Une présence, multiples projets solidaires

 GUAIMACA - HONDURAS

 - La solidarité des bienfaiteurs a fait possible établir le Centre Marie Poussepin (CMP) -

  

Guaimaca (Honduras), Équipe de projets solidaires.- Ce fut l’ouragan Mitch en 1998, avec ses conséquences de dévastation et la demande du cardinal Sean O’Malley, alors Evêque de Fall River, Massachussetts, d’organiser une équipe diocésaine, que nous, comme province des États Unis, nous avons lu comme un appel urgent du Seigneur. Au moment du Synode des Evêques d’Amérique Latine, le pape Jean Paul II avait fait un appel de coopération entre les églises du Nord et du Sud.

Atelier de santé au CMPAtelier de santé au CMP

DÉBUT

Voilà comment Sr. María Ceballos en 2001, et d’autres sœurs après, nous nous sommes intégrées à l’équipe diocésaine, pour faire face aux urgences de la ville avec l’appui et la participation des membres des paroisses et des étudiants universitaires du Diocèse. Sr. María, infirmière, avait commencé à offrir des soins de santé dans le salon de la paroisse. Aussitôt, elle s’est rendu compte du besoin d’éducation des jeunes filles des villages qui n’avaient suivi que l’école primaire. En 2004, nous nous sommes établies comme une communauté dans la ville de Guaimaca.
 
Éducation intégrale et promotion des jeunes filles paysannes

La solidarité des bienfaiteurs a fait possible établir le Centre Marie Poussepin (CMP) où les jeunes filles ont pu vivre et aller à l´école de la ville. Les jeunes qui finissaient l’école primaire pouvaient continuer leurs études en secondaire. Dès 2007, ayant adopté le système IHER (Institut Hondureño d’éducation par la Radio), les jeunes reçoivent tout l’enseignement académique, et peuvent obtenir la graduation du baccalauréat et suivre des études universitaires. Une formation catholique fondée en valeurs et une formation en aptitudes sociales et techniques dans des ateliers spécialisés, les prépare à être, elles aussi, formatrices dans leurs villages.

 

Les soins de santé

Ce que nous avons commencé comme un simple dispensaire dans les locaux de la paroisse, depuis mars 2016, est un centre de santé séparé. Dans cet endroit, nous avons débuté les services médicaux et maintenant, en train de s’élargir, il va offrir des services dentaires. Actuellement nous offrons services primaires de santé, dentisterie, et médicine alternative. Nous organisons les Brigades Médicales et Dentaires qui arrivent des États-Unis pour collaborer avec nous.

Travail avec les laïcs

L’une des caractéristiques plus singulières et riches de notre expérience missionnaire à Honduras, et qui a permis d’offrir tous ces services, a été depuis le début, la présence des laïcs des paroisses et des universités de l’État de Massachusetts, et après, elle s’est élargie à d’autres bénévoles catholiques et d’autres religions avec qui nous avons travaillé côte à côte. Ils ont offert financement, conseils et travail spécialisé d’après leurs talents et préparation, pendant périodes longs ou courts de temps. Pendant quelques années nous avons reçu la collaboration et l’appui des professionnels honduriens et dernièrement le conseil de UNITEC, une université technique de Honduras. Dès son début le centre Marie Poussepin, fonctionne avec les bénévoles aussi honduriens que des États-Unis et depuis 2012 participe avec nous une groupe de laïcs Associés honduriens.

 
Cliquez sur l'image
 
Promotion humaine dans la ferme Nazareth

Un des collaborateurs laïcs a senti le besoin d’assurer la continuité des travaux initiés et a offert une ferme de 8.4 hectares pour l’agriculture et 91.7 hectares de bois. Peu à peu, et grâce à l’aide économique de petits projets, nous avons fait cultivable écologiquement, la plus part du sol : on a semé acajou, des arbres fruitiers, des plantes médicinales, du café et des bananes dernièrement, avec des serres il est plus aisé de cultiver la cayenne, le haricot rouge, et la tomate.

La ferme fournit des plantes médicales au dispensaire et offre produits alimentaires pour les jeunes, elle assure une ressource économique très importante pour le Centre, assurant aussi du travail aux hommes et femmes des familles nombreuses et s’est converti en motivation pour nos voisins, que dès maintenant, sont encouragés à cultiver leurs terres. L’agriculture dans la ferme fait part de la formation de nos élèves et offre à leurs parents la possibilité de collaboration active avec le Centre.

La communauté de Guaimaca, aujourd’hui

Notre communauté est internationale et, aujourd’hui est formée par sept sœurs, et depuis 2014 elle à une prolongation dans la maison de formation de Tegucigalpa, le capital. Nous et les filles en formation travaillons dans la paroisse et assurons une présence pastorale en plusieurs villages. 

Les unes et les autres nous nous sentons dans le charisme de Marie Poussepin par un travail libérateur de l’ignorance; un travail guérisseur du corps et de l’esprit ; un travail rédempteur qui ouvre des perspectives de réalisation aux personnes et familles. Dans cette triple mission, les protagonistes sont les mêmes bénéficiaires. Avec eux et pour eux nous ouvrons les chemins où Dieu nous surprend toujours, et nous fait expérimenter tous les jours sa Providence Divine.

Album photos...

myFlickr