18 Nov, 2020
Affichages : 2103

Barcelone (Espagne), 18/11/2020, Srs. Gemma Morató Sendra et Conchi García Fernández.- Nous aimerions vous présenter une interview que nous avons réalisée avec Sœur Maria Escayola Coris, Prieure générale, à l'occasion de l'Année de Grâce. Comme nous le savons, nous sommes à un moment important, la clôture de cette Année de Grâce, où nous terminons un cycle, mais l'illusion de ce que nous avons commencé à vivre ne s'arrête pas nécessairement. En réalité, nous sommes dans un moment d'incertitude à cause des réalités que nous vivons, mais il est vrai aussi que nous voyons beaucoup de choses positives, il suffit de regarder les nouvelles en cette Année de Grâce. L'interview nous situe dans la Congrégation, mais aussi dans la réalité de l'Église et le monde, ou seront abordés des thèmes bien profonds et actuels. 

Lire la suite...
18 Nov, 2020
Affichages : 1534

18/11/2020, Équipe de coordination de l’Année de Grâce.- Chères sœurs : Alors que nous arrivons à la fin de l'année de grâce du 25ème anniversaire de la béatification de Marie Poussepin, nous sommes remplies de joie et de gratitude envers Dieu pour toutes les grâces et bénédictions reçus, pour nous avoir fortifiées dans notre amour et notre engagement envers Lui et Son peuple, à travers notre Congrégation. Nous sommes reconnaissantes à la bienheureuse Marie Poussepin de nous inviter à renouveler son/notre charisme, en répondant aux appels de l'Église et en étant attentives aux cris et aux désirs de nos frères et sœurs.

Lire la suite...
18 Nov, 2020
Affichages : 1855

Paris (France), 18/11/2020, Sr. Véronique Margron.- Cette année se voulait une « année de grâce », selon la décision de Sr Maria Escayola Coris et de son conseil. Elle aura permis une foultitude d’expressions et de recherches sur notre charisme, dans le sillage de notre fondatrice : culture de la rencontre, de la proximité, sens de la justice, importance de l’accompagnement, nécessité d’une charité toujours créatrice, etc. Nous avons reçu avec attention et intérêt ces contributions de sœurs de toute la congrégation. Ce bouillonnement, qui contient en creux ce qui demeure dans le secret des cœurs de chacune ou dans la discrétion des communautés, est à lui seul un bel et juste hommage. Parler « d’année de grâce » au regard de notre année 2020 est bien difficile. Difficile car avec la pandémie, le terrorisme, les tragédies humaines des migrations et la crise économique et sociale consécutive au covid-19, parler de grâce est bien délicat et pourrait paraître hors sol.

Lire la suite...