Haïti : Bankomunal, economie pour les pauvres

on 27 Mai, 2017
0
0
0
s2sdefault

Port au Prince (HaÏti), 20/05/2017, Sr. Gloria Inés Gonzáles.- La Bankomunal est un programme d’économie solidaire pour aider des personnes de faibles ressources économiques à commencer des projets rentables. Ce projet vénézuélien, a rencontré dans l’Ecole saint Charles Borromée de Port au Prince, Haïti, l’espace propice à une expérience pilote. Actuellement existent quatre groupes qui ont permis à une centaine de familles de résoudre leurs difficultés et d’améliorer leurs conditions économiques.

Sa méthodologie simple et les documents à fournir par le groupe font que les associés ont le contrôle de la Banque. Ceux-ci se réunissent chaque mois pour donner des informations, acheter des actions et faire des prêts sans intérêts avec la caution d’un autre membre. L’argent recueilli par la vente des actions, remboursement d’amendes pour non-assistance ou retard dans les paiements, en constitue le capital. Les prêts se font selon les actions que chaque associé possède et l’emploi auquel elles seront destinées. 
 
L’école, motivée par cette idée d’innovation financière et solidaire , a mis en marche ce projet avec deux groupes. Le premier Bankomunal “TET ANSANM” s’est créé le 5 avril 2016, formé de 22 femmes, employées au commerce informel. Celles-ci, élèves du programme d’alphabétisation d’adultes, ont commencé avec un capital de 27 US et actuellement elles ont 617 US. C’est une exigence de fonctionnement que de faire circuler, en qualité de prêt, la totalité de l’argent.
 
Le deuxième Bankomunal s’appelle “L’UNION”. Il est intégré par 25 personnes : professeurs et élèves de l’école. Ils se réunissent le premier samedi de chaque mois . Ils ont commencé avec un apport modeste et jusqu’à maintenant le capital augmente. Le progrès des groupes étant si évident , de nouveaux groupes Bancaires se forment, avec des personnes des quartiers proches de l’école : « TIPA-TIPA » des urbanisations villa Colombia et Scalabrini , « COLLECTIVE » commence en Corail, zone de réfugiés après le tremblement de terre.
 

Cela demande une formation et un accompagnement pour acquérir l’habileté et une meilleure clarté dans l’apprentissage et l’assimilation de cette méthodologie. Pour le moment, la création de ces groupes génère une nouvelle vision de l’économie entre les personnes pauvres.

Haïti, BankomunalHaïti, Bankomunal