Entendre le cri de tous ceux qui sont bouleversés par les vagues de la vie

on 31 Jan, 2022
Affichages : 984

Malibay, Philippines, 18/12/2021, Sr. Ruby Clare Pulickal, déléguée JPIC.- Le pape François exhorte tous les hommes et les femmes de bonne volonté à demander la grâce d'entendre le cri de tous ceux qui sont bouleversés par les vagues de la vie : le cri des pauvres. L'écoute de ce cri n'est pas seulement l'expression de la douleur mais aussi un appel à la responsabilité. Elle nous offre la grâce d'écouter la voix des pauvres, de réfléchir à la précarité de leur vie et d'y répondre en sortant de nous-mêmes.

Les sœurs des communautés de Songkoy et Malibay, aux Philippines, n'ont pas seulement écouté le cri des enfants affamés, mais elles ont agi rapidement en exploitant les différentes opportunités en collaboration avec les frères dominicains et de nombreux bienfaiteurs. Notre attention s'est portée sur les enfants qui sont devenus beaucoup plus vulnérables avec l'impact de la pandémie. Privés de leurs activités scolaires et sociales, ils sont confinés dans les locaux de leurs petites maisons. Le cri des enfants affamés, bien que très fort, n'est généralement pas entendu par leurs parents qui sont incapables de leur offrir tout ce dont ils ont besoin. Cette triste réalité qui nous entoure est implacable et nous ne pouvons que tendre la main pour les nourrir. Avec l'aide de bienfaiteurs et de bénévoles, nous avons pu nourrir près de 700 enfants à Noël.

Le 29 décembre 2021, le Père Boyd Sulpico OP, l'économe provincial de la Province des Philippines est venu rencontrer les enfants de la localité de Malibay. Il y avait environ 200 enfants issus de familles à faibles revenus. Il a prié pour eux, les a bénis et leur a offert des paquets de nourriture. Ce fut une expérience émouvante de voir la lumière de la joie et de la gratitude se refléter sur leurs visages innocents. L'effet de la pandémie a paralysé la vie des gens ordinaires qui luttent quotidiennement pour subvenir à leurs besoins. Nous essayons de marcher avec eux, de ressentir leur douleur mentale, émotionnelle et physique et de leur tendre la main pour les soutenir. Nous sommes bénis par de nombreux cœurs généreux qui nous soutiennent car « Dieu ne manquera pas de vous accorder tout ce dont vous avez besoin, pourvu que vous vous conduisiez d'une manière digne de l'obtenir » (Marie Poussepin).