TÉMOIGNAGES : Sr. Ruth María Vallejo

on 15 Juil, 2020
Affichages : 1742

Medellín (Colombie), 15/07/2020, Sr. Ruth María Vallejo Isaza.- Raconter l'histoire ne se limite pas au simple fait d'une narration, mais va au-delà de la compréhension humaine, pour pouvoir comprendre que derrière chaque personne, il y a une histoire de chaque événement vécu. Cicéron a déjà dit que "l'histoire est témoin des temps, lumière de la vérité, vie de la mémoire, maître de vie, témoin de l'antiquité".

Sr. Ruth María au centreSr. Ruth María au centre

Une expérience vivante qui fait une histoire

Aujourd'hui, alors que 25 ans se sont écoulés depuis la béatification de Marie Poussepin, avec quelle joie nous évoquons ce moment où nous avons vu se réaliser un rêve attendu par tant de nos sœurs, qui croyaient chaque jour au chemin de l'Évangile tracé par notre fondatrice.

Toute la Congrégation, et en elle la Province, a fait de ce moment de préparation un espace d'étude, de réflexion et d'approfondissement autour de cette figure de l'Église, capable de remettre en cause la pauvreté de son temps et qui, soutenue par la Providence seule, savait faire du service caritatif la raison de notre communauté.

C'était un moment pour retourner aux fontaines ... pas à pas, nous avons vu Marie Poussepin monter sur les autels, comme les chansons de Sœur Margarita de la Encarnación que l'ont bien interprété et le théâtre magistral préparé dans la province par Sr. María Celina Giraldo J. Les forums organisés dans chaque structure avec les directives envoyées par le gouvernement général, nous ont permis de nous plonger dans cet événement ecclésial et de congrégation.

Nous vivons la grâce de la béatification comme un souvenir des merveilles de Dieu dans notre histoire, comme une expérience spirituelle, communautaire et missionnaire, et comme une nouvelle rencontre avec le chemin de l'Évangile tracé par l'humble, pieuse et charitable Marie Poussepin.

Les réflexions de Sr. Inés Mercedes Mejía Toro, prieure générale, et la Positio préparée par le père Bernard Préteseille, aumônier de la Maison-Mère et Soeur Madeleine St. Jean, nous ont permis de nous plonger dans la vie et l'œuvre de Marie Poussepin.

Dans la Province, toutes les sœurs ont été invitées à "vivre un jour à Sainville” ; goûter la simplicité de cette vie marquée par le son clair de la cloche invitant à la prière, au travail, partageant le pain de la fraternité ... Sr. Margarita de la Encarnación, dans les moindres détails, nous a fait découvrir ce que cela signifiait : « que le travail prie et que la prière fonctionne ». Ce fut un véritable retour aux sources pour aimer ce qui est nôtre.

Passons maintenant à Rome un instant : les célébrations ont commencé avec le Chapitre général dans une maison d'exercices spirituels à Montecucco. Le thème : «Marie Poussepin, apôtre sociale de la charité», nous a permis d'approfondir l'intuition de notre Fondatrice, dans la perspective privilégiée du Service caritatif. Nous avons vécu tous les événements comme une invitation à vivre pleinement la dimension contemplative de notre vocation apostolique, à regarder les misères de notre temps comme la nouvelle Sainville, d'où notre Mère Fondatrice a continué à nous appeler, à donner une nouvelle vie à son projet missionnaire ... un envoi reçu de Sr. María Fabiola Velásquez Maya, nouvelle prieure générale, a été le signe qui nous a placés dans l'ouverture et la disponibilité pour lire les signes des temps et continuer le chemin de la charité commencé à Sainville.

Et enfin le moment tant attendu est arrivé ... Le 19 novembre 1994, nous avons commencé les célébrations à Rome. Sœurs de toutes les Structures de la Congrégation, Frères dominicains, laïcs qui ont partagé la mission avec nous, nous étions arrivés à l'Auditorium Augustinien, où se tiendrait le Forum sur le thème : "Marie Poussepin, sa communauté dominicaine au service de la charité" . Thème qui synthétisait les études menées par les Provinces et le Chapitre Général qui avait pris fin et qui nous permettait d'écouter la voix des laïcs en relation avec leur expérience de vie avec la Congrégation.

En même temps dans chaque Province, Vice-Province et dans la Maison Mère, le Forum s'est tenu avec le thème préparé et les expériences vécues dans les communautés locales. Ce fut un moment pour découvrir comment la Congrégation a vibré à la concordance de l'événement qui nous a réunis.

Ce même jour, dans l'après-midi, à Rome, nous nous sommes réunies pour le renouvellement des vœux et en famille pour célébrer la béatification de trois membres de l'Ordre dominicain : Marie Poussepin, Père Hyacinte Marie Cormier, Maître de l'Ordre et sœur Agnés de Jesús, religieuse cloitrée. Selon l'expression de Saint Jean-Paul II, « après leur mort, ils continuent à témoigner de la vitalité de l'Ordre qui n'a cessé d'être une lumière pour l'Église… la simple évocation de ces noms constitue aujourd'hui un appel à chacun à reprendre la torche et de transmettre aux autres ce qui a été reçu ».

Le jour tant attendu arrive enfin : le 20 novembre 1994, à 5 heures du matin et les rangs des sœurs et des laïcs proches de la Congrégation attendaient l'ouverture des portes de la basilique Saint-Pierre. À l'heure précise, un par un a défilé au lieu désigné ... La célébration de l'Eucharistie s'est développée dans une atmosphère de solennité, où chaque moment était plein de contenu ... Quelle émotion de voir découvrir la bannière de Marie Poussepin à cet endroit ! D'une voix solennelle et lente, Sa Sainteté Saint Jean-Paul II a proclamé les nouveaux bienheureux et parmi eux : "MARIE POUSSEPIN fondatrice de la Congrégation des Sœurs Dominicaines de la Présentation de la Sainte Vierge" ... les applaudissements, les larmes, les câlins n’avons pas manqué au rendez-vous... à ce moment-là, toute la Congrégation était là.

Quand le Pape a fait référence à Marie Poussepin, il a déclaré : «… Elle a certainement su reconnaître la présence vivante du Seigneur de l'univers dans la personne des petits. Servir les pauvres c'est vivre la béatitude du Royaume ... le feu de l'amour divin en Marie Poussepin n'aurait pas existé, sans un profond esprit de contemplation et d'oblation ... ".

La célébration religieuse a été suivie d'un partage fraternel et festif, lecture des messages de partout, des appels téléphoniques ... toutes les sœurs ont voulu connaître chaque détail de l'événement qui nous a réunis. Comment oublier ces moments chargés d’histoire !

Le lendemain, nous sommes partis pour Paris pour commencer le pèlerinage à Dourdan, berceau de Notre Mère Fondatrice ; de là, après un court trajet en bus, nous avons continué à pied et en silence, vers Sainville: Nous avons visité le couvent, la communauté, le puits, la crypte où reposaient les restes de Marie Poussepin jusqu'à leur transfert à la maison mère, sa cellule, la Chapelle avec l'image sobre et significative de la Trinité ... Tout parlait d'une présence vivante, d'une flamme brûlante qui veut continuer à brûler dans des cœurs capables de tout donner au service de la charité, qui est souvent, un service silencieux et inconnu ...

De Sainville nous sommes partis pour Janville, la première fondation de Marie Poussepin, où la chapelle est conservée. Dans cette chapelle, l'acte de reconstitution de la communauté a été signé au chapitre du 21 novembre 1802. Le soir, nous arrivons à Tours, siège de la Maison Mère. Quel plaisir de pouvoir être dans le Tombeau de Notre Mère Fondatrice ... là dans la petite lampe qui se consume au quotidien, toutes les sœurs étaient présentes, l'avenir de la Congrégation et sa mission ...

Après quelques jours à boire dans les fontaines de l'histoire de la Congrégation, le pèlerinage a pris fin. Chaque étape, chaque lieu, avait été un contact avec les origines et la découverte de la merveilleuse histoire que le Seigneur a écrite à travers plus de trois siècles d'existence, avec chaque sœur qui a cru en cette voie de l'Évangile tracée par Marie Poussepin.


L'histoire ne s'arrête pas ... aujourd'hui nous sommes appelées à rendre possible par notre vie et notre mission, le miracle de la canonisation de Notre Mère Fondatrice, comme un don du Seigneur pour son Église.