Covid-19 : Quelques informations de la Congrégation - N. 2

on 29 Mar, 2020
0
0
0
s2sdefault

28/03/2020, Gouvernemet général et de diverses entités.- Que notre espérance dans le Seigneur continue de nous fortifier, en accueillant les paroles du pape François dans la bénédiction extraordinaire Urbi et Orbi du 27 mars : « Il apporte la sérénité dans nos tempêtes, car avec Dieu la vie ne meurt jamais ».

Nous partageons avec vous les expériences de différentes communautés ou entités en cette période de crise sanitaire mondiale. Nous vous remercions pour les informations reçues et nous continuons à prier pour toutes les personnes malades, pour les défunts et leurs familles, pour les travailleurs de la santé et pour tous ceux qui souffrent des conséquences de cette crise.

Carte interactive

Carte au 29/03/2020. Cliquez sur l'image pour voir la carte interactive de l'Université Johns Hopkins

De la Province de Bucaramanga

24/03/2020.- La Province a accueilli toutes les réglementations émises par le Ministère de la Santé, les gouvernorats et les maires de chacun des départements et municipalités où nous sommes présentes. Dans nos Départements : Santander : 3 cas, Nord de Santander : 8 cas et Magdalena : 2 cas. Aucun rapport sur des sœurs infectées jusqu'à présent.

Dans chaque communauté locale, les sœurs gardent la quarantaine et profitent de ce temps pour renforcer la fraternité, intensifier la prière, fortifier la foi, favoriser l'étude au niveau personnel et communautaire, construire le Projet Communautaire, favoriser des espaces de dialogue, jeter un regard sur l'organisation de la maison, qui est la responsabilité de toutes, étudier nos documents et accompagner virtuellement les personnes et les familles avec des messages de foi et de confiance pour renforcer la proximité du Dieu de la vie.

À La Turena, Maison provinciale, des mesures adéquates ont été prises pour éviter d'arriver à des situations difficiles car il s'agit d'une maison à haut risque, puisque beaucoup de nos sœurs aînées y habitent. Par conséquent, toutes les réunions prévues dans le chronogramme ont été annulées, il n'y a pas de participation des voisins à la célébration de l'Eucharistie le dimanche, des mesures d'hygiène sont prises en compte à l'entrée et à la sortie de la chapelle, aucun groupe ne vient à la Maison de rencontres et retraites. Les visites de la maison ont été restreintes et les espaces de prière ont été multipliés dans chaque communauté.

Nous sommes toutes exposés, il est donc important de prendre soin de notre santé, de rester à la maison, d'être attentives aux orientations qui nous sont proposées, de garder le calme et de se confier pleinement au Seigneur.

Province de Manizales – Clinique de La Presentación de Manizales

25/03/2020.- Nous avons reçu les nouvelles des sœurs en ces moments de pandémie, ici, à la clinique La Presentación de Manizales, nous travaillons à mi-chemin, nous ne nous occupons que des urgences. Les opérations chirurgicales et les soins ambulatoires prévus sont annulés. Tout est prêt et en alerte pour faire face aux éventuels cas de Covid-19, la logistique est très stricte, nous sommes tous en alerte. Jusqu'à présent, dans le département de Caldas (auquel nous appartenons), il y a 7 cas confirmés. Les sœurs remercient Dieu, très unies dans la prière, nos salutations à tous et toutes.

Les Sœurs de la Mission de Philippines

25/03/2020.- Chères sœurs, en cette heureuse fête de l'Annonciation, avec Marie notre mère, nous continuons à invoquer le nom du Seigneur afin qu'il nous protège et protège tous ceux qui sont en première ligne, en particulier les médecins, les infirmières et le personnel de santé et tous ceux qui, dans les différents services, risquent leur vie pour servir les malades, afin que le Seigneur les protège et les soigne en ce moment.

Ici, nous sommes bien, tant dans la communauté de Malibay (Manille) que dans celle de Songkoy (Pangasinan). À ce jour, quelque 500-600 cas ont été enregistrés aux Philippines, avec 30 décès. À Manille, nous avons perdu trois médecins dévoués alors qu'ils étaient au service des patients infectés. Dans la province de Pangasinan, à laquelle appartient la communauté de Sonkoy, cinq cas de patients ont été signalés ; deux sont morts et trois autres en convalescence. À Calasiao, la ville voisine, aucun cas positif n'est signalé. Toute la région est bloquée, il n'y a pas de transports publics. Le gouvernement a délivré un laissez-passer pour qu'un membre de la famille puisse sortir en cas d'urgence, une ou deux fois par semaine à un jour désigné. Tout le monde est prié de rester à la maison. Beaucoup de gens n'ont pas les moyens de subvenir à leurs besoins, ils manquent de nourriture et de produits de première nécessité... le gouvernement essaie de fournir de la nourriture à la population.

Nous célébrons chaque jour la liturgie de la Parole et le service de la communion dans la communauté. Le 25 mars, nous avons eu la célébration du sacrement de la Réconciliation et de l'Eucharistie dans la communauté par le père Dexter Carino, notre curé, après deux semaines sans messe. Solidaires de tous, en particulier de toutes les personnes touchées par Covid-19, nous prions Dieu pour la guérison et la miséricorde... Merci de votre sollicitude et de votre attention à notre égard. Unies à vous toutes dans l'amour et l'intercession de la bienheureuse Marie Poussepin.

De la Vice-province de l'Aconcagua : Chili et Argentine

26/03/2020.-  A ce jour, grâce à Dieu, aucune de nos sœurs, ni les laïcs qui partagent la mission avec nous, ne sont infectés par COVID-19.

Au niveau des établissements d'enseignement, les cours sont suspendus par ordre du Ministère de l'Éducation depuis le 16 mars et jusqu'à nouvel ordre ; il a été demandé que les écoles soient ouvertes et fonctionnent avec du personnel à tour de rôle pour garantir la nourriture quotidienne donnée aux élèves. Cette mesure a été modifiée puisque chacune des familles de ces élèves a reçu un panier avec de la nourriture, ce qui a permis aux écoles de rester fermées pour protéger leurs fonctionnaires et leurs familles.

Au niveau ecclésial, les eucharisties et toute activité pastorale ont été suspendues, et les messes ne peuvent être célébrées qu'en privé. Dans la communauté de la maison vice-provinciale, le curé de la paroisse célèbre chaque jour, cette Eucharistie est transmise via Facebook et est ainsi partagée avec de nombreuses personnes qui se joignent à cette transmission. Sœur Nilda Miranda Romero, supérieure vice-provinciale, a envoyé un message à chacune des sœurs, les invitant à vivre ce temps avec responsabilité, en obéissant aux indications données par le ministère de la santé, en prenant conscience de la responsabilité de prendre soin de soi pour prendre soin des autres, en particulier de ceux qui sont le plus à risque.

Les sœurs des œuvres paroissiales restent sans exercer leurs activités, en maintenant la quarantaine volontaire, car au Chili cette mesure n'est pas encore prise de manière générale ; depuis lundi, un couvre-feu a été décrété de 22 heures à 5 heures du matin le lendemain. Hier, 25 mars, une quarantaine obligatoire a été décrétée pour seulement 7 communes de la Région Métropolitaine. Les sœurs de la maison vice-provinciale doivent s'y conformer à partir du 26 mars, et cela a été décrété pour 7 jours et d'autres mesures seront évaluées. Le plus probable, et c'est ce que disent les experts, c'est que cette mesure est une sorte de test pour décréter plus tard ce que tout le monde attend, à savoir la quarantaine générale pour continuer à protéger tous les chiliens. À ce jour, le Chili compte 1306 personnes infectées et trois morts.

En Argentine, où se trouve la communauté de La Favorita Mendoza, le gouvernement a décrété une quarantaine générale depuis le vendredi 20 mars. 502 personnes ont été infectées et 6 sont mortes à ce jour. Les deux sœurs qui y accomplissent la mission sont bien.

Province des Andes

26/03/2020.- La douloureuse réalité que nous vivons au niveau mondial et surtout dans les pays où nous sommes, nous a amenés à nous placer dans différents scénarios : en tant que personnes infectées, en tant que leurs familles, en tant que travailleurs de la santé et tous ceux qui continuent à fournir leurs services pour le bien de la communauté, en tant que personnes qui n'ont pas de ressources économiques et dans cette situation d'urgence n'ont pas la possibilité d'aller travailler, puisque beaucoup d'entre eux sont des vendeurs de rue, des nettoyeurs de voitures et d'autres travailleurs indépendants qui gagnent leur vie au jour le jour.

Comment vont les sœurs ? Les sœurs, grâce à Dieu, prennent bien soin de leur santé et de celle des autres "en restant à la maison", en accomplissant les mesures préventives données par le Ministère de la Santé, en s'informant auprès de sources véridiques et en restant attentives aux messages des Conférences épiscopales. Nous intensifions les temps de prière et d'adoration du Saint-Sacrement, de réflexion, d'étude communautaire, de partage et de recréation ensemble de notre vie quotidienne.

Les sœurs qui travaillent dans le domaine de la santé poursuivent leur mission, donnant généreusement de leur temps et risquant leur propre santé. D'autres sœurs accompagnent les personnes, surtout celles qui vivent seules, à travers les réseaux sociaux avec des messages, des prières, des mots de réconfort qui transmettent de la force. Depuis le ministère paroissial, les jeunes, les femmes et les familles sont invités à prier le chapelet, à se joindre à l'adoration depuis leur domicile ; des messages sont envoyés par les réseaux aux groupes dans les paroisses, les catéchistes sont accompagnés par des appels téléphoniques.

La Bolivie et COVID-19. Les premiers cas confirmés dans le pays ont été signalés le 10 mars 2020 ; ils ont été détectés chez des patients des départements d'Oruro et de Santa Cruz qui avaient voyagé depuis l'Italie et les États-Unis.

Le jeudi 12 mars, le gouvernement a annoncé la mise en œuvre de sept décisions visant à arrêter la progression de la contagion, y compris la suspension des activités éducatives jusqu'au 31 mars, ainsi que la suspension des vols à destination et en provenance de l'Europe à partir du samedi 14 mars. Au 22 mars, une quarantaine totale a été imposée à tout le pays, puisque 32 personnes étaient déjà infectées, la plupart à Santa Cruz. Le nombre de personnes infectées augmente chaque jour. Dans la nuit du 25 mars, le président Janine Añez a déclaré l'état d'urgence sanitaire pour tout le pays, avec application immédiate, ce qui radicalise les mesures déjà imposées dans la quarantaine. Elle durera jusqu'au 15 avril 2020.

Les mesures sont : Les personnes âgées de 18 à 65 ans pourront se rendre sur les marchés, qui se dérouleront du lundi au vendredi selon le dernier numéro de la carte d'identité. Les marchés resteront fermés les samedis et dimanches.

Cette mesure nous a inquiétées, car nous avons deux communautés avec des sœurs de plus de 65 ans. La solidarité du peuple ne s'est pas fait attendre. Nous avons été aidées par les groupes dans les paroisses, en particulier les laïcs qui ont proposé de faire les courses, et beaucoup d'entre eux ont généreusement partagé les produits de première nécessité. La Providence ne nous laisse jamais tomber.

Nous, les sœurs, nous allons bien ; nous restons dans la communauté en priant, en encourageant les personnes qui vivent seules et les personnes âgées, par téléphone. Les enfants de l'enfance et de l'adolescence missionnaires reçoivent des sujets différents et de petits engagements sont pris avec leurs familles pour vivre leur être missionnaire. Les laïcs "Marie Poussepin" étudient le thème de la sainteté à travers le WhatsApp, puisque c'était le thème de la réunion de mai.

L'hôpital de Chipiriri est dirigé par une de nos sœurs qui reste en charge malgré le risque qu'elle court à cause du virus.

Nous sommes très unies en ce moment que vit le monde. Que Dieu nous protège.

Nous sommes reconnaissantes au gouvernement général pour cet espace sur la page web qui nous permet de vivre en communion ce moment historique qui nous a surpris. Nous avons suivi avec attention les messages des différentes Entités sur la réalité qui est vécue dans chaque lieu, une situation alarmante qui nous unit dans la prière avec l'espoir d'une bonne fin.

 De Rome

28/03/2020.- Depuis l'envoi des informations précédentes, nous avons été 3 jours sans connexion internet, sûrement en raison de l'utilisation accrue des médias due au confinement, mais cela ne nous a pas empêchés de les vivre en communion avec vous toutes. Nous continuons à prier avec le Pape, avec l'Eglise de Rome, avec la UISG (Union Internationale des Supérieures Générales) et avec toute la Congrégation.

Nous continuons à prier pour toutes nos communautés, pour les malades et ceux qui s'occupent d'eux. Même dans notre solitude et notre douleur, Dieu est proche de nous car nous sommes devenus une seule et même humanité avec des noms et des visages différents. Prions pour les Congrégations et les familles qui vivent la souffrance, la maladie et la mort en ce moment car le Seigneur est notre rocher, notre forteresse et notre force ; il est notre bastion, dans lequel nous nous réfugions. (Cf. Ps 17). 

Alors Jésus se mit à pleurer.  Les juifs disaient « Voyez comme il l’aimait ! » Jn 11,35-36

« Au cimetière … 4ème jour après la mort.
La foule, émue, compatissante qui réconforte les deux sœurs.
Tout le monde les connaît. Elles sont du village.
La foule donc, à la maison, sur le chemin, au cimetière, partout …
La table de Marthe a bonne réputation.
Lazare est un ami de Jésus qui fréquente leur maison.
Un ami si cher, une famille si chaleureuse …
Et le malheur a frappé.
Jésus en pleure. Il est remué jusqu’aux entrailles.
 
Pleurs, larmes,
Tendresse, affection,
Amour profond,
Emotion, frémissement,
Souffrance, vibration du cœur …
Révolte … cris … silence ….
 
N’est-ce pas ce que nous vivons en ces jours de Grand carême
Où … seuls … s’en vont les cercueils,
Où… seules, les familles sont impuissantes
Devant un deuil si difficile à envisager ?
Pas d’accompagnement,
Pas d’ultime baiser …
Pas d’au revoir, pas d’Adieu
Pas de prière à l’Eglise ou à la maison,
La plus stricte intimité disent les faire-part…
Une célébration dans … quelques mois …
Dans quelques semaines dans le meilleur des cas …
Quelle injustice !
 
Jésus tu as vécu la mort d’un être aimé.
Déjà avec Joseph, ce père si attentif.
Puis avec Lazare
Tu ne triche pas avec les larmes.
Jésus, un ami, un homme.
Tes larmes, Fils de Dieu,
Accompagnent nos larmes.
Merci Jésus pour tes larmes.
Merci Jésus pour ta promesse :
« Viens dehors ! »
Il est temps de naître !
« Je suis la résurrection et la vie ! »
Sœur Françoise-Chantal Lelimouzin o.p.
En temps de pandémie