Justice et Paix

Index de l'article

 

La migration, une réalité assumée avec compassion

Sr. Nícida Díaz Leal, Caracas (Venezuela).- La réalité de la migration au Venezuela aujourd'hui : une réalité subie par nos frères et sœurs, et assumée avec compassion par la vie consacrée et Red Clamor Venezuela (réseau ecclésial latino-américain et caribéen de migration, de déplacement, de refuge et de trafic d'êtres humains). Une réalité dont souffrent nos frères et sœurs migrants. Pourquoi la migration au Venezuela ? À cause de la situation du pays ; ils cherchent un meilleur avenir, une meilleure qualité de vie, ils ont peur devant tant de violence et d'insécurité, le manque d'aliments et de médicaments, la précarité des services de base : dans la plupart des États, ils vivent sans électricité, sans eau et sans gaz domestique. D'autre part, l'enseignement public a été réduit à deux jours par semaine ou à trois heures par jour afin que les enseignants et les professeurs puissent trouver un autre emploi pour subvenir aux besoins de leur famille. Des centaines de milliers de retraités et de professionnels n'ont pas assez d'argent pour se nourrir et se soigner quotidiennement ; les indigènes vénézuéliens ont actuellement le taux de malnutrition le plus élevé de l'histoire récente ; les travailleurs du secteur public gagnent moins de 10 %.

Il existe une bulle économique qui veut montrer qu'au Venezuela, tout est réglé, mais en réalité, seuls les détenteurs du pouvoir et les personnes liées au régime en profitent, tandis que 80 % des Vénézuéliens parviennent à survivre et, s'il n'y a pas d'autre moyen de vivre, ils émigrent sans regarder en arrière, portant dans leur cœur la douleur et la nostalgie, l'incertitude que la migration génère, mais ils décident de tout abandonner entre les mains de Dieu. Ils partent à la recherche d'une vie digne...

Nous sommes plongés dans une crise économique sans précédent, l'État est dans la misère et la société vénézuélienne est infiniment plus pauvre, la pauvreté nous prive d'espoir, le manque d'éducation crée le chaos et la confusion, la demande de main-d'œuvre bon marché et la demande de sexe commercialisé, l'impunité et l'absence de justice nous rendent vulnérables au non-respect de nos droits légitimes, créant un manque d'options pour le peuple vénézuélien, ce qui met la majorité à la merci de la migration forcée et de l'abandon volontaire aux trafiquants et aux trafiquants d'êtres humains.
 

Quelles sont les conséquences pour le Venezuela ?

Un pays abandonné par ses jeunes, qui sont exposés à un avenir sans espoir ; n'ayant pas la possibilité d'étudier, ils préfèrent émigrer à la recherche d'un travail. Ils sont la proie de l'esclavage moderne : traite illégale des êtres humains - victimes de la traite des êtres humains - exploitation du travail et exploitation sexuelle.

Familles éclatées et laissées pour compte : enfants et personnes âgées, le plus souvent laissés seuls à la maison...
 

Comment cela affecte-t-il les migrants lorsqu'ils arrivent dans un autre pays ?

La majorité des migrants partent sans papiers parce qu'ils n'y ont pas accès, car tout document est inaccessible en raison de son coût élevé ; cette réalité s'aggrave lorsqu'ils trouvent un emploi et parce qu'ils ne sont pas employés légalement, ils courent le risque d'être exploités au travail et menacés en raison de leur illégalité, parfois ils ne sont pas payés et sont licenciés sans rien... Ils sont utilisés et licenciés alors qu'ils ont déjà fait usage de leurs forces et de leurs capacités. Une autre réalité dont souffrent nos frères et sœurs migrants du fait qu'ils n'ont pas les documents requis est la mendicité forcée.

Une réalité prise en charge avec compassion : par la vie consacrée et la Clameur Rouge Venezuela.

La Commission Justice et Paix (Défense de la Vie) de Conver (Confédération Vénézuélienne des Religieux) et le Clameur Rouge Venezuela assument avec compassion cette réalité, comme une nouvelle manière de vivre nos charismes, accompagnés de la force que l'Esprit Saint nous donne pour être des signes d'espérance prophétique et des témoins d'une Église missionnaire et synodale qui marche avec les appauvris et les exclus.

Nous saisissons l'occasion providentielle de consolider les alliances avec les organisations ecclésiales du pays qui constituent le réseau Clamor, dans une perspective claire de la mission d'accueil, de protection, de promotion et d'intégration des migrants, des personnes déplacées et des réfugiés qui risquent d'être victimes de la traite des êtres humains.

Notre objectif est de créer une équipe d'animateurs interdisciplinaires qui seront en mobilité permanente pendant un an, accompagnant les 19 maisons de passage pour migrants et rapatriés que nous avons dans le pays, ainsi que les écoles et les services où nous servons et travaillons avec la population vulnérable, en formant et en informant, afin qu'ils soient en mesure d'assumer et d'intégrer dans leur vie quotidienne, les connaissances sur la migration, ses causes et ses conséquences.

Nous voulons également rendre visible la situation difficile vécue par les migrants qui ont été victimes de la traite ou d'autres crimes de haine, partager les expériences et apprendre les formes de recrutement et d'exploitation développées par les trafiquants et les exploiteurs, ainsi que les itinéraires qu'ils utilisent, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur des frontières vénézuéliennes. Actuellement, nous avons commencé à mettre en place des cours pour promouvoir le travail visant à éviter la migration et à prévenir la prostitution, ou toute autre situation qui met en danger la vie et la dignité des personnes.

Il s'agit d'une expérience significative où la synodalité devient une réalité, puisque les Congrégations présentes disposent de leurs structures pour rendre possible ce projet, qui n'est pas le nôtre, mais celui de Dieu, qui nous demande aujourd'hui de répondre à partir de nos charismes communs pour que "tous soient un et que le monde croie". Il n'y a pas d'autre voie à notre époque que la voie synodale où nous pouvons rêver les yeux ouverts et les pieds sur terre, en rendant possible le Royaume de Dieu dans la joie de servir et de donner la vie en communauté.

Toute cette réalité m'aide à évoquer Marie Poussepin qui s'est laissée surprendre par Dieu pour répondre à la réalité de son temps, en formant à la prévention et au soin de la vie de tant de jeunes en danger, en leur apprenant "à travailler pour vivre et à les rendre capables d'éviter les désordres auxquels la misère et l'ignorance les exposent" (IP). Elle a répondu aux besoins urgents de son temps et a formé la communauté pour poursuivre avec ses sœurs l'œuvre de Dieu... Nous aussi, aujourd'hui, nous sommes appelées à poursuivre "une attitude de conversion permanente pour vivre avec audace et prudence le projet de Marie Poussepin" (Cfr. 550 GC 2019. P. 25... "affronter le risque, réorienter nos présences, changer ce qui est nécessaire, raviver le feu de l'Esprit et la passion pour notre propre vocation" (550 GC 2019. P. 22).
 

 


 

Réflexion sur la justice

Sr. Marta Elena Vélez, délégué de Justice et Paix - Espagne.- La réalité de notre monde brisé exige de nous une réponse à la justice, qui devient une recherche continue et intense des causes. Dans chaque Chapitre général, Chapitre provincial, Conseil général élargi (CGE), ce thème résonne avec une générosité exigeante, réaffirmant notre engagement pour la JUSTICE, la PAIX ET L'INTÉGRITÉ DE LA CRÉATION, pour lutter contre toutes les formes de violence, de pauvreté et pour défendre avant tout la dignité de la personne humaine, en donnant la priorité à l'option des périphéries, là où « la vie crie ».


La Justice et la Paix, comme style de vie

 
« Le 55ème Chapitre Général 2019, insiste sur l'engagement de :
 
  • La Justice et la Paix, la protection de la Création comme style de vie, qui expriment notre option préférentielle pour les marginaux, les personnes en situation de précarité et toutes celles qui nous sont devenus « invisibles » dans nos sociétés.
Et il propose :
 
  • Soigner et défendre la vie dans son intégrité de manière éthique. Mettre en place des processus éco-pédagogiques expérimentaux ayant pour finalité la protection de l’environnement. Ceci exige de notre part un engagement personnel et communautaire pouvant être évalué dans toutes nos présences missionnaires.»

Source : Document du 55ème Chapitre général - 2019

 

La majorité des peuples indigènes continue « courbée »

« Jésus était en train d’enseigner dans une synagogue, un jour de Sabbat. Voici qu’il y avait là, une femme possédée d’un esprit qui la rendait infirme depuis dix-huit ans. Elle était toute courbée et absolument incapable de se redresser. En la voyant Jésus lui adressa la parole et lui dit : « Femme, te voici délivrée de ton infirmité. » Il lui imposa les mains : aussitôt elle redevint droite et rendait gloire à Dieu » (Lc 13, 10-13)

Sr. Dorys Gilma Zorro, province de Guadalupe.- J’aimerais m’attarder sur certains aspects de ce texte si beau et qui nous encourage tous et toutes. Les paroles « depuis dix-huit ans...voûtée, sans pouvoir se redresser complètement ». Je me demande : que sont dix-huit ans pour une femme ? Toute la vie. C’est un temps imparfait. Je ne sais pourquoi, mais je pense que le chiffre : 6 x 3, peut-être exagéré, manifeste l’imperfection totale, cette femme est complètement imparfaite aux yeux du monde. Et celui qui est imparfait ne mérite pas d’être pris en compte, mais bien plutôt d’être rejeté, isolé, doit disparaître. Je pense à tant d’hommes et de femmes, dans cette situation, que nous voyons imparfaits à cause de leur religion, ou leur condition sociale, pour leur couleur de peau, pour leur race, pour leurs idées, pour leurs incapacités ou capacités...

C’est incroyable, si nous continuons à chercher quelle est l’imperfection dans notre monde : qui ou quoi... nous voyons comme imparfaits : notre monde nous fait voir que l’imparfait est partout. Mais non seulement le temps, symbolique ou non, joue un rôle important dans ce texte, mais aussi le fait que la femme soit courbée. Que signifie pour nous cette parole : « courbée » ? Si nous faisions l’expérience d’être accroupis, nous arriverions à réaliser que nous ne pouvons voir que le sol, et un peu autour, mais on ne pourrait pas voire davantage, parce que, physiquement, il est impossible de voir plus loin. Qu’arrive-t-il à notre monde aujourd’hui, avec les gens qui, malgré la globalisation, la modernité, les technologies avancées continuent pauvres et marginalisés, souffrent encore beaucoup de la faim, restent toujours dans une situation de « dominés » non seulement intellectuellement, mais aussi économiquement et socialement ? C'est dire : ils continuent d’être courbés, ils sont courbés.

Dans notre milieu rural et indigène, malgré la richesse culturelle des peuples Mayas, Tsotsiles, Tseltales, nous voyons, tant les hommes que les femmes, être courbés car ils ne peuvent même pas avoir accès à leurs droits en tant que personnes humaines. On leur nie, tacitement, tout ce qui constitue une vie normale : éducation, santé, terre, produits alimentaires. C’est une énorme « frustration ». Peut-être peuvent-ils regarder tout ce qu’apporte la modernité, mais ne pouvant pas se redresser, ils ne peuvent pas toujours profiter, pour leur bien, de tout ce que notre monde innove jour après jour. Ces peuples assument, comme naturel, de baisser la tête, car ils sont habitués à vivre ainsi. L’expérience de les entendre dire : « je ne sais pas », « je ne sais pas quoi penser », « je n’ai pas d’idées », sont des phrases qui font découvrir que, bien que ce soit le XXIe siècle, la grande majorité des peuples indigènes continue « COURBES ». Beaucoup de facteurs les font demeurer ainsi : la marginalisation, parce que leurs langues sont considérées seulement comme expressions folkloriques, de même leurs vêtements, leurs coutumes, leurs fêtes. Mais on ne leur permet pas de voir plus loin, avant de leur faire sentir que c’est une honte de parler cette langue, de suivre ces coutumes et cette manière de penser le monde.

Mais : Qui est Jésus ? Ce Jésus va à la Synagogue, un jour de Sabbat et voit quelqu’un de courbé. Sa sensibilité, sa compassion, son horreur de voir qu’une fille de Dieu ait pu être tant d’années dans cette situation. Jésus n’a pas d’hésitation, il n’est pas « courbé », sa relation à Dieu, sa proximité avec son Père le font rester droit, compréhensif, lui donnent la possibilité de voir plus loin que lui-même. Il découvre la réalité qui l’environne, il voit la nécessité de l’autre, il découvre que tant d’autres : hommes et femmes, vivent dans la souffrance, dans l’expérience de la marginalisation, la solitude, l’humiliation, l’isolement, l’infériorité... Cela le rend compatissant, plein d’amour et solidaire comme son Père, à croire et être sûr que cette fille de Dieu a le droit d’être heureuse, à voir le monde comme Lui il le voit.

Et c’est à ce moment même que Jésus appelle la femme courbée, la touche et lui dit : « Femme, tu es libérée de ton infirmité ». Tant d’années ont passé sans qu’elle n’ait eu aucune espérance, se soit accoutumée à vivre ainsi... comme les peuples indigènes se sont accoutumés à vivre ainsi... Et maintenant arrive Jésus, et leur dit comme à la femme : tu es libre de ton infirmité... Il lui impose les mains et, à l’instant, elle se redresse... Quelle joie ! Il a suffit d’une parole pour qu’elle soit guérie. Seulement une parole et Jésus la guérit. C’est identique pour les peuples indigènes. Il suffit d’une parole pour que les peuples se redressent et marchent, découvrant tout ce que Dieu a donné à l’humanité, qu’ils peuvent admirer, profiter, discerner ce qui est le meilleur pour améliorer leur vie et avoir « une vraie vie normale ». Chaque peuple pourrait se demander si Dieu l’a appelé, l’a touché, lui a dit : « tu es libéré »et s’est redressé, pouvant regarder un immense et merveilleux panorama, mais aussi tout ce qui l’obscurcit. Il faut donc faire un discernement pour voir ce qui donne la vie ou apporte la mort. Travail minutieux pour tous et toutes. Chaque peuple a la possibilité de voir Jésus, d’en faire l’expérience, et en vivre comme Lui a fait l’expérience de son Père. C’est le défi pour tous et toutes, sans discrimination, sans rejets, de redire : « Lève-toi, resplendis, que brille ta lumière, la gloire du Seigneur se lève sur toi », et marcher transformés par Jésus, pour devenir de meilleurs peuples, de meilleures personnes et de meilleurs chrétiens !

Personnellement vous pourriez me demander : Combien d’années avez-vous été courbée ? Combien d’années avez-vous passé à regarder seulement le bout de votre nez ? Comment ai-je découvert que j’étais courbée ? pourquoi suis-je courbée ? Y aurait-il mille raisons, mille idées, mille pensées, mille actions...mille craintes, mille manières de voir ? et tant d’autres choses...Mais j’ai quelqu’un qui peut me redresser...Quelqu’un que souvent je n’écoute pas, je ne vois pas, je ne rencontre pas. Pourquoi est-ce que je ne fais pas l’expérience de faire silence au-dedans de moi ? D’écouter à l’intérieur de mon cœur ? Peut-être là, très au fond, s’entend la voix de Dieu qui me dit : viens, il veut que je m’approche pour me toucher, me guérir. Peut-être ce n’est pas à l’intérieur de moi sinon quelqu’un, qui, avec sa parole, motive ma vie, pour voir au-delà de moi-même, sortir jusqu’à l’autre, voir les besoins des autres, leurs préoccupations, leurs joies, leurs espérances... Ou aussi, prenant Sa Parole et la scrutant, ont rencontré en elle le message de vie que Dieu nous donne.

Jésus, tu es celui qui m’appelle, me touche et me guérit. Je te rends grâces de te manifester à tout moment, à travers les personnes, les événements et ta Parole même. Aujourd’hui tu m’invites à regarder « comme je suis courbée », à reconnaître que me laissant seulement toucher par toi je peux me redresser pour voir ton monde, comme tu l’as construit, et non comme nous l’avons changé. Aussi, c’est là, le défi pour moi : discerner l’appel de Dieu jour après jour, me laisser toucher par lui et transformer ma vie.


Les migrants et les réfugiés : des hommes et des femmes en quête de paix

« Avec un esprit miséricordieux, nous étreignons tous ceux qui fuient la guerre et la faim ou qui sont contraints de quitter leurs terres à cause des discriminations, des persécutions, de la pauvreté et de la dégradation environnementale.

Nous sommes conscients qu’ouvrir nos cœurs à la souffrance des autres ne suffit pas. Il y aura beaucoup à faire avant que nos frères et nos sœurs puissent recommencer à vivre en paix dans une maison sûre. Accueillir l’autre exige un engagement concret, une chaîne d’entraide et de bienveillance, une attention vigilante et compréhensive, la gestion responsable de nouvelles situations complexes qui, parfois, s’ajoutent aux autres problèmes innombrables déjà existants, ainsi que des ressources qui sont toujours limitées. En pratiquant la vertu de prudence, les gouvernants sauront accueillir, promouvoir, protéger et intégrer, en établissant des dispositions pratiques, dans la mesure compatible avec le bien réel de leur peuple, ...[pour] s’intégrer. Ils ont une responsabilité précise envers leurs communautés, dont ils doivent assurer les justes droits et le développement harmonieux, pour ne pas être comme le constructeur imprévoyant qui fit mal ses calculs et ne parvint pas à achever la tour qu’il avait commencé à bâtir. »
 

Source : Du Message du pape François pour la Journée Mondiale de la Paix - 2018

 


 

Quelques gouttes de spiritualité pour la Justice, la Paix et l’Ecologie 

 

La Charité ou les actions caritatives ?

Sr. Nícida Amparo Díaz, délégué de Justice et Paix - El Caribe.- Chaque fois que je réfléchis au sujet de la Charité , je contemple un monde où la misère des misérables : indigents, drogués et alcooliques, femmes dégradées dans leur dignité, enfants des rues: garçons et filles, hommes et femmes fouillant les poubelles pour trouver quelque chose à manger, jeunes sans horizon pour leur vie, réfugiés, immigrants, guerres, désolation, malades... est la réalité qui nous est servie comme pain quotidien... Comment et de quelle manière Marie Poussepin répondrait à tant de misère, à tant de solitude, à tant de souffrance ?

Un simple et profond parcours par les entrailles des sources de notre Congrégation

La misère et la miséricorde s’embrassent

Dourdan avait aussi son lot de misères accompagnées de la faim, des épidémies qui frappaient aux portes jour après jour... Marie Poussepin, non seulement portait secours, mais aussi a accueilli en sa maison la misérable : « Elle ne se contenta pas d’aider Marie Olivier, pauvre veuve, malade, mais elle l’installa dans sa propre chambre, pour la soigner jusqu’à sa mort ». Elle ne fait pas une faveur, ni davantage une œuvre de charité, au contraire, elle réalise l’acte le plus héroïque, inspiré de la Charité : traiter avec dignité et Miséricorde, le misérable....
 
Dans l’humble village de Sainville, « dévasté par la guerre , la faim, les épidémies, et où l’ignorance était grande », Marie Poussepin rencontre le visage de tant de petites filles sans asile, sans secours, de jeunes sans instruction et sans ressources, de malades sans assistance ni soins... Marie Poussepin, non seulement compatit, mais elle suit l’inspiration de la Providence pour répondre avec des œuvres de Miséricorde à la misère des misérables... Alors, « elle a retiré avec elle, des filles de la campagne, sans asyle et sans secours » pour « les élever dans la crainte de Dieu, leur apprendre à travailler pour gagner leur vie » et « les mettre en état de prévenir... les désordres où la misère et l’ignorance exposent » (IP).
 

De l’action caritative au Service de Charité au XXIè siècle

Devant tant de misère qui obscurcit le monde que Dieu non seulement a rêvé, mais a mis entre nos mains pour la réalisation de son rêve, laissons frémir nos entrailles et émouvoir notre cœur... De cette manière la Providence de Dieu nous dira comment répondre, de telle sorte que nos actions ne se transforment pas seulement en une action de charité, mais en un Service de Charité. Il découvrira dans la chair de mon frère le visage de la misère et de la douleur du Crucifié qui chemine toujours par nos rues et nos trottoirs, rencontré sur les chemins. Il vient à notre maison, cherchant un morceau de pain, un verre d’eau, un espace où se laver ou dormir, car il ne trouve pas «d’auberge» dans une société qui déprécie, écarte, ne veut pas voir et marginalise le malheureux ; Car il dérange notre tranquillité et, qui sait, questionne notre « rudesse égoïste » Une dynamique qui, comme la pieuvre, s’accroche à notre vie jusqu’à nous assimiler à l’ordre établi, nous convertissant en ses serviteurs.
 

La spiritualité chrétienne ne peut avoir d’autres chemins que ceux de la Miséricorde

La spiritualité chrétienne ne peut avoir d’autres chemins que ceux de la Miséricorde. Etre chrétien et fidèle à l’Evangile au XXIè siècle n’est autre que se donner soi-même, et vivre la Miséricorde en toutes ses dimensions. « Ou nous sommes miséricordieux(ses) ou nous ne sommes pas chrétien(nes)s ».

« Les œuvres de miséricorde ne peuvent passer de mode ! ».1 Encore moins en ces temps où rencontrer la Miséricorde n’est pas facile, par les chemins du monde où prédominent l’indifférence, l’individualisme, le désir véhément de défendre nos structures sans les recréer, d’être centré sur nous-mêmes, de regarder comment faire pour survivre, pendant que nos frères et nos sœurs n’ont ni courage, ni forces pour crier et faire entendre leur voix. Nous avons besoin de reconnaitre , à partir d’un regard contemplatif,, le regard de foi qui découvre le Dieu caché habitant dans les familles, les rues, les places, les écoles., « Nous avons besoin de Le contempler pour arriver à un dialogue, comme le Seigneur en a eu un avec la Samaritaine, à côté du puits où elle cherchait à étancher sa soif....ils sont très nombreux les non citoyens, les citoyens à demi intégrés et ceux « en trop » dans nos villes » ( EG 72.74).

« Dieu surmonte la misère avec la Miséricorde. Pour cela Dieu s’est humanisé. Et nous, les Humains, nous humanisons avec la Miséricorde ; et plus nous nous humanisons, plus nous nous faisons semblables à Dieu qui s’est humanisé.... Le dogme de notre foi : « Dieu s’est fait homme » se comprend correctement en disant : La Miséricorde s’est faite humaine. Le monde commence ainsi à être le Royaume de Dieu ».2 Ainsi est la dynamique que nous devons incarner en notre vie afin que nos actes ne se transforment pas en une faveur accordée, en une action charitable, mais en un acte héroïque, inspiré par la Providence de Dieu qui nous interroge : Où est ton frère ? ou nous dit : « Donnez-leur vous-mêmes à manger ».
 
1 et : Carlos Bazarra, "Vivir la Misericordia".

 

Dieu n’est pas indifférent ! Dieu accorde de l’importance à l’humanité, Dieu ne l’abandonne pas !

« Au début de l’année nouvelle, je voudrais accompagner de cette profonde conviction les vœux d’abondantes bénédictions et de paix, sous le signe de l’espérance, pour l’avenir de tout homme et de toute femme, de toute famille, peuple et nation du monde, ainsi que des Chefs d’État et de Gouvernement et des Responsables des religions.

En effet, ne perdons pas l’espérance de voir en 2016 chacun, engagé fermement et avec confiance, à différents niveaux, à réaliser la justice et à œuvrer pour la paix. Oui, celle-ci est don de Dieu et œuvre des hommes. La paix est don de Dieu, mais don confié à tous les hommes et à toutes les femmes qui sont appelés à le réaliser ».

Source : Du Message du pape François pour la Journée Mondiale de la Paix - 2016

 
 
Affichages : 22716