TÉMOIGNAGES : Sr. María Fabiola Velásquez

on 16 Nov, 2020
Affichages : 1637

Paris (France), 16/11/2020, Sr. María Fabiola Velásquez Maya.- EXPERIENCE PERSONNELLE DE LA CELEBRATION DE LA BEATIFICATION DE MARIE POUSSEPIN LE20 NOVEMBRE 1994 À ROME. Permettez-moi tout d’abord de vous signaler qu’ayant fréquenté depuis petite mon grand établissement d’éducation situé tout près de chez moi, tenu par les sœurs Dominicaines de la Présentation, j’ai entendu les sœurs parler de Marie Poussepin et comme tant d’autres élèves, j’ai admiré profondément cette femme extraordinaire que régulièrement les sœurs nous faisaient connaître avec simplicité et gratitude. Donc, en tant qu’élèves chez les sœurs, nous étions souvent invitées déjà à cette époque, à prier pour la Canonisation de Marie Poussepin.

FÉVRIER 1994 : EN PLEINE RÉUNION DU CONSEIL GÉNÉRAL À ROME, L’ANNONCE DE LA BÉATIFICATION DE MARIE POUSSEPIN NOUS EST PARVENUE !

Convoquées par sœur Inès Mercedes, alors encore Prieure Générale (elle était à la fin de son 3e mandat), nous nous trouvions en plein travail de Conseil lorsque le père Innocenzo Venchi, Op.Postulateur général pour la Cause de la Canonisation de Marie Poussepin, a demandé d’urgence à parler avec sr Inès Mercedes pour lui transmettre la grande nouvelle du Décret de la Béatification de notre Fondatrice pour le 20 novembre de cette année 1994…

Vous pouvez facilement vous imaginer quelle a été la joie que nous avons ressentie en prenant connaissance de cette annonce… Immédiatement nous avons applaudi de toutes nos forces à tel point que les sœurs qui étaient à la maison généralice, particulièrement celles qui travaillaient au secrétariat au premier étage, sont montées pour savoir ce qui se passait… En quelques minutes toutes les autres sœurs dans la maison ont appris l’heureuse nouvelle…

Rapidement nous nous sommes toutes retrouvées dans la salle à manger pour une pause café et pour échanger sur nos joyeuses impressions de retour à la salle du conseil, Sœur Inés Mercedes nous a soumis son désir de voir les questions plus urgentes qui étaient à l’ordre du jour pour cette séance de travail, puis de voir ensuite ensemble comment il fallait nous organiser pour la préparation de la Béatification de Marie Poussepin, car nous étions seulement à 9 mois de cette célébration.

À ce moment-là, les membres du Gouvernement Général étaient : Sr Leonor Avellaneda Navas, Sr Colette Papouin.Sr Maria Nuria Gaza. Sr María Magdalena Herrera, Sr Carmen del Pilar,Sr Maria Fabiola Velasquez Maya, Sr Catherine de la Présentation, Secrétaire Générale, Sr Marie Bernard du Rosaire, Econome Générale, Sr Inès Mercedes, Prieure Générale.

Dans la nouvelle organisation souhaitée par Sœur Inès Mercedes, il était nécessaire de tenir compte de plusieurs aspects : Sr Inés Mercedes se trouvait presque à la fin de son 3e mandat, qui devait s’achever à la fin du mois de juillet, début août. Ce chapitre qui devait élire obligatoirement une nouvelle Prieure Générale était déjà en train de se préparer, au plan de toute la Congrégation.

Donc, durant l’année deux voyages importants d’un bon nombre de sœurs provenant des pays où nous étions insérées auraient dû se réaliser. En réfléchissant en Conseil, il nous est venue l’idée d’écrire au Président du dicastère de la Congrégation des Religieux pour lui expliquer notre situation et pour lui demander si nous pouvions avoir une prolongation du mandat de trois mois pour Sr Inés Mercedes, ce qui nous permettrait d’avoir le chapitre d’élection de la nouvelle Prieure Générale vers le 20 octobre et de continuer avec la nouvelle équipe du gouvernement, les préparatifs pour la Béatification.

La réponse de la Congrégation des Religieux a été très rapide et nous étions très contentes de savoir que sœur Inés Mercedes pouvait continuer sans aucun problème avec nous. Nous avons vu alors qu’il valait mieux changer le lieu du chapitre qui était prévu à la Maison- Mère de Tours, pour le réaliser à Rome.

Étant donné qu’à la Maison Généralice à Rome il n’y avait pas suffisamment de place ni pour le chapitre, ni pour recevoir les personnes qui participeraient à la Béatification, nous avons commencé à chercher un lieu plus approprié à Rome ou dans ses alentours. Après plusieurs recherches nous avons trouvé une très bonne maison tenue par des sœurs espagnoles, non loin de Rome ou dès le début jusqu’à la fin, nous nous sommes senties « chez nous ».
Dès que possible, nous avons établi une communication très riche avec toute la Congrégation et principalement avec les Provinciales et Vice-provinciales pour les mettre au courant de tout ce que nous étions en train de vivre au niveau du Gouvernement Général. Les réactions aux circulaires envoyées par sœur Inès Mercedes ont établi un nouveau dialogue qui nous permettait de tisser de nouveaux liens sur l’avenir qu’il fallait préparer ensemble, et d’aborder certains points préoccupants qu’il fallait résoudre ensemble avec l’aide d’autres personnes.

C'est ainsi que nous est venue l’idée d’« une Commission pour la préparation de la Béatification », constituée par des sœurs de différentes nationalités, qui avaient l’habitude de s’investir au niveau national, continental ou intercontinental dans la préparation de divers événements, et qui se chargeraient de chercher d’autres collaborateurs ou collaboratrices pour cette tâche.

Il nous a semblé très important que les deux sœurs choisies, responsables de cette « commission de préparation de la Béatification » viennent nous rejoindre à la Maison Généralice pour plus d’efficacité. De cette façon elles se mettraient en relation avec certains organismes importants, ainsi qu’avec le Maître de l’Ordre qui était alors le frère Timothy Radcliffe, puisque le 20 novembre, en même temps que Marie Poussepin, seraient béatifiés le père Hyacinthe Marie Cormier, ancien Maitre de l’Ordre et Sœur Agnès de Jésus Galand de Langeac, moniale de l’Ordre Dominicain.

Après avoir choisi ensemble la date du 22 octobre pour réaliser le chapitre général à Monte Cucco dans la périphérie de Rome, nous avons demandé à Monseigneur Pierre Claverie op, évêque d’Oran (Algérie) de nous prêcher la retraite des 3 jours qui précèderaient le chapitre.

C’est en mettant ma confiance dans le Seigneur que j’ai accepté cette élection et que j’ai commencé à écrire une nouvelle page de notre histoire à la suite de Marie Poussepin, avec comme membres du gouvernement : Sœur Maria Magdalena Herrera, Sœur Carmen Léonor Cortés, Sœur Marina Mejia Toro, Sœur Solange Colliaut, Sœur Maria de Los Angeles Grau. Sœur Cécilia Remolina Vargas, Sr Catherine de la Présentation, secrétaire générale, Sr Marie Bernard du Rosaire, économe générale.

PARTAGE D’UNE EXPERIENCE INOUBLIABLE : LA CELEBRATION DE LA BEATIFICATION DE MARIE POUSSEPIN

C’est habitée par une émotion très profonde que je me dispose aujourd’hui à partager avec vous une inoubliable page de mon histoire personnelle, que je considère comme étant un « privilège exceptionnel » dans ma vie : participer personnellement à la célébration de la Béatification de Marie Poussepin, en tant que Prieure Générale de la Congrégation qu’elle a fondée il y a 324 ans.

Comme je le disais au début de ce témoignage, en tant qu’élève chez les sœurs dominicaines de la Présentation à Medellin, depuis mon plus jeune âge j’ai commencé à connaître notre fondatrice et à prier pour sa canonisation. Jamais de la vie je ne pouvais imaginer que je serai justement présente à cette magnifique Cérémonie qui m’a marquée profondément pour le reste de mon existence. Merci Seigneur pour ton amour miséricordieux envers moi !

Ce 20 novembre 1994, solennité du Christ Roi de l’Univers, une très grande assemblée remplissait totalement la basilique Saint-Pierre ; nombreux étaient les religieux et les religieuses des Ordres et des Congrégations auxquels appartenaient les nouveaux bienheureux ainsi que les amis ou familiers, venus des différents pays du monde, pour rendre hommage aux 5 personnes béatifiées.

Comme vous pouvez bien vous imaginer, j’étais à côté de sœur Inès Mercedes, à une place tout à fait spéciale, en face de l’autel central où le pape Jean-Paul II présidait la célébration.

Au début de celle-ci le cardinal Camillo Ruini, vicaire du Pape pour le diocèse de Rome, a postulé la Béatification, au nom aussi de l’archevêque de Tours et des évêques des autres diocèses dont étaient issus les autres « bienheureux », qui étaient accompagnés par les Postulateurs des Causes respectives.

Les concélébrants étaient environ une trentaine, parmi lesquels le Secrétaire de la Conférence épiscopale colombienne, Monseigneur Jorge Enrique Jiménez Carvajal, évêque de Zipaquira, le frère Timothy Radcliffe, Maître Général des Dominicains ; le frère général des Pères Mineurs, le recteur de l’Université Saint-Thomas de Rome (l'Angelicum) et le père tchèque dominicain, Jiri Vesely qui avait bénéficié de l’intervention miraculeuse du Père Cormier.

Le Pape Jean-Paul II a écouté une courte biographie des 5 nouveaux béatifiés, et à la suite il a lu la formule de la Béatification… à ce moment ont été dévoilées les tapisseries accrochées au balcon de la Basilique, représentant les visages des nouveaux bienheureux.

La première lecture a été faite en italien par Antonio Granzotto, neveu du béatifié Claudio, la deuxième en espagnol par sœur Inès Serrano de notre Congrégation, l’Évangile a été proclamé en français par le dominicain Jean-Nicolas Porret. Les intercessions ont été faites en portugais, anglais, tchèque, espagnol et français. Le Pape a prononcé l’homélie en italien et en français et se référant à Marie Poussepin il a dit : « À l’œuvre de l’intelligence croyante doit s’ajouter le témoignage de l’amour agissant, de la charité qui ne passera jamais et demeurera dans l’« empire éternel » annoncé par le prophète Daniel (Dn 7, 14). De cette charité active, Marie Poussepin fut saisie dès son enfance et elle eut à cœur de se mettre au service des plus démunis, dans le Tiers-Ordre dominicain de Dourdan, sa ville natale. Elle savait, en effet, reconnaître la vive présence du Seigneur de l’univers dans la personne des plus petits. Servir les pauvres, c’est vivre déjà la béatitude du Royaume. Marie Poussepin voulut faire de sa vie tout entière une offrande d’amour, comme le montre le texte des Règlements qu’elle donna aux Sœurs de charité dominicaines de la Présentation de la Vierge, fondées par elle à Sainville. Avec ses compagnes, religieuses apostoliques, elle décidait de travailler « pour l’utilité de la paroisse, pour instruire la jeunesse et servir les pauvres malades. Le feu de l’amour que le Christ est venu allumer sur la terre serait voué à s’éteindre si les familles n’avaient à cœur de l’entretenir. En cette année qui leur est particulièrement consacrée, Marie Poussepin livre un message de joie et d’espérance: née dans une famille qui l’a portée et qu’elle a soutenue, elle est désormais proposée à notre vénération comme une de nos sœurs en humanité, une fille de Dieu humble et généreuse, capable de comprendre les problèmes que rencontre une famille et de montrer également dans quelle direction il faut en chercher la solution: dans l’amour qui jaillit du Cœur du Christ, Roi de l’univers. »

CALENDAIRE DES CÉLÉBRATIONS EN FRANCE

26 Novembre Dourdan 15 h
- Visites organisées
- Conférence : M. Billard
- Eucharistie présidée par Monseigneur Herbulot, évêque d’Évry Corbeil-Essonnes. Église paroissiale de Dourdan

27 Novembre Tours 11h30
- Eucharistie présidée par Monseigneur Jean Honoré. Archevêque de Tour. Cathédrale de Tours
- Hommage à Marie Poussepin au centre international Vinci de Tours

28 Novembre Tours 11h30
- Eucharistie présidée par le Père Lintanf op. Provincial de Lyon. Chapelle de la Grande Bretèche
- Portes ouvertes 15 h

29 Novembre Sainville
- Pèlerinage
Janville
- Célébration de la Parole dans l’église paroissiale - 18 h
Chartres
- Eucharistie présidée par Monseigneur Perrier, Evêque de Chartres - 19 h

30 Novembre Tours 11h30
- Eucharistie présidée par Monsieur l’abbé Preteseille. Chapelle de la Bretèche

- Colloque « Marie Poussepin et son époque ». Salle de la Mairie de Tours. 14h30

Impossible d’apporter une conclusion à ce partage puisque, comme chacune d’entre nous, je renouvelle très sincèrement et librement mon engagement dans la dynamique d’un amour sans réserve par les chemins de la vie, en tant que « Fille de Marie Poussepin » que je suis depuis 57 ans, du jour où j’ai fait ma première profession à la Maison-Mère, « pour vivre et mourir dans l’exercice de la charité ».

C’est avec une grande insistance que, durant cette « Année d’action de Grâce » pour la Béatification de Marie Poussepin, j’ai demandé au Seigneur que nous soyons capables de réaffirmer l’ardeur de la charité dans notre Congrégation d’aujourd’hui, de savoir boire à nouveau à la source du charisme et de nous revitaliser profondément dans l’esprit des origines.