Marie Poussepin, une vie pétillante

on 08 Aoû, 2020
Affichages : 1638

Venezuela, 08/08/2020, Marcos Milano.- L'annonce de Jésus-Christ au service de la charité.

Les voies de Dieu sont mystérieuses comme le chemin du vent, ou comme la manière dont l'esprit humain est infusé dans le corps de l'enfant même dans le ventre de sa mère (Ecclésiaste 11, 5).

Entre 1648 et 1653, la France fait face à une terrible crise qui va générer des conflits internes, jusqu'à la guerre civile, cette période historique est connue sous le nom de Fronde ; Nom qui évoque les catapultes ou pierres que portaient les rebelles du premier soulèvement à Paris. Ces pierres ont été utilisés comme armes dans les différents soulèvements et dans la dernière bataille contre le roi de France.

Avec le roi Louis XIII, le cardinal Richelieu prend la relève en tant que Premier ministre et dans sa quête pour surmonter la crise économique qui frappe l'Europe, il augmente les impôts. Avec la mort de Richelieu en 1642 et, plus tard, celle de Louis XIII en 1643, le pouvoir royal est affaibli sous l'organisation d'une régence. Ceci est aggravé par la situation financière difficile engendrée par l'intervention dans la guerre de trente ans, mécontents, intrigues, révoltes et surtout pauvreté et misère. Dans cet environnement marqué par une crise économique rude, Marie Poussepin est née le 14 octobre 1653 à DOURDAN, une population relativement prospère si on la compare à presque toutes les régions françaises de l'époque. Les parents de Marie, Claude Poussepin et Julienne Fourrier, forment un foyer aux fortes convictions chrétiennes qu'ils transmettent à leurs enfants. Marie est l'aînée de sept frères et sœurs, tous morts très jeunes, à l'exception du plus jeune, Claude.

Marie Poussepin a fait preuve d'une grande intégrité, maturité et grandeur spirituelle, tout au long de sa vie, en elle se résument les deux principaux commandements de la loi divine : « Aimer Dieu par-dessus toutes choses et ton prochain comme toi-même ».

Marie, dès son plus jeune âge, a fait face à des problèmes familiaux et des difficultés de sérénité et de force, elle a toujours été sage dans ses jugements et décisions, surtout lorsqu'elle devait s'occuper de son petit frère et de la gestion de l'entreprise familiale (bas de soie faite à la main) que son père avait fondé. Peut-être dans son enfance et sa jeunesse, elle n'a jamais connu les grands canons philosophiques de l'antiquité, mais il ne fait aucun doute que les vertus cardinales y étaient parfaitement fusionnées : Prudence, Justice, Force et Tempérance. L'éducation qu'elle a reçue initialement chez lui a été décisive pour élever son esprit. Les valeurs chrétiennes et les principes de sa famille étaient le fondement de sa vie et ces fondations solides la rendaient inflexible dans ses convictions. Elle a capturé l'essence des âmes qui l'entouraient dans sa mission inlassable et son travail pastoral. Avec une sagesse sublime et une intelligence divine, elle a compris les différentes manifestations humaines et a pu donner des réponses précises à tous les besoins.

Marie, rayonnait de l'amour le plus pur qui jaillit du peuple choisi par le Très-Haut pour apporter sa lumière à l'humanité.

Lorsque son jeune frère a pu assumer la direction de la fabrique, elle a décidé de prendre le chemin que son cœur lui dictait et de suivre le chemin de la lumière du Seigneur, son amour éternel et suprême. Début 1696, Marie Poussepin quitte la cité industrielle de Dourdan et s'installe à Sainville, petite ville très pauvre et besogneuse. Elle souhaite consacrer toute son attention aux plus défavorisés, en particulier aux enfants et aux malades.

Marie Poussepin, comprend et intériorise dans son esprit, son âme et son esprit que sa vie doit être consacrée à l'amour de Dieu et de l'humanité: «Tout comme le fils de l'homme n'est pas venu pour être servi, mais pour servir et donner sa vie au secours de beaucoup »Mt 20: 28. Elle pensait à toutes les étapes de l'être humain depuis sa naissance: "Semez dans les cœurs, encore tendre, la semence de la piété"; «L'enfance et la jeunesse sont des âges très favorables pour éduquer aux vertus»; "Il est nécessaire de former de bons sujets pour répondre aux intentions pieuses de ceux qui le demandent." Son travail impeccable, plein d'amour et de miséricorde, était complet, englobant chaque étape de la vie humaine, sa pensée sublime s'adresse aux soins physiques et spirituels des personnes. Sa réflexion pédagogique s'est concentrée sur la charité et la solidarité avec les plus démunis, avec ceux qui souffrent et vivent dans la pauvreté.

Elle s'est engagée à éduquer dans la foi. La pédagogie de l'amour était sa norme la plus précieuse, l’ordre : « Éduquer les jeunes, c'est les conduire à éviter les désordres auxquels la misère et l'ignorance les exposent ». Discipline avec tendresse : "Vous vous comporterez avec beaucoup de prudence lorsqu'il s'agit de réprimander." « Ayez beaucoup de tendresse et de vigilance avec les jeunes que vous éduquez » ; « Soyez doux sans faiblesse, ferme sans dureté, graves sans hausse ».

L'époque dans laquelle elle a vécu a été marquée par de profondes transformations sociales et économiques, des conflits, des épreuves, des maladies ... mais elle a su affronter et surmonter toutes ces vicissitudes, elle était une femme infatigable avec beaucoup de force spirituelle, elle n'a jamais abandonné et a toujours gardé la foi en son Seigneur et Sauveur comme tout bon et saint chrétien.

Avec sa foi élevée, dans une prière élevée, avec beaucoup de paix dans son âme et dans son cœur et avec la satisfaction de son devoir accompli, Marie Poussepin, 90 ans, comprend qu'il est temps d'aller à la rencontre de son Créateur et amour éternel. Elle et le Seigneur se sont rencontrés lors d'une fête spirituelle le 24 janvier 1744. Depuis ce jour jusqu'à aujourd'hui, ses filles ont assumé son héritage avec responsabilité, discipline, dévouement et beaucoup d'amour, en restant fidèles à son idéal.

Ses filles, les Sœurs de Charité Dominicaines de la Présentation de la Sainte Vierge, restent fidèles à l'annonce de Jésus-Christ par le service de la charité. Cette fidélité de trois siècles est la preuve de la sainteté de sa Fondatrice : l'Église le reconnaît officiellement le 20 novembre 1994, dans l'acte solennel de sa béatification..

Seigneur, Père miséricordieux,
qu'avez fait de Marie Poussepin,
une fidèle disciple de Jésus-Christ,
dans la foi et la charité;
accorde-nous de l'imiter
à l'écoute contemplative
et dévoué à la Parole de Dieu,
pour un service humble et généreux envers les frères et les sœurs,
et écoute, par son intercession,
les supplications que nous vous adressons dans nos besoins.
Par Jésus-Christ, notre Seigneur.
Amen.