De Corée ils nous écrivent

on 16 Juil, 2020
Affichages : 1557

Cathedral de Daehwa Dong, Diocèse de Uijeongbu (Corée du Sud), 16/07/2020, Seok Hyeong-su (Joachim).- Le mois de mai en Corée du Sud est appelé le mois de la famille. Nous prions aussi traditionnellement le chapelet à la maison en mai. 

Seok Hyeong-su (Joachim)Seok Hyeong-su (Joachim)

Une vie dans la compréhension

À une époque où la propagation mondiale des maladies infectieuses nous a imposé de nombreuses limites, la plupart d'entre nous, à la maison, accordons une importance encore plus spirituelle au chapelet. Pendant cette crise, tout le monde a redécouvert et pratiqué la beauté de la prière du chapelet en famille. Pendant ces crises de pandémie, toute ma famille en ces derniers mois prie le chapelet tous les jours, en demandant la protection de Marie notre Mère. En priant le chapelet, nous regardons le visage du Christ avec le cœur de notre mère, la Vierge Marie. La Vierge Marie a tissé les paroles de Dieu dans nos bras et nous a parlé des merveilles de Dieu dans notre vie. Voici pourquoi nous demandons l'aide de la Sainte Mère.

"Jésus prit un enfant, le mit au milieu et l'embrassa et dit aux gens, quiconque accepte un enfant comme celui-ci en mon nom m'acceptera. Et quiconque m'accepte ne m'accepte pas, mais accepte celui qui m'a envoyé". (Mc 9, 36-37) Cette parole se fait visible, dans la vie des sœurs qui sont venues de l'Inde lointaine de la Corée pour vivre une vie missionnaire. La présence des sœurs célèbre ses 25 ans ici en Corée et fait mémoire de la bienheureuse Marie Poussepin sa fondatrice dans la célébration de 25 ans de sa béatification. Les sœurs en Corée se sont enracinées dans les difficultés et les conflits linguistiques et culturels. Je suis également associée aux sœurs depuis 15 ans. Elles dirigent une garderie pour enfants et un foyer d’étudiantes, et s'occupent des petites et jeunes filles. Je fais l'expérience que les sœurs partagent et vivent la vie de Marie Poussepin, qui était proche des enfants pour les aimer et s'occuper d'eux. Les enfants qui viennent d'un terrain de jeu inégal, pour ainsi dire d'un environnement malsain, sont confiés aux sœurs. 

En vivant dans le monde, nous regardons le monde et le monde voit que nous sommes entremêlées comme des fils qui sont reliés les uns aux autres. En grande partie, la relation entre les Coréens et les étrangers s'exprime, mais les sœurs, qui sont présentes ici, ont le sentiment qu'elles ne sont pas du tout des étrangères. Je me sens très proche d'elles. La présence des sœurs ici est la présence de la bienheureuse Marie Poussepin, car elles vivent ce que Marie Poussepin leur a enseigné. La chose la plus importante dans la vie communautaire est la modération et le partage. C'est difficile de vivre ensemble sans cela. C'est aussi une histoire sur le fait d'être pauvre... C'est un grand défi que d'être un religieux engagé.

Jésus a dit : "Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés"... Mais il n'est pas facile de s'aimer les uns les autres comme le Christ. Les enfants perdus et non désirés qui vivent avec les sœurs dans le foyer d’etudiantes rappellent toujours son amour. Elles partagent l'amour et le bonheur comme une famille, mais en même temps, c'est une tâche difficile de les former à l'amour pour passer de l'enfance à la jeunesse (surtout à l'adolescence). Néanmoins, les sœurs, qui ont passé 25 ans sur le sol coréen, seront rejointes par des applaudissements de louange et de gloire de Dieu.

"Au bord de la croix de Jésus se tenait sa mère..." Ils ne pouvaient rien faire pour que Jésus soit suspendu à la croix. Marie, notre mère, "se tenant à côté avec amour et compassion pour son fils", c'est tout ce qu'elle pouvait faire. Mais paradoxalement, nous pouvons voir à quel point la foi en Jésus est grande dans cet acte même. Non seulement Pierre, qui a dit qu'il donnerait sa vie pour Jésus, mais aussi d'autres disciples l'ont abandonné et se sont enfuis. Parce qu'ils avaient peur d'avoir des ennuis s'ils apprenaient à le connaître au moment de sa mort. Mais la Sainte Mère se tenait devant les yeux de l'impitoyable violence et menace des soldats romains. "Comprendre" en anglais est une combinaison de "under : dessous" et "stand : debout". Si vous voulez comprendre quelqu'un rapidement, vous devez rester en dessous de lui. Comme la Sainte Mère, qui se tient silencieusement sous la croix, comprend la mort de Jésus plus profondément que quiconque. La bienheureuse Marie Poussepin avait aussi cette grande vertu de compréhension, c'est pourquoi elle a pu vivre sa vision. Elle a compris la douleur et l'agonie de son peuple. Et elle a fait tout ce qu'elle a vu, droit aux yeux de Dieu. Donc, si nous sommes sous les ordres de quelqu'un dans cette relation de vie, tous les liens seront démêlés. À une époque où les maladies infectieuses (Covid-19) battent leur plein, nous devons passer de petites familles à de grandes vies courageuses de compréhension globale des autres.

Après la mort de Jésus, l'ascension est l'achèvement de la résurrection. L'ascension de Jésus réunit le monde et le ciel, les cieux et la terre, et les rassemble. Il a été crucifié et enterré, et le troisième jour, le Seigneur ressuscité est monté au ciel et s'est assis à la droite du Père Tout-Puissant du Saint-Père. Vivons tous une vie de compréhension jusqu'au jour où nous monterons au ciel.

Réveil dans vie de la bienheureuse Marie PoussepinHee-Jin-koo (Theresa of Avila)Hee-Jin-koo (Theresa of Avila)

Prof. Hee-Jin-Koo (Theresa of Avila), (Corée du Sud).- Je vous félicite toutes sincèrement à l'occasion du 25e anniversaire de la béatification de la bienheureuse Marie Poussepin et de l'existence de la communauté des sœurs dominicaines de la Présentation en Corée.

25 ans en Corée n'est pas une courte période, grâce à l'engagement des sœurs et à leur présence dans la communauté, cela a été possible. Je remercie les sœurs qui ont accepté de venir en Corée, bien que vous diffusiez le charisme de la bienheureuse Marie Poussepin dans le monde entier, dans différentes parties des pays. Depuis quelques années, je suis en contact avec les sœurs et j'ai pu communiquer avec elles avec un intérêt profond et naturel. J'ai été fascinée par le charisme de la bienheureuse Marie Poussepin et j'ai commencé à explorer la vie de Marie Poussepin, à travers la mission que les sœurs accomplissent dans notre pays. J'ai appris à mieux connaître la Bienheureuse Marie Poussepin et comment elle a grandi à son époque, dans son milieu à la recherche de l’harmonie spirituelle. En lisant l'histoire de sa vie, j'ai grandi encore plus en sachant que Dieu lui avait donné des capacités spéciales.
 
Pour résumer quelques points de ma réflexion à travers le charisme de la Bienheureuse Marie Poussepin :
◎ Un don qui montre l'unité spirituelle par la pratique de la méditation.
◎ Exécuter les affaires d'organisation et d'administration avec des réponses créatives.
◎ Travailler dur sur l'éducation avec un cœur passionné pour améliorer notre vie.
◎ Un don de prévision pour l'Évangile.
◎ Une enseignant qui peut recueillir diverses opinions et les contempler avec espérance.
◎ Sa vie est profondément enracinée dans la spiritualité dominicaine.
◎ Des dons qui protègent la transparence et la tolérance.
◎ La passion pour les droits de l'homme et le bien-être social, en particulier pour les faibles et les pauvres.
 
Tout cela est dû à sa foi profonde en Dieu et à sa confiance. Tout cela m'a fait la respecter, parce qu'elle avait une foi équilibrée et une confiance en Dieu. J'ai lu dans son livre que, elle disait timidement, "l'amour brillant de Dieu", une entreprise qui poursuit une vie d'espérance, une foi passionnée et un charisme qui met l'amour en action.

Cela montre la nécessité d'un service dévoué dans la vie réelle, et sa vie elle-même est une évidence de son grand amour pour Dieu et les personnes. C'est pourquoi je pense qu'il est important que les activités des communautés du monde entier se poursuivent et soient pratiquées avec amour et dévouement. La foi solide de Marie Poussepin m'a aidé à construire une foi solide dans ma vie aussi, avec son charisme d'accepter et d'exécuter positivement l'appel à Dieu. En réfléchissant à la vie de la bienheureuse Marie Poussepin et en imitant sa vie, j'en ai appris davantage sur la vie de service. Bien que ce soit un petit service, j'offre la formation à la langue coréenne aux migrants, et les leçons d'instruments de musique aux sœurs comme preuve de mon amour et ma dévotion à la Bienheureuse Marie Poussepin. En partageant mes dons à travers la musique avec de jeunes étudiants et des patients dans des environnements difficiles. Je sens même que je travaille à communiquer avec Dieu, par l’harmonie spirituelle. Enfin, une fois de plus, je vous félicite tout sincèrement à l'occasion du 25e anniversaire de la béatification de la bienheureuse Marie Poussepin et aux sœurs de Corée pour leur service désintéressé envers notre peuple et nos enfants.