Un projet pour renforcer les tribus de Dalmadih (L'Inde)

Affichages : 3702

 DALMADIH - L'INDE

 - Améliorer les possibilités du groupe par des programmes d’enseignement, santé, agricoles et des activités dehors et dedans les fermes -

  
Dalmadih (L'Inde), Équipe des projets solidaires.- Les Sœurs Dominicaines de la Présentation nous sommes impliquées en quelques projets de développement à Dalmadih, quartier de Gumla, en Jharkhand, l’Inde, depuis 1996. Mais, à partir de 2010, nous commençons un travail de développement avec l’une des tribus. L’approche de développement de nos activités pendant ces années a été d’améliorer les possibilités du groupe par des programmes d’enseignement, santé, agricoles et des activités dehors et dedans les fermes. Notre approche holistique comprend le genre et le développement durable de l’environnement. Celui-ci est présent dans les actions des programmes et travaux qui ont été réalisés pendant six ans.

 

INFORMATION GÉNÉRALE DU PROJET ET SON CONTEXTE

L’endroit du projet comprend 28 villages concernant 9 peuples en Gumla, habités par les tribus Khadia, Munda, Oraon,... En tout, ils sont près de 5.585 habitants qui habitent dans 1.089 maisons. Malgré que chaque tribu parle son dialecte, les langues communes sont le Sadri et le Hindi.

Le 58% de la population que nous assistons est chrétienne, le 38% n’a pas une religion, c’est le culte à la nature, et le 14 % du reste sont des castes traditionnelles. Avoir des religions diverses n’est pas une difficulté pour les relations et le travail d’ensemble.

Un 95% des familles ont de petites fermes, la plupart agricoles. Leurs cultures dépendent de la pluie et ils ne peuvent semer qu’une fois par an pour se fournir toute l’année. À mesure que les années passent, la chute de pluie diminue, et le recours de l’eau est moins. Voici pourquoi les gens ont besoin de chercher des moyens de subsistance et participer à d’autres activités pour augmenter leur économie.

OBJECTIFS DU PROJET

  • Augmenter les bénéfices des familles.
  • Réduire les problèmes de santé, de reproduction, malnutrition, et invalidité.
  • Améliorer les niveaux d’éducation et la formation professionnelle.
  • Organiser la communauté.
  • Promouvoir les droits de la femme, des enfants, des tribus, des invalides et leurs terres.
  • Préserver la culture des tribus, soutenir la cohésion et la défense sociale.
  • Promouvoir l’égalité des sexes.
  • Approcher les aspects concernant le changement climatique.
 

1. LES RESULTATS


Ils sont en relation avec les quatre composants principaux du projet: éducation, santé/nutrition, organisation de la communauté, et les activités pour subsister.

A) ÉDUCATION

Le nombre des cours scolaires a augmenté jusqu’à 1.408 dans l’endroit où nous développons le projet. Cette année ont travaillé 10 centres d’aide aux étudiants, et 202 élèves bénéficient de l’approche holistique du programme. L’intérêt et performance des enfants grandi ; les réunions et conférences avec les parents font grandir leur responsabilité ; quelques jeunes ont reçu formation professionnelle. Les parents ont pris conscience du besoin d’une formation de qualité et 11 ont décidé d’envoyer leurs enfants à une école anglaise. Trois ont reçu une bourse de la communauté.

B) SANTÉ ET NUTRITION

Nous avons promu la prévention sanitaire des enfants et des femmes, avec une spéciale attention à la mortalité de l’enfance. Nous avons soigné 62 mamans par des naissances sûres, grâce au travail de l’équipe des centres de santé primaire. En outre, la totalité des enfants a été vaccinée, une révision ophtalmologiste a été pratiquée et les maladies infectieuses parmi la population des enfants ont été identifiées.

C) ORGANISATION DE LA COMMUNAUTÉ

    • Femmes : On leur a fait prendre conscience de l’importance d’être indépendantes économiquement, on les a motivé a épargner de l’argent, et demander un emprunt pour les besoins familiaux plus immédiats et commencer un petit affaire pour augmenter leurs revenus.
    • Enfants : 21 enfants ont reçu orientation sur leurs droits et comment les faire valoir. Ils ont réalisé des ateliers pour découvrir leurs potentiels.
    • Agriculteurs : Le groupe d’agriculteurs s’est réuni pour débattre et partager leurs opinions sur le changement climatique, fluctuation et méthodes de culture. Ceci leur a permis d’augmenter du 20% leur production.

D) ACTIVITÉS POUR LA SUBSISTANCE 

Le groupe « Self Help » et plus 5 personnes ont obtenu une aide économique pour commencer des activités et avoir d’autres revenus, comme des hôtels, petits commerces, poterie... Des jeunes ont été encouragés à mettre en marche des vergers et d’autres se sont organisés pour vendre les légumes dans les marchés. La distribution de matériel agricole a permis à 23 agriculteurs gagner de l’argent extra en cultivant des légumes. Les activités en relation avec la construction de barrages de terre, étangs, introduction d’engrais, pesticides et plantation d’arbres, a aidé 182 agriculteurs à conserver leurs ressources naturelles et améliorer leur production. L’émigration est un grave problème social, à cause de cela, cette année nous avons mis grand effort à convaincre les gens, moyennant des programmes de conscientisation, pour qu’elles s’organisent avec des activités agricoles et ne soient pas obligées de quitter leur terre.

2. PROGRAMMES DE FORMATION ORGANISÉS PAR LES VILLAGEOIS

Compétences en communication, valeurs moraux, conseils pour réussir la vie, gestion rurale, leadership, vaccination des enfants, rôle parental, malnutrition, premiers secours, supervision et évaluation. 

3. TRAVAIL MIS EN RÉSEAU

Le soutien de la population est total. Plusieurs agences connues comme : NABARD, TRIFED, GRAM UDHAM... nous offrent leur collaboration. La surveillante du développement de la femme et de l’enfance soutient le projet, de même les autorités municipales et du centre de santé de soins primaires. D’autres contacts offrent leur formation aux groupes divers.

4. CORRUPTION ET DROITS DES ENFANTS

Les parlements des enfants prennent des initiatives pour empêcher les défections et le trafic des filles. Les parents sont analphabètes et sont piégés par les agents qui cherchent les filles en Delhi et d’autres villes. Maintenant les enfants, membres des parlements, sont conscients de ces problèmes et quand il y a de cas semblables ils prennent l’initiative de protester mais, si la situation va plus loin de leurs possibilités, ils rapportent aux adultes disponibles pour qu’ils s’impliquent.

5. SUPERVISION ET ÉVALUATION

L’équipe responsable du projet visite régulièrement les villages pour regarder les activités. Elle évalue aussi, à niveau de secteur, pour connaître l’avis des bénéficiaires. L’évaluation annuelle est dirigée par le comité de développement
et d’autres..

Album photos...

myFlickr