après un long processus légal indispensable à ce type de transformation locative.
Et c'est ainsi qu'entre 2020 et 2021, le transfert à l'opposé de leur position initiale des bureaux de l'Économat de la Province de France et des Archives générales a commencé. Un travail colossal auquel surtout Sr Dominique du Christ, archiviste de la Congrégation, a toujours été attentive.

Ensuite, le reste des locaux a dû être vidé, dont une communauté appelée Notre Dame de Lourdes. Les Sœurs ont assumé avec patience et force ce déplacement, qui n'est pas seulement physique, et ses conséquences.

Les travaux d'adaptation et de construction des nouvelles installations commencent, et au même temps, nous vivons un événement totalement inattendu : la pandémie causée par le virus COVID 19 et, de ce fait, le confinement et les restrictions sur la circulation des matières premières et d’autres éléments. En conséquence, le retard dans l'ensemble du processus et l'augmentation des coûts. La Fondation Léopold Bellan, partenaire de la Province de France dans ce projet de construction d'une résidence pour personnes âgées, est celle qui suit l'avancement des travaux et en assume la partie financière. Le projet est conçu pour accueillir au moins 85 résidents âgés dans un milieu médicalisé et une ambiance familiale.

Simultanément à ces travaux extérieurs, « intérieurement », nous vivons dans l'attente de savoir ce que l'avenir nous réserve. L'évolution des événements impose un rythme, parfois discordant avec ce que nous attendions et d'autres fois agréablement surprenant.

Bref, nous continuons le chemin, découvrant à chaque fois de nouveaux horizons, jusqu'à ce que le jour du changement arrive. Les premières à passer sont les sœurs qui étaient à l'infirmerie, presque toutes âgées de plus de 85 ans. Puis d'autres Sœurs, n'étaient pas à l'Infirmerie, ont accepté de vivre cette nouvelle mission. Le mouvement était de tout le monde, même des 12 Sœurs qui ne sommes pas passées « à côté ».

Maintenant, nous sommes en train d’inventer une nouvelle organisation, nous sommes toujours une seule communauté, mais avec des rythmes et des besoins différents, essayant de trouver les réponses appropriées à tout moment. Nous avançons sereinement avec confiance en la Providence et le soutien les unes des autres.

Je voudrais terminer par une idée exprimée par Sr Véronique Margron, Prieure provinciale de France, qui évoque ce "passage": Et si quelqu'un doutait de la force du cœur qui demeure encore et toujours, il suffirait de se rappeler cette parole - parmi plus belles de la bible - traduite par Dieu au petit Gédéon, au libre des Juges (6, 14) « Va avec cette force que tu as » (Édito pour la RCF. 06/11/2022).