Chercher et trouver

on 31 Oct, 2020
Affichages : 1479

Colombie, 31/10/2020, Sr. Carmen Rosario Medina Alvarado.- Matins froids, après-midi ensoleillés, nuits étoilées... tout se voyait au passage ; il n'y avait pas que les matins, les après-midi et les nuits ; en fait, c'était toute la vie qui invitait à contempler la finesse de Dieu au passage.

Ce sont ses pas qui parcourent constamment les champs de la Beauce. L'Esprit divin, comme la rosée du matin, répand l'étincelle de l'amour. Le peuple élu a senti ses pas et a écouté sa voix, une voix douce, tendre, silencieuse et délicate qui nous invitait à avoir de la compassion.

Non loin de là, Dieu préparait le berceau de cette petite fille, qui était de sa prédilection ; les heures, les jours, les mois passèrent et à Dourdan elle naquit. La divine Providence a tout fourni et c'est ainsi que dans la famille Poussepin Fourrier, cette belle histoire à la teinte indélébile a été écrite.

Eux, Claudio et Juliana, trempés dans la miséricorde infinie de l'Esprit, ne cessèrent d'être des instruments du bon Dieu, en ce lieu qui les invitait à faire mention de Dieu.

Leurs enfants, Marie, Ana, Juliana, Elizabeth, Claudio I, Claudio II et Claudio III, ont ressenti un à un la présence du Dieu de l'amour, qui avec un esprit renforcé, n'a cessé de bénir et de remercier Dieu, lorsqu'ils se sont sentis appelés non seulement à être les spectateurs d'une histoire, mais aussi à être les bâtisseurs d'une société nouvelle, dans ce coin du monde où Dieu les a poussés à pratiquer la charité.

La lecture du passé du point de vue de Dieu permet d'entrevoir comment cette sève fraîche qui nourrit et fortifie, génère une nouvelle vie selon le plan de Dieu.

Tout a été vécu dans ce foyer chrétien et paroissial, que la Divine Providence a choisi ; les dures épreuves ne se sont pas fait attendre, le décès des frères de Marie à l'exception de Claudio le plus jeune, la mort de leurs grands-parents ; le moment difficile que son père a vécu comme collecteur d'impôts, et tout le reste que la vie lui a apporté.

Du cœur de Dieu, s'est tissée l'histoire de ce personnage qui a toujours entrevu le plan de Dieu et l'a fait sien comme un héritage d'amour. Par de petits gestes de miséricorde, la charité s'est développée. Dieu était Dieu dans ce long voyage de la vie que la bienheureuse Marie Poussepin a vécu.

Le courage et l'audace de la Servante de Dieu la conduisent à orienter sa vie sur les chemins inspirés par la Divine Providence. Elle devient responsable de l'éducation de son jeune frère ; elle assume la dette de son père, prend la responsabilité de diriger l'usine et s'engage dans l'évangélisation au sein de la Confrérie de la Charité à laquelle appartient sa mère.

Dans son intériorité la plus profonde, où se produit la rencontre de Celui qui vient et de Celui qui va, surgit la parole silencieuse de l'aimée qui cherche sans cesse, le pèlerin à l'âme paisible et à lui faire déverser de cette source inépuisable reçue au baptême, les semences d'amour dans l'exercice de la Charité.

Rien ni personne ne pouvait l'arrêter, elle a compris que sa vie ne lui appartenait pas, que tout venait de Dieu et qu'elle devait Lui revenir. Une âme qui naît, vit et se donne par amour, ne reste pas silencieuse, elle vit dans un dynamisme total de son être, car elle sent qu'elle ne peut plus vivre qu'avec Lui, en Lui et pour Lui.

Par inspiration divine, il quitte Dourdan pour se rendre à Sainville. Cette réalité latente de misère, de faim, de pauvreté, d'orphelinat, d'ignorance... est le lieu théologique où elle a entendu la voix de Dieu l'invitant à répondre avec audace et créativité, avec prudence et responsabilité ; avec réalisme et sensibilité ; avec patience et gentillesse... c'est précisément là que le Dieu Un et Trine l'a envoyée pour manifester les dons et les qualités qu'il lui a toujours prodigués.

La Parole de Dieu, incarnée dans l'empreinte de son être, l'amène à révéler le Crucifié-Ressuscité dans ses actions et ses paroles quotidiennes. Dans son cœur, la vie du Maître en don constant résonnait toujours ; son âme, totalement abandonnée entre les mains de la Divine Providence, lui venait toujours en aide, donnant un nouvel élan aux nouvelles œuvres qu'elle entreprenait.

La femme de prière, de foi profonde, au regard tendre et simple ; la jeune femme humble et confiante, la sœur au visage serein et accueillant ; la femme d'affaires honnête et tenace ; la fille de Dieu dans la solidarité et la bonté, la mère respectueuse et patiente imprégnée de spiritualité dominicaine... est devenue une travailleuse de la Providence et un instrument entre les mains de Dieu.

Matin, après-midi et soir, Marie Poussepin ne percevait que Dieu, ne ressentait et n'écoutait que la voix de l'amour bien-aimé qu'à travers la Parole et la réalité latente de cette population lui chuchotait et émouvait son cœur :

“Mets ta joie dans le Seigneur : il comblera les désirs de ton coeur.” Ps. 37,4
“ Toi, reviens à ton Dieu : garde la fidélité et le droit, et mets ton espoir en ton Dieu, toujours.” Oseas 12, 7
“Je vous donne un commandement nouveau : c’est de vous aimer les uns les autres. Comme je vous ai aimés, vous aussi aimez-vous les uns les autres.” Juan 13, 34
 “Jésus lui répondit : « Si tu veux être parfait, va, vends ce que tu possèdes, donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans les cieux. Puis viens, suis-moi. » Mt. 19,21
“Guérissez les malades, ressuscitez les morts, purifiez les lépreux, expulsez les démons. Vous avez reçu gratuitement : donnez gratuitement.” Mt. 10,8
“ Car celui qui veut sauver sa vie la perdra, mais qui perd sa vie à cause de moi la trouvera.” Mt. 16,25
“Car j’avais faim, et vous m’avez donné à manger ; j’avais soif, et vous m’avez donné à boire ; j’étais un étranger, et vous m’avez accueilli” Mt. 25, 35
“Que chacun donne comme il a décidé dans son cœur, sans regret et sans contrainte, car Dieu aime celui qui donne joyeusement.” 2 Co 9,7
 

Sentant que c'est la volonté de Dieu de vivre et de mourir au service de l'Eglise dans l'exercice de la Charité, la Servante de Dieu a fondé sa Communauté du Tiers Ordre de Saint Dominique pour se consacrer à l'enseignement, au service de la santé et de l'utilité de la paroisse.

Sa profonde spiritualité, son sens futuriste et son attitude de service à la manière de Jésus de Nazareth, l'ont poussée à laisser par écrit ce qu'elle avait vécu depuis longtemps, la joie qu'elle ressentait pour ce que Dieu lui avait révélé et que l'Esprit lui avait inspiré... cette accumulation d'expériences profondes de Foi, où tous les sentiments vécus avec émotion étaient réunis ; dans le petit village de Sainville, elle a décidé de les laisser en héritage à ses sœurs afin qu'elles puissent continuer à poser de beaux gestes de rédemption dans les villages où la sainte obéissance les conduirait à étendre le Royaume de Dieu.

La fidèle compagne de route qui rend visibles les chemins droits du Seigneur ; la jeune femme de Nazareth qui a entendu la Parole de Dieu et l'a accomplie ; la femme priante qui marche avec les personnes qui lui offrent leur protection ; celle qui est pleine de Grâce et qui vit dans le don constant de soi... elle a toujours vécu dans son cœur humble, tendre et simple.

A la Bienheureuse Vierge Marie lors de sa présentation au Temple, elle la laisse comme modèle et patronne de sa Congrégation. Après plus de trois siècles d'histoire, la graine qui a germé à Dourdan et s'est répandue à Sainville, continue aujourd'hui à se répandre dans le monde entier.

Les nouveaux appels de Dieu et de l'Église à chaque sœur de Charité dominicaine de la Présentation de la Sainte Vierge, est de suivre les pas du Maître du Charisme fondateur de la Présentation avec un cœur ouvert et disponible pour être au début de ce voyage de restructuration.