Afrique : « il y a les consacrés, il y a la joie »

on 05 Mai, 2016
Affichages : 3665

Koudougou (Burkina Faso), 01/02/2016, Sœurs Honorine Guigma et Béatrice Kantoro.- La clôture de l’année de la Vie Consacrée a eu lieu à Koudougou, « Cité du cavalier rouge », précisément à la paroisse cathédrale du 28 au 30 janvier 2015. Elle avait comme thème : « Année de la Vie Consacrée : Interpellations et défis lancés par le Pape François à la Vie Consacrée, en contexte Burkina-Niger. Ce thème est tiré du thème général : « Faire mémoire avec gratitude du passé, vivre le présent avec passion, embrasser l’avenir avec espérance ».

Elle a regroupé plus de 400 participants venus des divers horizons du Burkina et du Niger. Ces moments vécus étaient très significatifs pour les consacrés, car ils ont été marqués par différentes prestations :

- Jeudi 28 : arrivée, accueil solennel, installation ;
- Vendredi 29 : forum de la Vie Consacrée et soirée récréative au théâtre populaire ;
- Samedi 30 : messe d’action de grâce suivi d’agapes fraternelles.

Le jour du Forum, le thème ci-dessus a été développé par le Frère Innocent Gtebegan de l’Ordre des Prêcheurs. Il nous a permis de vivre un temps de communion, de partage fraternel. A la suite du Pape François, le Frère Innocent nous a invité à :

- travailler à redécouvrir l’importance de notre consécration dans un monde en pleine mutation ;
- vivre dans l’amour et don de soi aux autres ;
- sortir de nous-mêmes pour aller vers les périphéries ;
- œuvrer pour l’épanouissement et le développement durable de l’être humain, en lien avec notre vocation.

Les réflexions en carrefour nous ont amené à reprendre conscience de nos fragilités qui souvent pèsent sur nos communautés. A propos de cela, il a été souligné que pour bâtir des communautés dynamiques et fraternelles, il faut favoriser un climat de confiance entre les membres et mettre en valeur la communication, le partage et enfin découvrir et valoriser les talents des uns et des autres qui constituent une complémentarité pour chacun.

Dans cette même dynamique, pour permettre au religieux ou à la religieuse de vivre pleinement sa consécration ou de revitaliser sa vocation, il nous faut prendre certains moyens qui nous ouvrent à la grâce de Dieu, comme :

- le dépassement des conflits de générations ;
- le vécu d’une charité tangible qui se déploie sur l’autre ;
- l’expérimentation de la miséricorde Dieu et la pratique de ses œuvres.

Le frère, pour terminer, a souligné que la Vie Consacrée dans nos pays est une réalité, et, en conséquence, demande de nous une vraie rencontre avec le Christ dans l’accueil de la Parole de Dieu. Nous, consacrés, sommes appelés à :

- redécouvrir la place centrale du Christ Eucharistie ;
- travailler au renouveau spirituel de chacune de nos communautés ;
- donner un exemple de vie dans toutes nos actions, et ainsi mieux répondre à notre idéal qui porte à donner la vie et à réveiller le monde.

La messe de clôture a été présidée par le Nonce Apostolique et concélébrée par d’autres évêques dont Monseigneur Joachin Ouedraogo (évêque du diocèse de Koudougou et chargé de la Vie Consacrée dans la Conférence Episcopale Burkina-Niger). Au cours de cette messe, deux religieuses (une Fille du Saint Esprit et une Fille de Saint Camille), se sont engagées définitivement. Avant la bénédiction finale, Monseigneur Joachin a fait l’envoi en mission des responsables des congrégations religieuses ou de leurs délégués. Après la messe, trois arbres furent plantés. Ce sont :

- l’arbre de l’Evangile ;
- l’arbre de la Prophétie ;
- l’arbre de l’Espérance.

Que le Seigneur source et origine de toute vocation donne à tous les consacrés d’être ses témoins à travers leur vie vouée à l’annonce de la Bonne Nouvelle, là où Dieu les appelle. Qu’il fasse d’eux des artisans de paix et de réconciliation tout au long de leur vie et, d’une manière particulière, en cette année de la miséricorde.