Célébrez l'Année de la Grâce à la maison de de Marie Poussepin

on 28 Oct, 2020
Affichages : 1405

Dourdan (France), 28/10/2020, Soeurs Communauté Dourdan.- Le mois d'octobre a toujours eu une saveur de « famille Présentation » car on y célèbre la fête de Notre Mère Fondatrice, Marie Poussepin. En cette « Année de Grâce » pour les 25 ans de sa béatification, pour notre communauté locale, cela a une signification très particulière étant donné que nous avons la chance de vivre à sa maison natale à Dourdan France.

Celles qui composons la communauté de cette année 2020, nous avons déjà vécu neuf mois dans le lieu de naissance de notre fondatrice, où chacun des lieux nous raconte sa vie, sa famille, ses voisins, les amis, les jeunes, les malades ... de cette époque, et aujourd'hui elle nous permet aussi de réfléchir à la réalité actuelle du monde, de l'Église, de la Congrégation et de notre communauté à Dourdan, de prier, de contempler et de projeter tout ce que cette Maison de Dourdan nous révèle dans la mission que la Congrégation nous a confiée. C'est ici que le projet « de l'ouvrière de la Providence » a commencé dans la simplicité d'une vie chrétienne authentique engagée dans sa paroisse.

Nous allons faire le tour de la maison, à travers chacun des espaces qui nous invitent à rendre grâce à Dieu pour la vie et la réponse à la volonté de Dieu de Marie Poussepin, ainsi que pour réfléchir à la responsabilité que nous avons de mettre à jour la réponse opportune aux défis auxquels le monde, l'Eglise et la Congrégation sont confrontés et en particulier notre Eglise ici à Dourdan. Nous sommes dans la réalité mondiale de la pandémie, de la violence, des luttes de pouvoir, de la toxicomanie et du manque de valeurs chez nous ... qui a un grand impact sur les nouvelles générations.

Aujourd’hui, que nous dit chacun des lieux de votre lieu de naissance ?

• Nous commençons la visite de la maison (telle qu'elle est organisée aujourd'hui) par ordre décroissant. La chapelle qui se trouve dans le grenier, qui est un petit espace, son plafond en bois, assez bas, toutes les personnes grandes et petites doivent entrer accroupies, avec attention pour éviter les coups ... un endroit sobre, simple ... tout nous dit que nous sommes dans un « lieu sacré », douillet et silencieux, propice au dialogue avec le Seigneur. Avant le confinement, l'Eucharistie était célébrée le vendredi avec un bon groupe des personnes de la paroisse.

Aujourd'hui pour nous est l'espace pour écouter le Seigneur qui nous parle dans sa Parole et aussi dans la réalité d'un monde en crise due à la pandémie, la violence et les catastrophes naturelles et que nous prions toujours pour des solutions correctes et rapides, pour tous ceux qui souffrent de cette pandémie, de la pauvreté et de l’injustice. Nous prions également pour la Congrégation avec son gouvernement général et chacune des structures et pour chacune de nos sœurs. A vêpres, presque toujours, Françoise nous accompagne, une dame de la paroisse qui aime beaucoup Marie Poussepin.

• Au première étage, aujourd'hui est la bibliothèque, dans laquelle et selon l’histoire, c'était la chambre de Marie Poussepin, qu'elle avait réservée, pour y séjourner lorsqu'elle revenait de Sainville.

Notre expérience est significative car nous nous souvenons de certains événements de son histoire, par exemple la charité illimitée de Marie Poussepin, qui la conduisit à loger et soigner la personne âgée Marie Olivier et très sûrement bien d'autres actes de miséricorde que l'histoire ne nous dit pas ... aujourd'hui son témoignage nous pousse à accueillir tout le monde, à nous donner sans réserve et surtout à inventer chaque jour la manière de vivre la charité qu'elle nous a transmise et confiée à la Congrégation.

• Au rez-de-chaussée, aujourd’hui, nous trouvons la salle communautaire. Ici se réunit le groupe "Talita Kum", composé de personnes qui souffrent ou qui ont eu de grandes épreuves dans la vie, dans les réunions ils partagent leurs luttes et leurs souffrances et les éclairent avec la Parole et cela les aide beaucoup à avancer et à avoir beaucoup de confiance en Dieu et dans les gens ... un groupe qui, nous l'espérons, recommencera à se réunir quand les restrictions à cause de la pandémie, le permettront.

• La salle principale est assez grande, c'est l'espace où nous recevons les personnes qui viennent à notre Maison, plusieurs fois pour nous raconter leurs difficultés ou aussi leurs joies et réalisations ... Aujourd'hui, nous admirons l'amour que beaucoup de personnes à Dourdan portent à Marie Poussepin et ils nous racontent les faveurs que par leur intercession ils obtiennent de Dieu.

Comme il s'agit d'un grand espace, se réunit parfois le « Groupe du Rosaire », composé de personnes qui aiment la Vierge Marie, ils prient avec le chapelet, partagent la Parole, leurs histoires, leurs préoccupations sur la réalité, ainsi que de la nourriture simple … Une des sœurs les accompagne toujours, car elles se rencontrent à chaque fois dans l'une des maisons des membres.

Dans la salle du "petit musée" on trouve principalement la copie de la machine que Marie Poussepin a importée dans son usine en 1684, il y a aussi une bonne collection de tableaux importants et en rapport avec l'époque de Marie, le tableau de son neveu ... Cela nous rappelle à quel point elle était une grande femme d'affaires avec un sens social admirable. Son « industrie prospère des tissus de laine et de soie » dura 80 ans dans la Villa de Dourdan, collaborant à sa transformation et à son progrès » (Positio page 84 de l'année 1985). "On dit qu'elle n'a pas facturé les apprentis, au contraire, elle les a payés dès le début pour leur travail accompli ..." Elle a payé une grosse somme d'argent pour apprendre à utiliser les machines, récemment importées aux professeurs Fiacre Mullochon viennent de Paris et de l'Anglais Richard Kin, pour son frère Claudio dans les années 1684-1685 (POSITIO p. 83). Elle souhaitait très bien préparer son frère Claudio, pour qu'il assume la direction de l'usine.

Il y a aussi un livre où les gens qui nous visitent ils écrivent leurs pensées et maximes sur Marie Poussepin et sur son Œuvre dans le monde, ainsi que les faveurs accordées. Nous profitons de cet espace pour présenter Marie Poussepin à ceux qui nous visitent de manière simple mais intéressante.

• Nous devons encore dire quelque chose sur la cuisine et la salle à manger. C'est aussi un lieu où nous partageons avec les prêtres de la paroisse, des familles proches, avec nos sœurs qui nous visitent, en particulier les sœurs du gouvernement général et celles de Sainville avec lesquelles nous nous entraidons et soutenons en tout.

• Le jardin a été l'espace pour travailler dans la culture de plantes ornementales qui embellissent la maison et de légumes pour la nourriture. Nous avons partagé les fruits du jardin avec des amis, en recevant également des fruits de leurs jardins.

Dans la paroisse nous participons aux célébrations de l'Eucharistie, nous collaborons en aidant à donner la communion et aux lectures si nécessaire. A la sortie, nous rencontrons les paroissiens. Une des sœurs apporte la communion à l'un des malades. Nous avons participé à l'Eucharistie dans divers secteurs de la paroisse et il a été très important de les rencontrer et pour eux de nous connaître. Nous avons vécu de très belles célébrations, comme les engagements des catéchumènes, plus de 100 personnes, l'ordination d'un diacre de la paroisse avec la participation de tous les prêtres et diacres du diocèse.

Notre diocèse D’Evry a entamé le « Synode diocésain » afin de réfléchir ensemble sur quatre thèmes importants pour la vie chrétienne en ce moment et dans la réalité que nous vivons. Les thèmes sont: le discipulat, le souci de la maison commune, l'engagement envers les pauvres et les migrants et la diaconie. La méthodologie consiste à former de petits groupes pour prier, partager leurs préoccupations, se soutenir mutuellement et prendre soin les uns des autres. L'évêque espère qu'un millier de groupes seront organisés dans le diocèse. Nous en avons déjà vécu le lancement et nous avons été invités à la réunion des membres du grand groupe d'animateurs des petits groupes.

Et enfin, nous partageons avec vous un rêve que peu à peu nous le cristallisons: Former un Groupe de Laïcs de la Maison Marie Poussepin, afin qu'ils connaisse bien le charisme, la spiritualité et la mission de la Congrégation, ils puissent le vivre dans leur environnement familial et de travail et en même temps ils puissent nous aider à faire connaître Marie Poussepin à tous les Dourdanais, car tout le monde ne la connait pas. Si tout va bien, ce groupe commence par la célébration de la fête de Marie Poussepin le 14 octobre. Nous avons confiance en l'intercession de notre Fondatrice pour que son charisme continue vivant dans sa ville natale.

C'est avec notre quotidien que nous célébrons « l’Année de la Grâce » au lieu de naissance de Marie Poussepin. Rendre l'ordinaire de chaque jour extraordinaire par l'amour avec lequel nous le faisons, l'amour pour Dieu, pour la Congrégation et pour l'Église.