« Femmes dirigeantes : pour un avenir égalitaire dans le monde du Covid-19 »

on 08 Mar, 2021

Dalmadih (L'Inde), 8/03/2021, Sr. Anney Chumar Maniamkot.- 8 MARS : JOURNÉE INTERNATIONALE DE LA FEMME 2021. La Journée internationale de la femme est une célébration mondiale qui met en lumière les réalisations des femmes, ainsi que l'égalité et l'appel au changement.

 Les Nations Unies ont annoncé le thème de la Journée internationale de la femme 2021, Femmes dirigeantes : pour un avenir égalitaire dans le monde du Covid-19. « Le thème célèbre les efforts considérables déployés par les femmes et les filles du monde entier pour se forger un avenir plus égalitaire et se rétablir de la pandémie du Covid-19 »[1]

Les femmes sont à l'avant-garde de la lutte contre la pandémie grâce à leurs connaissances, compétences et efficacité par le travail en réseau à la tête des gouvernements nationaux de 21 pays à travers le monde ; en tant aussi que professionnelles, agents de santé, soignantes, innovatrices et organisatrices communautaires. La crise a mis en évidence l'importance fondamentale de la contribution des femmes ainsi que les charges disproportionnées qu'elles supportent tant dans leur vie professionnelle que familiale.

L'Organisation mondiale de la santé a mené une analyse dans 104 pays et le résultat a démontré que 70% du personnel mondial de la santé est composé de femmes qui prennent soin des patients grâce à une interaction régulière, leur offrant non seulement des soins physiques mais aussi émotionnels et mentaux, ce qui est le plus nécessaire lorsqu'un patient a du mal à vivre les effets de cette maladie mortelle. Ces femmes courent un grand risque, car nombre d'entre elles ont été en contact avec le virus pendant leur service et de nombreux pays ont été témoins de la mort tragique de professionnels de la santé au cours de cette crise. « Le Conseil international des infirmières (CII) confirme que 1 500 infirmières sont décédées du COVID-19 dans 44 pays et estime que le nombre de décès dus au COVID-19 dans le monde pourrait être supérieur à 20 000 »[2]

Malgré leur contribution à la société à tous les niveaux, la représentation des femmes dans les espaces politiques nationaux et mondiaux est disproportionnée.

L’enfermement provoqué par la pandémie a entraîné une augmentation de la violence domestique et sexiste sur les femmes sous toutes ses formes (physique, psychologique et sexuelle). L'étude mondiale des Nations Unies sur les homicides de femmes et de filles montre que « chaque année, 50 000 femmes sont assassinées dans le contexte de la violence sexiste et des relations familiales ».[3] Les femmes souffrent du chômage et de la pauvreté, et si elles ont un emploi, celui-ci n'est pas rémunéré ou injustement payé.

Il faut mentionner que dans l'Inde moderne, de plus en plus de femmes ont fait des études dans tous les domaines de la vie et entrent peu à peu dans divers domaines professionnels. Dans notre société, se fait jour  une prise de conscience lente et constante des droits des femmes pour éviter leurs mauvais traitements et ne pas les considérer comme des objets de possession.

Cependant, il existe encore un grand nombre de femmes en Inde qui n’ont pas reçu d’éducation et qui se marient avant l’âge de 18 ans. Selon le recensement de 2011, l'alphabétisation des femmes est de 65,46%, contre 82,14% pour les hommes. Les statistiques indiquent que 245 millions de femmes en Inde n'ont pas dépassé la capacité de base de lire et d'écrire, ce qui est une quantité assez élevée. Le sex-ratio (943 femmes pour 1 000 hommes) vérifie que la société indienne continue à avoir des préjugés à l'égard des femmes et qu’il reste encore beaucoup à faire dans ce contexte. Environ 41% des femmes vivent du travail manuel.

A partir de la réalité de notre être de femmes, consacrées au service de la charité dans l'esprit et le charisme de Marie Poussepin, les sœurs de la Province de l'Inde servent avec amour et responsabilité et travaillent directement avec les femmes des secteurs sociaux, économiques et culturels plus en retard et qui souffrent des situations de marginalisation, d'exploitation et de violence, car ils sont souvent incapables de défendre leurs droits ou de prêter attention à leur autonomisation.

A travers un processus très délicat, la prise de conscience de leurs droits est cultivée et ils sont formés pour les revendiquer, nos sœurs dépassant les frontières culturelles et religieuses qui lient notre société en Inde, basée sur les castes. Grâce à nos efforts, nombre de ces femmes pauvres ont appris à dire non à la "culture du silence" et ont commencé à s'exprimer de manière responsable par une éducation critique et une action positive dans nos centres de services sociaux de Bangalore, Basti, Dalmadi, Dhulkot et Paruthiyoor. Cela nécessite des années de formation grâce à la création de groupes d'entraide de femmes, qui offrent la possibilité de travailler à leur compte, la stabilité économique à leurs familles et l'apprentissage de la gestion financière. Elles sont formées pour réfléchir ensemble, discuter et partager leurs préoccupations et apprendre à briser leur silence et à devenir des leaders avec détermination et courage pour exiger l'égalité de traitement dans la société.

"Il est impossible de penser au bien-être du monde si la condition des femmes ne s'améliore pas", a déclaré Swami Vivekananda, un moine hindou de l’Inde (1863-1902).

Le pape François continue de nous encourager quand il dit « qu’il est inacceptable que quelqu'un ait moins de droits parce qu'il est une femme, il est également inacceptable que le lieu de naissance ou de résidence par lui-même détermine déjà moins de possibilités pour une vie et un développement dignes».[4]

C'est ainsi que nous vivons notre engagement à être « Solidaires avec les plus pauvres dans la recherche de la justice, et que nous combattons avec eux la misère, l'ignorance et la maladie, jusque dans leurs causes les plus profondes, pour vivre l'Évangile avec eux »  C 27.


[1] https://www.unwomen.org/en/news/stories/2020/11/announcer-international-womens-day-2021.

[2] International Council of Nurses, ICN News October 20, 2020.

[3] https://www.unodc.org/documents/data-and-analysis/GSH2018/GSH18_Gender-related_killing_of_women_and_girls.pdf

[4] Frères Tous 121.