La contribution des femmes dans l'Église dans le contexte de la Synodalité...

on 12 Jan, 2023
Affichages : 741

Venezuela, Sr. Nícida Amparo Díaz, 12/01/2023.- La contribution des femmes est une aide adéquate pour l'humanité. Sa contribution est une aide adéquate, opportune, émergente, parce qu'elle, nous, nous rendons possible la complémentarité dans notre Église ; nous, avec nos frères, les hommes, nous ouvrons l'horizon pour marcher ensemble vers l'unité.

Non seulement pour marcher ensemble, mais pour marcher vers l'unité, convaincus que, dans nos différences, nous tissons cette unité qui rend crédible notre prédication du Royaume de Dieu. Hommes et femmes ou femmes et hommes, la perspective est fixée par chacun d'où il se trouve, mais que ce soit dans la liberté et avec l'esprit évangélique et l'esprit dominicain de contribution et d'action de Dieu qui nous montre le chemin et nous accompagne sur notre route.

La contribution des femmes dans l'Église dans le contexte de la synodalité réside dans la manière dont elles comprennent Dieu, surtout en tant que femmes, ce qui entraîne une plus grande responsabilité et coresponsabilité, car cela implique de témoigner d'un Dieu qui embrasse tous ses fils et toutes ses filles avec le même amour, la même tendresse et la même compassion. Un Dieu qui, en créant l'être humain, sait « qu'il n'est pas bon que l'homme soit seul ». C'est pourquoi il lui donne une aide adéquate" (Conf. Gen 2,18), car « l'homme seul n'est pas encore complet. Adam a besoin d'un toi humain, un être à la fois semblable et différent ; s'il n'était que semblable, une réplique ou un double, il ne serait pas son complément ; et s'il n'était que différent, il ne serait pas son compagnon ».[1] Avec la création de la femme, issue de l'homme, la création de l'homme est achevée et complétée. Ainsi, nous devons dire que la synodalité est tissée dans la complémentarité et à partir de là, nous allons ensemble ouvrir des voies. Marcher ensemble, oui, mais unis dans nos différences, chacun contribuant au don que nous avons reçu.

En lisant et en contemplant la Parole de Dieu, nous y trouvons des femmes qui ouvrent des chemins de synodalité à partir de cette fine intuition qui leur permet d'être présentes au bon moment et de prendre des initiatives : je me permets de paraphraser Maria Teresa Porcile :

À Cana, quelqu'un aurait pu remarquer qu'il n'y avait pas de vin, mais c'est une femme qui l'a fait (Marie).

En Samarie, quelqu'un aurait pu aller au puits à la recherche d'eau vive, mais c'est une femme qui était présente lorsque Jésus est arrivé (la Samaritaine).

À Béthanie, quelqu'un aurait pu parfumer le corps de Jésus, mais c'est encore une femme qui s'en est chargée, anticipant sa sépulture (Marie de Béthanie).

Au Calvaire, au pied de la Croix, quelqu'un aurait pu représenter le disciple, mais c'est la femme, la mère, les amies, qui sont restées à tout prix, accompagnant le moment le plus cruel et le plus douloureux de Jésus (sa mère, la sœur de sa mère, Marie la femme de Clopas et Marie-Madeleine, il y avait aussi Jean).

Dans le tombeau, quelqu'un aurait pu chercher à attendre et à trouver, mais c'est Marie-Madeleine qui a rencontré le Ressuscité et a été la première à être envoyée pour porter la Bonne Nouvelle à ses frères et sœurs.

L'autorité de ces femmes nous pousse à donner une continuité à la volonté de Dieu dans notre temps et à procurer son Royaume de Justice et de Paix, en faisant toujours le premier pas, non pas avec le désir d'être des protagonistes, mais comme coresponsables de la mission évangélisatrice.

1.       Elle sera une contribution lorsqu'elle vivra véritablement sa féminité.

La contribution des femmes dans l'Église dans le contexte de la synodalité sera plus convaincante lorsqu'elles vivront réellement leur condition de femmes et de femmes consacrées depuis le baptême, quel que soit le style de vie auquel elles se sont senties appelées ; lorsqu'elles assumeront leur engagement dans une fidélité créative, qui rend fécond et donne une nouvelle vie à l'Église... Dans cette réalité, elles savent que Dieu fera le reste, et qu'avec Lui nous rendrons possible la femme qu'Il a rêvée et créée : Un don pour l'humanité et pour l'Église, donc, "La femme, quel que soit son état ou sa profession, doit avant tout savoir réaliser sa féminité" (Edith Stein).

Les femmes par don sont intuitives, écoutent, discernent, dialoguent, créent et recréent, prennent des risques, sont des bergères inclusives, pédagogiques ; elles sont toujours là pour donner leur parole, leur contribution... à partir de leur engagement dans et comme Église : les mères et les grands-mères ont toujours transmis la foi et éduqué leurs enfants et petits-enfants dans l'expérience de la vie chrétienne ; les moniales et les religieuses ont offert à l'Église la parole fidèle de la prière et de la sagesse. Dans la promotion du travail, dans la sensibilisation écologique, dans l'éducation, etc., il y a toujours la contribution des femmes.

Chacune avec son propre charisme et convaincue de son identité chrétienne, elles renforcent leur engagement à construire une Église en tant que peuple de Dieu, où tous peuvent s'asseoir autour de la même table et chercher des voies ensemble. « L’Église reconnaît l’apport indispensable de la femme à la société, par sa sensibilité, son intuition et certaines capacités propres qui appartiennent habituellement plus aux femmes qu’aux hommes. Par exemple, l’attention féminine particulière envers les autres, qui s’exprime de façon spéciale, bien que non exclusive, dans la maternité. »(EG 103).

Mais pour que la proposition de synodalité devienne une réalité, nous devons désapprendre la mentalité machiste et apprendre à penser, réfléchir, prêcher à partir de notre être de femmes avec une mentalité inclusive et fraternelle, avec l'intuition et la finesse spirituelle qui nous définissent. La contribution qui " correspond aux femmes dans l'Église viendra de la femme elle-même, qui doit être la protagoniste du changement de mentalité sur elle-même : se sentir sujet de la communauté ecclésiale. Elle doit s'estimer profondément, faire confiance aux autres femmes, accepter la parole donnée par celles-ci et collaborer aux décisions prises par certaines d'entre elles. C'est la femme qui doit se sentir responsable et co-responsable de la mission confiée par Jésus à tous : hommes et femmes. Cela sera possible lorsque nous apprendrons à vivre authentiquement notre identité (Conf. Maria Teresa Porcile. Les femmes et les déclarations ecclésiales).

2.       Une contribution de sa manière d'être et d'être pour donner raison à l'espoir qui l'anime...

La contribution des femmes a toujours été marquée du sceau de la synodalité, c'est pourquoi leur apport a été déterminant dans la mission de l'Église ; Leur parole a façonné l'Église post-conciliaire, dans la proclamation de la foi, dans les différents services pastoraux où la diaconie des femmes a été réalisée dans toutes les églises locales, là où le prêtre n'arrive pas, sur le chemin du renouveau de la vie religieuse, dans la parole des théologiennes qui, après Vatican II, ont pu commencer à étudier et à enseigner dans les universités pontificales, ou en assumant certains rôles de responsabilité au niveau de la Curie romaine, des diocèses et des ministères pastoraux nationaux.

À cet égard, les paroles du pape François sont très sages : « Je vois avec joie combien de nombreuses femmes partagent des responsabilités pastorales avec les prêtres, apportent leur contribution à l’accompagnement des personnes, des familles ou des groupes et offrent de nouveaux apports à la réflexion théologique. Mais il faut encore élargir les espaces pour une présence féminine plus incisive dans l’Église.  En effet, « le génie féminin est nécessaire dans toutes les expressions de la vie sociale ; par conséquent, la présence des femmes dans le secteur du travail aussi doit être garantie » et dans les divers lieux où sont prises des décisions importantes, aussi bien dans l’Église que dans les structures sociales. » (EG 103).

Dans ce chemin de synodalité, nous devons nous reconnaître dans notre identité fondamentale, en accueillant avec humilité et joie le don que chacun de nous représente pour l'Église et le monde : des femmes et des hommes qui marchent ensemble comme des frères et des sœurs, révélant la beauté d'une humanité nouvelle, celle que Dieu a rêvée et créée depuis l'éternité.


[1] Juan Ruíz de la Peña. Imagen de Dios. Antropología Teológica. Pág. 35-36.