Justice et Paix face au cri du migrant

on 20 Fév, 2021
Affichages : 1182

Madrid (Espagne), 20/02/2021, Sr. Marta Elena Vélez, déléguée JPIC Province d’Espagne.- Justice, Paix et Intégrité de la Création (JPIC) est pour nous un défi des origines de la Congrégation; déjà Marie Poussepin a orienté sa mission, son engagement vers les plus pauvres, les jeunes femmes de la campagne, les différents types de victimes des guerres successives dans lesquelles la France était alors plongée.

Aujourd’hui, la Congrégation, motivée par l’audace créatrice, la générosité, la capacité de risque et la confiance absolue en Dieu de notre fondatrice, qui a su apporter des réponses concrètes à sa réalité, a de grandes exigences et défis dont l’engagement à JPIC; le récent Chapitre Général opte pour « ... la Justice, la Paix et le souci de la création comme un mode de vie qui exprime notre option préférentielle pour les marginalisés, les pauvres et les invisibles de nos sociétés » (55ème Chapitre Général 2019 p. 23).

Pour concrétiser cette décision capitulaire, la Province d’Espagne a choisi de s’associer à la tâche de nombreux hommes et femmes qui, en paroles et en actes très concrets, construisent la justice et la pai. (Projet - Statut de la Province d’Espagne, p. 10).

Notre présence à Madrid a plusieurs champs missionnaires, l’un d’eux est le travail d’équipe dans la prise en charge des migrants - réfugiés. Désireuses de travailler avec d’autres pour aider cette population de plus en plus nombreuse et défavorisée, nous avons décidé de nous joindre à un projet du Diocèse, qui compte un grand groupe de laïcs engagés dans cette pastorale.

Dans notre paroisse San Alfonso María de Ligorio, nous avons créé une petite maison pour l’accueil des migrants, nous l’appelons  « Casa de la Hospitalidad ». Lorsqu’ils arrivent, nous leur offrons le logement, la chaleur humaine et un dîner chaud que nous préparons dans notre communauté et que nous apportons ensuite à la paroisse; une fois sur place, nous préparons la table et la partageons avec eux. S’ils ont besoin d’un traitement médical, nous les conduisons dans les centres de santé, en leur donnant l’orientation nécessaire, selon le cas; nous gérons également l’accès aux sources d’emploi..., c’est-à-dire que nous essayons de répondre aux besoins les plus élémentaires. Quand il s’agit de familles, nous prenons les mesures appropriées s pour les transférer dans d’autres centres d’accueil du Diocèse, en veillant à ce que le groupe familial reste uni.

C’est un projet auquel nous apportons notre petit grain de sable pour rendre la situation de ces personnes plus humaine et digne. Pour de multiples raisons, elles ont été contraintes de quitter leur pays d’origine, leur langue, leur culture... d’aller là où elles ne sont rien et ne connaissent rien.

En tant que Sœurs dominicaines de la Présentation, nous sommes certaines que connaître la réalité est la première étape pour la transformer et ensuite avoir le courage d’affronter le risque ...

20 FÉVRIER : JOURNÉE MONDIALE DE LA JUSTICE SOCIALE