Covid-19 : Quelques informations de la Congrégation - N. 6

on 25 Avr, 2020
0
0
0
s2sdefault

25/04/2020, Gouvernemet général et de diverses entités.- Tout au long de ces semaines et par le biais de ces informations, nous avons pu vous apporter les nouvelles que les différentes entités nous ont communiquées depuis leur confinement, en raison de l'urgence sanitaire mondiale provoquée par le Covid-19. 

S'il est vrai que, dans la plupart des pays où la Congrégation est présente, la situation a pu être gérée, il est également vrai que, comme toute l'Église, notre Congrégation a souffert de la perte de deux de nos sœurs, elle a accompagné les sœurs qui ont perdu des membres de leur famille pour la même cause, a prié pour tous les malades et s'est réjouie pour ceux qui peuvent être réintégrés dans leur famille et leur groupe social. Nous avons commencé à nous préparer pour l'étape post-confinement ; nous espérons que ces longs espaces de rencontre avec le Seigneur et avec nos sœurs, nous aideront à nous concentrer sur ce qui est essentiel pour nous, à modifier les comportements pour le bien des autres et de la nature, à savoir lire les signes que ce temps nous a donnés. 

Carte interactive

Carte au 25/04/2020. Cliquez sur l'image pour voir la carte interactive de la Carnegie Mellon University de Pittsburgh, en Pensilvania (Estados Unidos).

DE LA PROVINCE DE EL CARIBE

21/04/2020, Sr. Luisa Jiménez et les sœurs de la province.- 

Curazao

Sur la scène de Covid-19, notre foi est peut-être ébranlée, mais là, Dieu nous parle. L'évêque a publié un communiqué le 7 mars donnant aux fidèles quelques directives afin de se protéger mutuellement et le gouvernement a donné l'alerte le 16 mars pour l'arrivée des premiers infectés. De nouveaux décrets sont publiés chaque jour.

La vie a changé et la peur s'est emparée de beaucoup de gens, et même de nous-mêmes, au début. Aujourd'hui, nous nous rendons compte que la vie est plus que jamais valorisée. Nous avons grandi en valeurs : empathie, solidarité, patience... nous avons appris à donner le meilleur de nous-mêmes, à penser davantage aux autres, à prendre soin de notre santé. Nous apprécions le temps comme un don de Dieu, nous voyons la nécessité de chercher Dieu dans la prière et de Lui donner le temps. En fait, Jésus a dit à la Samaritaine : "L'heure vient, et nous y sommes déjà, où les vrais adorateurs adoreront le Père en Esprit et en Vérité" Jn 4,23.

Puerto Rico

Le gouvernement a décrété la quarantaine le 15 mars pour toute l'île, jusqu'au 30 avril et le couvre-feu. Soixante personnes sont mortes, 1 118 sont infectées.

Les sœurs ont suivi les normes établies, certaines travaillant et étudiant à la maison par le biais d'Internet, toutes vivant ce temps plus dans la prière, l’étude, la lecture. La Semaine Sainte a été un temps de retraite, profitant des communications reçues et en union avec toute l'Eglise.

Nous avons communiqué avec les sœurs des autres maisons et avec nos familles ; pour le moment, tout va bien. Nous continuons, avec notre confiance dans le Seigneur, en solidarité avec les malades, les médecins et les infirmières et avec ceux qui ont perdu des êtres chers. Nous sommes très unies à l'ensemble de la Congrégation.

Venezuela

Le plan d'action du gouvernement visant à prévenir la propagation du virus sur notre territoire a été immédiatement respecté, même si nous n'étions pas préparés, aux niveaux politique, économique et social, à répondre à ces exigences à la lettre.

Le 12 mars 2020, la première directive a été de suspendre pour un mois les vols avec l'Europe et la Colombie, ainsi que les réunions, événements et concentrations au niveau national et de décréter "l'urgence permanente" pour le coronavirus. Une autre des mesures de ce plan d'action a été la fermeture des écoles, des marchés, du commerce et des frontières, ce qui a rendu difficile la satisfaction des besoins fondamentaux.

La Conférence épiscopale vénézuélienne en union avec tous les prêtres et la vie consacrée ont organisé à travers les différents médias : Eucharisties, réflexions, prières, causeries, études bibliques... la créativité est magnifique. De nombreuses orientations ont été données, non seulement pour l'isolement social mais aussi pour l'espace de réflexion, pour être à l'écoute de la Parole qui nous invite à nous laisser changer par elle.

Les premiers cas de covid-19 au Venezuela ont été signalés le 13 mars 2020 ; à ce jour, il y a 256 personnes infectées et 9 morts, selon les informations fournies par le gouvernement. Toute cette situation apporte plus de complications à notre Venezuela meurtri.

Nous allons bien, Dieu merci. Chacun a continué à assumer la responsabilité de sa mission dans et depuis sa communauté.

La Présentation - Mérida

La Communauté du Colegio La Presentación de Mérida, vous accueille avec la joie de Pâques : le Christ ressuscité.

Au Venezuela, il a été décrété que l'année scolaire 2019-2020 sera réalisée à distance, par divers moyens virtuels... Cela a mérité de la part des sœurs responsables du Collège et des éducateurs, un travail difficile à réaliser en raison de l'intermittence du service électrique et des déficiences de l'accès à Internet... Cependant, nous continuons à apprendre de l'intelligence pratique de Marie Poussepin, qui avec sa sagesse nous renforce et nous encourage ; accueillir notre Sainville... notre pays, aujourd'hui dévasté par un conflit idéologique, la faim, un système de santé et d'éducation très précaire... au milieu de l'adversité nous continuons à parier sur l'instruction des filles et des jeunes femmes.

L'accès à l'école est limité. Le personnel enseignant, administratif et d'entretien aide à l'exécution des tâches essentielles, dans le respect des protocoles établis.  Dans la communauté, nous suivons notre rythme de vie régulière... abandonnées en Dieu afin que toute cette situation passe et nous éclaire pour savoir comment répondre en tant qu'Eglise et Congrégation aux nouveaux scénarios que la pandémie nous laissera comme défi chrétien.

Maison de formation - Noviciat

La déclaration de la pandémie nous a fait penser à nos frères et sœurs les plus vulnérables avec lesquels nous partageons : les indigents, les malades, les personnes âgées seules, ceux qui viennent chercher de l'eau filtrée, les gens dans la rue... Comment pouvons-nous continuer notre service de charité, si la demande était de rester à la maison, pour empêcher la propagation du Covid-19 ?  Entre la peur et le désir d'accompagner notre peuple... nous avons découvert que ce n'est pas par peur que nous restons à la maison mais par solidarité fraternelle pour soigner et protéger la vie.

Nous ne pouvions pas continuer à donner de la nourriture à certaines personnes, mais nos cœurs se sont apaisés parce que dans les écoles, on en donnait. Maintenant, ils viennent chercher de l'eau filtrée et nous nous organisons pour qu'elle parvienne à tout le monde. C'est la Charité organisée et créative !  Partager l'eau évoque le puits de Sainville... la Charité incarnée qui ne s'arrête pas et cherche des moyens créatifs pour y répondre.

Nous nous sommes organisés entre les tâches ménagères, les activités professionnelles, la vie régulière... et la Semaine Sainte est arrivée. Le dimanche des Rameaux, les gens venaient chercher la branche de palmier bénie pour la mettre sur leur porte ; certains prêtres sont sortis tôt pour faire la bénédiction des rameaux ; nous avons un petit palmier à la maison et par la foi nous savons que la bénédiction a atteint notre palmier. Nous avons placé les branches dehors pour que ceux qui passaient puissent les emporter ; les laïcs du vicariat sont allés de maison en maison en portant une palme bénie à ceux qui ne pouvaient pas descendre et la joie du cœur nous a émus ; la palme s'est multipliée et a suffi pour tout le monde. Nous avons évoqué la multiplication du Pain...

Nous essayons de répondre avec générosité de cœur chaque fois que la Charité frappe à notre porte. Bien que nous soyons en quarantaine et que nous prenions soin de nous-mêmes, nous cherchons les mille façons d'être la Présence de Dieu dans notre secteur, tout cela pour la Gloire de Dieu et le bien de nos frères et sœurs.

La Présentation - Tovar

Dans la ville de Tovar, il n'y a pas eu de cas pour le moment ; les directives de ne pas quitter la maison sauf pendant les heures établies et en cas d'urgence sont respectées.  Les écoles restent fermées, mais la direction et les enseignants donnent des directives pédagogiques pour la formation des élèves à domicile avec l'aide de leurs parents.

Nous sommes bien, en évangélisant avec l'utilisation des réseaux sociaux nos familles, nos enseignants, nos représentants et nos étudiants parce que pour eux c'est une situation qui génère de l'anxiété et de l'angoisse, mais nous les encourageons dans la foi et l'espérance en Christ qui nous fortifie.

La providence de Dieu s'est manifestée ; les voisins, par leur générosité, partagent le peu qu'ils ont et sont attentifs à nous en cas d'urgence ou de besoin. Nous continuons à être unies en tant que Congrégation et Province, très reconnaissantes pour tout le soutien et l'accompagnement offerts.

Communauté de l'Accueil

Dans notre communauté, qui est composée de sœurs aînées, nous avons renforcé les moments de prière personnelle et communautaire, des espaces de prière forts avec l'Exposition du Saint Sacrement, en gardant bien à l'esprit les victimes de cette pandémie et leurs familles, en pensant surtout à celles qui sont hospitalisées.

C'est quelque chose qui nous a touchée au plus profond de notre cœur, et nous implorons constamment la miséricorde du Seigneur pour eux. Cette période nous a également amenées à renforcer la vie communautaire en partageant davantage entre nous. Nous sommes présentes au téléphone avec quelques dames âgées que nous savons seules pour partager avec elles notre foi dans le Seigneur et notre confiance que nous allons bientôt surmonter cette période difficile.

Maracaibo

Depuis le 13 mars, nous sommes sans élèves dans les deux écoles et sans attention permanente dans la Casa de la Misericordia, seules quelques urgences occasionnelles sont prises en charge. Nous assurons le suivi aux enseignants en charge de l'année scolaire et nous nous montrons solidaires avec les personnes et les familles qui ont de grands besoins.

Nous profitons de ce temps dans une atmosphère de repos, d'étude, de prière et de protection de la santé. Notre grande préoccupation à tous les niveaux est l'inflation galopante, le manque d'essence, de lumière et d'eau dans de nombreux secteurs.

La résurrection du Christ renforce notre espérance en un avenir de paix, d'unité et de liberté.

DE LA PROVINCE DE MEDELLIN

22/04/2020, Sr. Marta Luz Arango E..- Avec l'arrivée du Covid-19, tout le monde est entré dans un état de suspense et d'alerte face aux nouvelles qui arrivaient de partout, montrant la gravité de ce que ce virus inconnu causait dans les différents pays. Conscients de la gravité de la situation, nous nous sommes strictement conformés aux règles données par le gouvernement colombien pour la gestion de la situation dans le pays.

Dans nos écoles, les élèves ont été renvoyés dans leurs familles pour recevoir leurs cours par le biais des différentes plates-formes virtuelles.

La clinique El Rosario (dans ses deux sites), a pris les dispositions nécessaires pour l'acquisition des équipements requis, dans la mesure du possible, pour faire face à cette urgence, comme prévu par le gouvernement et le secrétaire à la santé de Medellin. Tout le personnel est encore en activité et toujours prêt à faire face aux situations qui se présentent. Il convient de noter que toutes les interventions chirurgicales prévues ont été annulées, seuls les patients présentant des urgences vitales sont pris en charge et hospitalisés, par conséquent, les contributions économiques ont sensiblement diminué et cela entraîne une très grande préoccupation, pour le paiement de la masse salariale, qui est très élevée. En outre, les gens ont peur de se rendre dans des établissements cliniques par crainte de la contagion, ce qui affecte non seulement les soins fournis par les prestataires de soins de santé (HPS), mais aussi les soins médicaux prépayés et privés. Le gouvernement ne soutient pas financièrement les institutions privées, ce qui génère de multiples préoccupations concernant la stabilité institutionnelle. Des efforts ont été faits au niveau de la Présidence de la République, du département d'Antioquia, de la municipalité de Medellin et d'autres entités similaires, sans résultat.

Les maisons de sœurs âgées disposent de tout le personnel autorisé pour l'assistance intégrale des sœurs, puisque dans le décret présidentiel, cette prise en charge est comprise dans les exceptions accordées.

Le personnel de la maison provinciale et des collectivités locales part en vacances pendant la période d'internement obligatoire. Peu à peu, elles reviennent, en utilisant tous les protocoles de prévention, pour se soigner et soigner les sœurs et ainsi éviter la propagation de la maladie.

Pendant cette période, les Communiqués aux sœurs (4 au total) ont été utilisés pour clarifier la gestion de ces périodes d'isolement, notamment avec les familles, élèves, malades… et les employés. On a motivé également les sœurs à accepter les directives du gouvernement et à se protéger mutuellement "Je prends soin de moi, je prends soin de toi".

Nous suivons de près la situation au Panama et en Haïti, où les sœurs vivent également la quarantaine rigoureuse décrétée par leurs gouvernements respectifs. Le Panama est particulièrement préoccupant, étant donné l'importante contagion qui a été enregistrée.

Jusqu'à présent, grâce à Dieu, dans les trois pays où nous sommes présentes, il n'y a pas de cas de coronavirus chez les sœurs, ni chez le personnel qui travaille avec nous.

Nous avons célébré cette Semaine Sainte "d'une autre manière" à la maison provinciale. N'ayant pas l'aumônier avec nous, nous avons fait de la célébration quotidienne de la liturgie de la Parole, un moment fort de rencontre des trois communautés de la maison provinciale, ayant toujours dans nos intentions, de présenter au Seigneur la réalité que nous vivons au niveau de l'Eglise, de la Congrégation et du monde. Sr. Angela María Vélez Restrepo, supérieure provinciale, pendant cette période de quarantaine, a pris sur elle de préparer une réflexion très significative, centrée sur les lectures quotidiennes, pour nous inviter à assumer ce temps de façon particulière. Nous avons beaucoup apprécié son contenu, qui a été partagé avec toutes les sœurs de la Province. Nous avons également participé aux célébrations du pape François et des diocèses et archidiocèses pendant le triduum de Pâques.

C'était une occasion unique d'apprécier tout ce que nous avons, tout ce que nous avons reçu du Seigneur. Nous avons vraiment fait l'expérience que le Seigneur nous a donné "cent pour un". Bien qu'on nous demande d'être physiquement éloignées, il y a une approche spirituelle du Seigneur et des sœurs, toutes en quarantaine dans les 36 pays où nous sommes.

Avec optimisme, nous suivons ce chemin en sachant que nous sommes avec Jésus dans la même barque... La tempête va s'apaiser et de nouvelles opportunités nous seront données par le Seigneur pour continuer notre vie et notre mission.

DE LA PROVINCE DE SANTAFÉ

22/04/2020, Sr. Nidia Beatriz Mesa N. et Conseil.- Dans notre Province, grâce à Dieu, les sœurs se portent bien, en remplissant la quarantaine avec la plus grande discipline. Les sœurs du gouvernement provincial ont communiqué avec toutes les communautés par un appel vidéo, ce qui leur a permis de nous écouter, d'exprimer des sentiments et des émotions sur le moment que nous vivons.

Nous avons remarqué la présence de Dieu à travers ces événements qui nous motivent à renforcer la foi, l'espérance et la communion dans le partage quotidien ; à consacrer plus de temps à la réflexion, à l'étude de la Parole et des documents de la Congrégation. Nous nous sommes encore plus éveillés, malgré notre isolement, à la solidarité avec nous-mêmes et face à la douleur et à l'angoisse que connaît l'humanité. Quant à la mission administrative et éducative, nous la développons de manière virtuelle ; cela a nécessité un apprentissage et de nouvelles expériences.

Dans les écoles, les ressources informatiques ont été optimisées, grâce à des plates-formes et autres ressources, afin d'atteindre plus efficacement les élèves et les parents ; l'accès à ces ressources n'est pas toujours facile pour les destinataires, ce qui est préoccupant. Actuellement, les élèves et les enseignants reprennent le travail scolaire virtuel après une pause de deux semaines. L'intérêt des sœurs, le sens d'appartenance et la coresponsabilité des enseignants et des administrateurs méritent notre gratitude.  Le personnel des services généraux se réintègre dans leur travail avec des horaires flexibles, en respectant tous les protocoles d'hygiène et de soins indiqués par le gouvernement national.

En République Dominicaine, la communauté de Santiago de los Caballeros s’occupe d'un Hospice pour environ 80 personnes âgées, en ce moment il y a 4 sœurs qui collaborent dans cette institution, nous sommes inquiètes car il y a 8 employés asymptomatiques qui sont suspectés de Covid-19 ; par conséquent, nous nous tournons vers la providence de Dieu pour qu’elle protège ce lieu de mission.

La communauté de Clavellinas (école Fe y Alegría), gère la livraison des marchés que le gouvernement fournit aux familles des étudiants, ce qui implique des déplacements constants à l'Institution. Les communautés de Saint-Domingue et de La Romana restent en quarantaine absolue.

Aujourd'hui, 22 avril, la Colombie a enregistré 4149 infections, 196 décès et la République dominicaine 5300 infections et 260 décès.

Très unis devant notre Fondatrice en cette année de grâce, nous demandons son intercession pour que nous puissions continuer la mission que le Seigneur nous confie en ce moment historique.