France : Lettres à Marie Poussepin - 2

on 26 Avr, 2020
Affichages : 1855

Province de France, 26/04/2020.- Nous continuons à la découverte des lettres à Marie Poussepin. Chaque Soeur exprimant ses désirs, et ses souhaits, elles partagent à travers ces lettres un grand trésor et un bon souvenir.

Marie Poussepin,

Je viens à toi bien timidement, en me permettant de te tutoyer, ce qui me semble plus facile pour se rencontrer dans cette lettre que je t’adresse aujourd’hui. Toi que je ne connais pas, ayant vécu à un autre siècle que le mien, mais te découvrant chaque jour depuis plus de 30 ans, non seulement à travers tes Règlements, ton histoire, celle de la Fondation de la Congrégation, mais aussi à travers les soeurs dont bon nombres ont déjà rejoints le Père et t’ont découvert ; à travers leur vie toute donnée, souvent sans compter leur temps, leur fatigue, au service de leur soeurs et frères dans des missions souvent humbles et pourtant si importantes pour toutes, sans faire de bruit, telle la cuisine, la buanderie, la couture, le ménage et l’entretien, l’accompagnement des enfants, les soins, le travail dans les paroisses, l’acceptation de responsabilités….. etc qui nous ont appris le don de soi sans calcul, la Foi simple et profonde encrée en Dieu même au coeur des épreuves, des tempêtes, le regard tourné vers Dieu, avec la confiance des petits et des humbles, la persévérance …, des vrais filles de Marie Poussepin, habitées de lumière qui parle au-delà des mots et nous dit la Présence d’un Dieu qui nous Aime.

C’est leur joie de vivre, de se retrouver, leur fraternité qui un jour m’a donnée envie de partager leur vie, suscité par l’Esprit du Seigneur, déjà là sans le savoir je commençais à découvrir et à aimer Marie Poussepin, son charisme et sa simplicité. Aujourd’hui voilà presque 32 ans que j’ai dit oui m’engageant dans cette Congrégation et plus de 36 ans comptant la formation où je chemine avec Dieu, avec les autres, avec moi-même, découvrant et vivant ton charisme, m’ouvrant à ton chemin, ta foi, ton audace, ta confiance, ta vision de loin, qui permettait d’assurer solidement ce que par l’Esprit Saint tu construisais, une Congrégation au service des plus pauvres, avec comme âme de la communauté la Charité, mais aussi à la confiance que tu avais déjà en celles qui après toi continuerons cette oeuvre de Dieu, avec l’Esprit Saint, les rendant capable de trouver des moyens pour s’adapter dans leur vie, dans leur communauté, dans leur mission à leur siècle, aux nouveaux défis et problèmes, besoins de leur société. Cette confiance-là en tes soeurs qui viendront après toi, sans savoir l’avenir, me touche beaucoup et me laisse dans le coeur avec douceur cette certitude de Dieu présent et à l’oeuvre dans toute l’histoire de notre Congrégation et dans l’histoire de nos vies et cela chaque jour, c’est comme un cadeau que tu nous laisses et nous redonne chaque jour. Merci à toi.

Par ton humanité et l’amour de chacun(e), des plus pauvres, par toute ta vie, dans un dévouement total, tu nous as montré que chaque personne est précieuse et digne d’être aimé.

Par ta vie ou rayonnait la lumière de Dieu, la droiture, la vérité et la paix, le service, le don de soi, ne rien garder pour soi, malgré les nombreuses épreuves et les obstacles, tu nous ouvres un chemin de vie, nous te sentons à nos côtés, nous encourageant, « confiance », ce que tu nous redis dans tes Règlements, et nous en avons besoin pour vivre notre vie aujourd’hui.

Ce qui me frappe beaucoup c’est quand tu as dit : « si vous vivez dans la fidélité à Dieu, et à mon esprit la Congrégation tiendra, elle traversera tout », Constitutions - intuition première p 16.

« Pour sa communauté « ouvrage de la seule providence », Marie Poussepin a tout donné ; Elle est sûre que « ses filles ne manqueront point de secours nécessaires, tant qu’elles seront fidèles à leur Règles et assidues au travail ». Elle attend tout de Dieu mais elle a confiance aussi en celles qui, répondant à l’appel du Seigneur, la suivront dans la foi. Des paroles fortes pour aujourd’hui, que je laisse raisonner en moi.

Tu as toujours su où était ta place juste, quand tu as laissé l’entreprise à ton frère, quand tu es partie à Sainville où la misère était grande, quand tu as cédé ton oeuvre à une autre qui te succèdera après, ne te gardant rien, quand tu as tout fait pour assurer l’avenir de cette oeuvre de Dieu……, nous disant ainsi que ton seul Trésors c’est Dieu et ton seul désir l’avenir et le Bonheur de tes soeurs sous la protection de la Providence Divine et de la Vierge Marie.

Tu nous renvoie tout le temps à Dieu pour ne pas croupir dans une faute, pour vivre en communauté avec nos soeurs, notre mission, pour grandir dans la confiance et l’amour de soi, des autres et de Dieu, pour tisser ce lien d’Amitié, d’Amour avec Lui qui seul nous permettra de vivre jusqu’au bout notre consécration, pour découvrir au fond de nous ce calme profond, cette paix de Dieu qui nous habitent, même au creux des tempêtes, comme la mer qui est malmenée au-dessus par vents et bourrasques, alors qu’en dessous tout est calme.

Tu nous as dit aussi l’importance de prendre du temps pour s’arrêter, se ressourcer, pour goûter tous les cadeaux, toutes les grâces reçues, pour revenir à Dieu et Le laisser nous aimer et nous transformer, pour mieux se donner à nouveau dans la vie avec nos soeurs et dans nos missions. La sagesse et l’équilibre humaine habitaient ton coeur.

Tu as su faire et vivre les choses simplement, les différentes étapes, les différentes épreuves, avec la Joie pour les autres sans te soucier des critiques que les gens pouvaient faire. Tu t’es laissé conduire par la Providence, tu as fait confiance, pas sans mal ni lutte mais avec Foi.

Tu as vécu pleinement ta vie, en renonçant à ce besoin de perfection pour toi et pour les autres et en donnant tout, sans rien te réserver, comme le dit ton testament.

Ta vie exprime que la Joie, la vraie c’est l’expérience de donner et de vivre pleinement sans rien attendre de retour et parce qu’elle ne connait aucune règle, la Joie n’a pas peur d’être imparfaite et peut nous surprendre même dans les moments les plus sombres.

Tu nous dis aussi comme un message que dans notre vie, oui nous vivrons des épreuves, des maladies, des tentations … , que notre vie pendra fin un jour, mais qu’importe, car chaque vie aura compté et que nous sommes totalement aimées. Et que la guérison quand nous la demandons ce n’est pas forcément celle du corps qui nous sera donnée mais celle du coeur qui reçoit cela comme un cadeau.

Ta vie nous montre que la foi est d’espérer dans un invisible sans avoir besoin de preuve. Qu’avoir la foi ce n’est pas seulement croire, c’est lâcher ses croyances, c’est consentir à faire confiance à ce qui est, tel que c’est, à se laisser conduire par l’Esprit, même si on est dérouté. Que l’espoir est au coeur de la foi et la fait vivre, elle jaillit naturellement en réponse à la peur et à l’incertitude, revient sans cesse comme une « chose » vivante.

Ta vie, ta foi, ta mission est pleine de richesses, d’enseignements, de Vie que nous n’aurons jamais fini de découvrir et de vivre en notre vie. Un jour dans le silence je suis restée là 2h30 devant ton tombeau à la chapelle de la Bretèche et en même temps devant Dieu, là simplement à la recherche, à l’écoute de quelque chose qui m’aiderait dans ma vie d’aujourd’hui, dans ce que je vivais. Dans ce long silence, j’écoutais, je me suis rendu compte que je n’étais pas seule, ce silence était habité, je me suis laissé porter par lui.

En moi comme un murmure monta ces paroles : « relisez l’Evangile, vos Constitutions, ce que je vous ai laissé comme points importants pour rester fidèle et avancer au coeur de ce monde, de la tempête et des vents contraires, les yeux fixés sur Dieu, dans la confiance ; restez fidèle à Dieu et à ce qui fait votre vie de consacrée. Rendez grâces au Seigneur de vous avoir choisie, de tout ce que vous avez reçu ; regardez votre vie, voyez les passages et la Présence de Dieu, comment Il a agi et vous a portée.

Et puis il y a cette belle prière que vous Lui dite chaque jour qui commence et finit par la Trinité et nous dit l’essentiel de Son message et de notre vie, dans une relation Trinitaire à Dieu, où Jésus nous ouvre Sa relation d’Amour avec le Père et nous invite à y entrer par l’Esprit.

« Seigneur tout puissant, Père, Fils et Saint Esprit, accorde-nous à l’imitation de la Bienheureuse Marie Poussepin d’être inébranlables dans la foi, fermes dans l’espérance et généreuses dans la charité, fonde nos âmes en une vivante communauté d’amour et de sainteté afin qu’elle puisse chanter éternellement le cantique de louange Gloire au Père, Gloire au Fils, Gloire au Saint Esprit »

Chaque mot me semblait rempli d’une signification profonde, d’une réalité insaisissable et bien vivante ; me montraistu Marie Poussepin quelque chose de cette réalité de Dieu qui t’entoure et t’habite désormais en plénitude et qui peut devenir nôtre aujourd’hui dans notre vie ? Je laisse ouverte cette interrogation et accueillais en moi comme une paix profonde qui venait m’habiter peu à peu de l’intérieur.

C’est bien simplement que je te partage cela, en ce jour tu m’as aidée à revenir à l’essentiel et à la confiance, merci. Je suis consciente que rien n’est fini, tout est à construire chaque jour, les grâces reçues restent mais le chemin reste à parcourir, à recommencer chaque jour.

Aujourd’hui il y a tant de bouleversements dans notre monde, la restructuration de notre Congrégation, le petit reste que nous devenons peu à peu, Jean Vanier entre ombre et lumière, la crise sociale, les migrants, la pauvreté grandissante, tant d’injustice et de violence, les défis de toutes sortes avec des avancées scientifiques qui ne sont pas sans risques pour l’homme à tout point de vue, la pandémie et ses conséquences terribles …… le changement positif de comportement, d’une humanité plus grande, qui est en train de naître …. Et nous avons besoin encore d’entendre ce que tu as à nous dire, entendre ce que l’Esprit nous souffle de la part de Dieu.

Me vient cette prière que je te partage :
Seigneur, Dieu notre Père, merci pour Marie Poussepin,
Pour l’oeuvre que tu as construite par elle, oeuvre de ta Providence,
Pour sa foi, sa docilité, sa confiance, sa prévoyance, sa force intérieure,
Merci pour toutes les soeurs qui ont oeuvrés à sa suite et jusqu’à aujourd’hui,
Qui ont donné leur vie au service des autres, dans l’exercice de la charité,
Jusque dans les missions les plus ingrates,
Qui année après année ont construit et construisent la Congrégation,
Donne vie à ton oeuvre d’Amour,
Merci pour celles qui oeuvrent aujourd’hui et pour celles qui viendront.
Nous ne savons pas comment seront les années qui viennent, ni comment nous
Serons amenées à vivre notre vie religieuse, communautaire et missionnaire,
Nous comptons sur Jésus avec nous, sur la force de l’Esprit, la Présence et l’Amour de Dieu et sur toi
Marie Poussepin pour veiller sur tes filles et les guider avec comme toi
Un oeil pour voir aujourd’hui et l’autre pour voir et anticiper demain.

Je suis heureuse d’avoir passé ce petit moment avec toi, je reste dans le silence près de toi et en Dieu pour comprendre et recevoir comment vivre chaque jour notre vie religieuse, notre foi, notre mission, tout ce qui fait notre vie. Que cette année de grâce nous ouvre profondément à ton charisme, à la volonté de Dieu, à son Amour et à sa Providence, à l’essentiel de notre vie, à une confiance sans limite en ce Dieu qui nous aime, qui non seulement m’habite mais habite aussi chacun(e), tout homme, toute femme et donc chacune de mes soeurs.

Merci Marie Poussepin !

 Sr. Catherine Arrondel

Poème !

Pour toi, Marie Poussepin, ces quelques mots !
Permets-moi tout d'abord de te dire ma joie,
celle de te savoir à nouveau établie, à Sainville,
Berceau de notre Congrégation.
Présence d'une communauté dont les membres qui la composent
parlent de notre internationalité !
Oui, une grande joie !

Voici 25 ans, que tu es béatifiée : l'Église reconnaissant
la Sainteté de ta vie,
l'oeuvre que tu as accomplie : Apôtre social de la Charité

Ce que j'aimerais te dire aujourd'hui :
je m'associe pleinement à l'action de grâce de toute la Présentation, pour l'oeuvre accomplie par
chacune d'entre nous !
Je vois : ta Famille habite le monde, elle fraternise avec les petits,
elle répand La Parole,
elle porte secours à tant de détresses ;

sans doute, ai-je apporté ma petite pierre à ce bel ouvrage, à cet édifice appelé Congrégation ....
Petite pierre, à Joué, à Fleury, à St Genès, à Ancizan ...
j'ai appris de toi qu'une Parole ne peut-être que répandue, à travers tous ces
petits gestes quotidiens et anonymes, forgeant ce désir d'aller vers l'autre et
lui dire Jésus Christ. ... 30 ans de charpente, ce charpentier de Nazareth !

J'ai pu découvrir que dans ta grande famille, tant de soeurs
rivalisent de fraternité, mêlant cultures et langues pour une même
charité, animées par le seul amour : celui de JESUS
Habitées par une même louange : Gloire au Père,
Gloire au Fils,
Gloire à l'Esprit
oui j'ai appris de toi le don, celui qui se donne au jour le jour, sans histoire et sans bruit, malgré la
fatigue, l'ennui parfois, la solitude du coeur ; mais chaque matin, ta tendresse se renouvelle et nous
invite à l'aventure !
Oui, j'ai appris la joie du partage, avec tant de parents, de jeunes, d'enfants,
joie d'entendre la Parole
d'en scruter le sens,
de la partager,
de la signifier à travers des signes, si petits soient-ils : images, maquettes, réalisations pratiques qui
parlent : petit train sillonnant les villages de Palestine,
bâteau-Eglise, propulsé par l'ESPRIT, par les Apôtres, Ceci afin de se mettre à la portée de
l'enfant ; j'ai appris de toi cette simplicité !
 
J'ai découvert aussi la confiance qui aide à prendre racine, et s'il y a des communautés qui se
multiplient...il y a aussi celles qui ferment, faute de bras pour soutenir : croire qu'une graine a été
semée, et qu'elle lèvera au temps voulu par le maître ... oui, confiance et espérance
 
j'ai appris qu'il faut aimer, malgré les apparences contraires,
qu'il faut savoir pardonner,
excuser,
découvrir le meilleur dans l'autre,
s'oublier pour laisser place à l'autre !
Marie Poussepin, je ne te connaissais pas,
personne dans mon entourage ne me parlait de toi,
mais il a fallu l'accueil et le sourire d'une de tes filles pour m'attirer à toi ;
oui, telle est la source qui m'a fait venir chez toi : un accueil, un sourire, une attention ; celle d'une
soeur de la Présentation ;
Oui alors, je crois profondément à tous ces gestes quotidiens qui traduisent la charité :
accueil, partage, attention, respect, écoute, silence ! Oh, cela ne fait pas beaucoup de bruit : ne dit-on
pas que le bruit ne fait pas de bien, et que le bien ne fait pas de bruit ?
Oui, c'est bien à partir de cette rencontre, que ma vie s'est posée chez Toi.
 
Marie Poussepin, notre monde n'est plus ce que nous avons connu ; ce n'est
plus le monde de notre enfance, adolescence,
c'est un monde en quête de sens, de vérité, de solidarité ; c'est un monde en
questionnement : laïcité, indifférence, loisirs, violences, recherche du
plaisir, du chacun pour soi
alors, ouvre nos yeux, qu'ils voient où peut se planter encore la
charité, celle de Christ ouvre nos coeurs et nos esprits,
élargi notre prière aux dimensions du monde, affermi notre Foi
garde-nous fidèles aux engagements pris,
en lien avec ce monde en quête de vérité !!
Que la Parole évangélique nous habite, nous façonne
qu'elle soit comme le pain que l'on partage ;
 
Oui, j'aime ton esprit de liberté et de sagesse,
la Famille pour toi ne fut pas un vain mot ! mais une réalité si forte, alors, regarde celles qui s'aiment,
celles qui se déchirent, regarde l'enfant qui aime tendrement son papa et sa maman !
 
Marie Poussepin,
tu as vu le bien et tu l'as fait : que nos regards voient, que nos mains agissent,
et qu'elles accomplissent ce que nos yeux ont vu !

Sr. Agnese Rinaldo

 

Je viens à toi bien timidement, en me permettant de te tutoyer, ce qui me semble plus facile pour se rencontrer dans cette lettre que je t’adresse aujourd’hui. Toi que je ne connais pas, ayant vécu à un autre siècle que le mien, mais te découvrant chaque jour depuis plus de 30 ans, non seulement à travers tes Règlements, ton histoire, celle de la Fondation de la Congrégation, mais aussi à travers les soeurs dont bon nombres ont déjà rejoints le Père et t’ont découvert ; à travers leur vie toute donnée, souvent sans compter leur temps, leur fatigue, au service de leur soeurs et frères dans des missions souvent humbles et pourtant si importantes pour toutes, sans faire de bruit, telle la cuisine, la buanderie, la couture, le ménage et l’entretien, l’accompagnement des enfants, les soins, le travail dans les paroisses, l’acceptation de responsabilités….. etc qui nous ont appris le don de soi sans calcul, la Foi simple et profonde encrée en Dieu même au coeur des épreuves, des tempêtes, le regard tourné vers Dieu, avec la confiance des petits et des humbles, la persévérance …, des vrais filles de Marie Poussepin, habitées de lumière qui parle au-delà des mots et nous dit la Présence d’un Dieu qui nous Aime.
C’est leur joie de vivre, de se retrouver, leur fraternité qui un jour m’a donnée envie de partager leur vie, suscité par l’Esprit du Seigneur, déjà là sans le savoir je commençais à découvrir et à aimer Marie Poussepin, son charisme et sa simplicité. Aujourd’hui voilà presque 32 ans que j’ai dit oui m’engageant dans cette Congrégation et plus de 36 ans comptant la formation où je chemine avec Dieu, avec les autres, avec moi-même, découvrant et vivant ton charisme, m’ouvrant à ton chemin, ta foi, ton audace, ta confiance, ta vision de loin, qui permettait d’assurer solidement ce que par l’Esprit Saint tu construisais, une Congrégation au service des plus pauvres, avec comme âme de la communauté la Charité, mais aussi à la confiance que tu avais déjà en celles qui après toi continuerons cette oeuvre de Dieu, avec l’Esprit Saint, les rendant capable de trouver des moyens pour s’adapter dans leur vie, dans leur communauté, dans leur mission à leur siècle, aux nouveaux défis et problèmes, besoins de leur société. Cette confiance-là en tes soeurs qui viendront après toi, sans savoir l’avenir, me touche beaucoup et me laisse dans le coeur avec douceur cette certitude de Dieu présent et à l’oeuvre dans toute l’histoire de notre Congrégation et dans l’histoire de nos vies et cela chaque jour, c’est comme un cadeau que tu nous laisses et nous redonne chaque jour. Merci à toi.
Par ton humanité et l’amour de chacun(e), des plus pauvres, par toute ta vie, dans un dévouement total, tu nous as montré que chaque personne est précieuse et digne d’être aimé.
Par ta vie ou rayonnait la lumière de Dieu, la droiture, la vérité et la paix, le service, le don de soi, ne rien garder pour soi, malgré les nombreuses épreuves et les obstacles, tu nous ouvres un chemin de vie, nous te sentons à nos côtés, nous encourageant, « confiance », ce que tu nous redis dans tes Règlements, et nous en avons besoin pour vivre notre vie aujourd’hui.
Ce qui me frappe beaucoup c’est quand tu as dit : « si vous vivez dans la fidélité à Dieu, et à mon esprit la Congrégation tiendra, elle traversera tout », Constitutions - intuition première p 16 « Pour sa communauté « ouvrage de la seule providence », Marie Poussepin a tout donné ; Elle est sûre que « ses filles ne manqueront point de secours nécessaires, tant qu’elles seront fidèles à leur Règles et assidues au travail ». Elle attend tout de Dieu mais elle a confiance aussi en celles qui, répondant à l’appel du Seigneur, la suivront dans la foi. Des paroles fortes pour aujourd’hui, que je laisse raisonner en moi.
Tu as toujours su où était ta place juste, quand tu as laissé l’entreprise à ton frère, quand tu es partie à Sainville où la misère était grande, quand tu as cédé ton oeuvre à une autre qui te succèdera après, ne te gardant rien, quand tu as tout fait pour assurer l’avenir de cette oeuvre de Dieu……, nous disant ainsi que ton seul Trésors c’est Dieu et ton seul désir l’avenir et le Bonheur de tes soeurs sous la protection de la Providence Divine et de la Vierge Marie.
Tu nous renvoie tout le temps à Dieu pour ne pas croupir dans une faute, pour vivre en communauté avec nos soeurs, notre mission, pour grandir dans la confiance et l’amour de soi, des autres et de Dieu, pour tisser ce lien d’Amitié, d’Amour avec Lui qui seul nous permettra de vivre jusqu’au bout notre consécration, pour découvrir au fond de nous
ce calme profond, cette paix de Dieu qui nous habitent, même au creux des tempêtes, comme la mer qui est malmenée
au-dessus par vents et bourrasques, alors qu’en dessous tout est calme.
Tu nous as dit aussi l’importance de prendre du temps pour s’arrêter, se ressourcer, pour goûter tous les cadeaux,
toutes les grâces reçues, pour revenir à Dieu et Le laisser nous aimer et nous transformer, pour mieux se donner à
nouveau dans la vie avec nos soeurs et dans nos missions. La sagesse et l’équilibre humaine habitaient ton coeur.
Tu as su faire et vivre les choses simplement, les différentes étapes, les différentes épreuves, avec la Joie pour les
autres sans te soucier des critiques que les gens pouvaient faire. Tu t’es laissé conduire par la Providence, tu as fait
confiance, pas sans mal ni lutte mais avec Foi.
Tu as vécu pleinement ta vie, en renonçant à ce besoin de perfection pour toi et pour les autres et en donnant tout,
sans rien te réserver, comme le dit ton testament.
Ta vie exprime que la Joie, la vraie c’est l’expérience de donner et de vivre pleinement sans rien attendre de retour et
parce qu’elle ne connait aucune règle, la Joie n’a pas peur d’être imparfaite et peut nous surprendre même dans les
moments les plus sombres.
Tu nous dis aussi comme un message que dans notre vie, oui nous vivrons des épreuves, des maladies, des tentations
… , que notre vie pendra fin un jour, mais qu’importe, car chaque vie aura compté et que nous sommes totalement
aimées. Et que la guérison quand nous la demandons ce n’est pas forcément celle du corps qui nous sera donnée mais
celle du coeur qui reçoit cela comme un cadeau.
Ta vie nous montre que la foi est d’espérer dans un invisible sans avoir besoin de preuve. Qu’avoir la foi ce n’est pas
seulement croire, c’est lâcher ses croyances, c’est consentir à faire confiance à ce qui est, tel que c’est, à se laisser
conduire par l’Esprit, même si on est dérouté. Que l’espoir est au coeur de la foi et la fait vivre, elle jaillit naturellement
en réponse à la peur et à l’incertitude, revient sans cesse comme une « chose » vivante.
Ta vie, ta foi, ta mission est pleine de richesses, d’enseignements, de Vie que nous n’aurons jamais fini de découvrir et
de vivre en notre vie.
Un jour dans le silence je suis restée là 2h30 devant ton tombeau à la chapelle de la Bretèche et en même temps
devant Dieu, là simplement à la recherche, à l’écoute de quelque chose qui m’aiderait dans ma vie d’aujourd’hui, dans
ce que je vivais. Dans ce long silence, j’écoutais, je me suis rendu compte que je n’étais pas seule, ce silence était
habité, je me suis laissé porter par lui.
En moi comme un murmure monta ces paroles : « relisez l’Evangile, vos Constitutions, ce que je vous ai laissé comme
points importants pour rester fidèle et avancer au coeur de ce monde, de la tempête et des vents contraires, les yeux
fixés sur Dieu, dans la confiance ; restez fidèle à Dieu et à ce qui fait votre vie de consacrée. Rendez grâces au Seigneur
de vous avoir choisie, de tout ce que vous avez reçu ; regardez votre vie, voyez les passages et la Présence de Dieu,
comment Il a agi et vous a portée.
Et puis il y a cette belle prière que vous Lui dite chaque jour qui commence et finit par la Trinité et nous dit l’essentiel
de Son message et de notre vie, dans une relation Trinitaire à Dieu, où Jésus nous ouvre Sa relation d’Amour avec le
Père et nous invite à y entrer par l’Esprit.
« Seigneur tout puissant, Père, Fils et Saint Esprit, accorde-nous à l’imitation de la Bienheureuse Marie Poussepin
d’être inébranlables dans la foi, fermes dans l’espérance et généreuses dans la charité, fonde nos âmes en une vivante
communauté d’amour et de sainteté afin qu’elle puisse chanter éternellement le cantique de louange Gloire au Père,
Gloire au Fils, Gloire au Saint Esprit »
Chaque mot me semblait rempli d’une signification profonde, d’une réalité insaisissable et bien vivante ; me montraistu
Marie Poussepin quelque chose de cette réalité de Dieu qui t’entoure et t’habite désormais en plénitude et qui peut
devenir nôtre aujourd’hui dans notre vie ? Je laisse ouverte cette interrogation et accueillais en moi comme une paix
profonde qui venait m’habiter peu à peu de l’intérieur.
C’est bien simplement que je te partage cela, en ce jour tu m’as aidée à revenir à l’essentiel et à la confiance, merci.
Je suis consciente que rien n’est fini, tout est à construire chaque jour, les grâces reçues restent mais le chemin reste
à parcourir, à recommencer chaque jour.
Aujourd’hui il y a tant de bouleversements dans notre monde, la restructuration de notre Congrégation, le petit reste
que nous devenons peu à peu, Jean Vanier entre ombre et lumière, la crise sociale, les migrants, la pauvreté
grandissante, tant d’injustice et de violence, les défis de toutes sortes avec des avancées scientifiques qui ne sont pas
sans risques pour l’homme à tout point de vue, la pandémie et ses conséquences terribles …… le changement positif
de comportement, d’une humanité plus grande, qui est en train de naître …. Et nous avons besoin encore d’entendre
ce que tu as à nous dire, entendre ce que l’Esprit nous souffle de la part de Dieu.
Me vient cette prière que je te partage :
Seigneur, Dieu notre Père, merci pour Marie Poussepin,
Pour l’oeuvre que tu as construite par elle, oeuvre de ta Providence,
Pour sa foi, sa docilité, sa confiance, sa prévoyance, sa force intérieure,
Merci pour toutes les soeurs qui ont oeuvrés à sa suite et jusqu’à aujourd’hui,
Qui ont donné leur vie au service des autres, dans l’exercice de la charité,
Jusque dans les missions les plus ingrates,
Qui année après année ont construit et construisent la Congrégation,
Donne vie à ton oeuvre d’Amour,
Merci pour celles qui oeuvrent aujourd’hui et pour celles qui viendront.
Nous ne savons pas comment seront les années qui viennent, ni comment nous
Serons amenées à vivre notre vie religieuse, communautaire et missionnaire,
Nous comptons sur Jésus avec nous, sur la force de l’Esprit, la Présence et l’Amour de Dieu et sur toi
Marie Poussepin pour veiller sur tes filles et les guider avec comme toi
Un oeil pour voir aujourd’hui et l’autre pour voir et anticiper demain.
Je suis heureuse d’avoir passé ce petit moment avec toi, je reste dans le silence près de toi et en Dieu pour comprendre
et recevoir comment vivre chaque jour notre vie religieuse, notre foi, notre mission, tout ce qui fait notre vie. Que
cette année de grâce nous ouvre profondément à ton charisme, à la volonté de Dieu, à son Amour et à sa Providence,
à l’essentiel de notre vie, à une confiance sans limite en ce Dieu qui nous aime, qui non seulement m’habite mais
habite aussi chacun(e), tout homme, toute femme et donc chacune de mes soeurs.
Merci Marie Poussepin
Catherine