De l'Inde à Marie Poussepin: trois beaux textes

on 27 Juil, 2020
Affichages : 1620

Bangalore (L'Inde), 27/07/2020.- Trois beaux textes nous viennent de L'Inde, témoignage de l'amour qu'ils ont dans ce pays pour Marie Poussepin.

Annie, Art Walk Design Studio : « Bienheurese Marie Poussepin, un compagnon dans mon entreprise »AnnieAnnie

En grandissant autour du couvent dominicain de Bangalore, la bienheureuse Marie Poussepin n'était pas un visage inconnu pour moi. J'ai souvent regardé son portrait chaque fois que j'allais chez les sœurs pour acheter du lait. Je me souviens qu'un jour, j'ai demandé à Sœur Philo : "À qui appartient ce portrait ? Elle m'a répondu : "C'est la bienheureuse Marie Poussepin, notre fondatrice". Je ne savais pas qu'elle allait avoir un grand impact dans ma vie !

Les années sont passées, je me suis mariée et j'ai eu un petit garçon. J'ai créé ma propre entreprise. J'étais déterminée à faire un travail que j'aimais. J'ai mis mon cœur et mon âme dans mon petit projet. J'avais un plan établi, mais dans mon arrière pensé, j'avais l'impression de naviguer sur une mer démontée. Bien que je bénéficie du soutien moral de ma famille, j'ai commencé à sentir que j'avais besoin d'un compagnon qui connaissait mon travail pour m'aider à développer mon entreprise.

Un dimanche après la messe, alors que je sortais de la porte de l'église, Sœur Anula s'est approchée de moi et a placé dans ma main une image de la Bienheureuse Marie Poussepin. Elle m'a dit : "J'ai entendu dire que vous avez lancé une nouvelle entreprise, prenez cette prière de la Bienheureuse Marie Poussepin, c'est une femme d'affaires très prospère elle-même, elle vous guidera dans ce que vous faites". Ce n'était vraiment pas une coïncidence, mais un pur miracle, où j'ai ressenti complètement la présence de Dieu ; Il connaissait mon combat, Il savait ce que je pensais et Il savait que j'avais besoin d'un compagnon dans mon voyage d'affaires. Oui, Il m'a donné Marie Poussepin pour m'accompagner.

J'ai pris la prière avec moi et je l'ai posée sur la table de mon bureau. Chaque matin, je récitais la prière et je commençais ma journée de travail. Je n'ai pas vu de magie se produire immédiatement ou pendant la nuit. Mais j'ai vu mon entreprise grandir pas à pas. Elle a connu des hauts et des bas ; je n'ai peut-être pas atteint le stade de millionnaire ou même de femme entrepreneur bien connue (si c'est ce que la société définit comme une personne qui réussit), mais je suis capable de répondre à mes besoins et à ceux des besogneux. Je suis satisfaite d'être guidée par la foi, je suis guidée par la bienheureuse Marie Poussepin et elle fera le reste en se joignant à moi et à mes efforts.

Annie, Art Walk Design Studio. Mon adresse : No 15 "Marian Villa", 24th Cross, Kaggadasapura, C V Raman Nagar Post, Bangalore 560093.

Amali, aspirant : « Je suis prête pour Celui que mon âme aime »

AmaliAmali

Mon bien-aimé m'a vu de loin,
Il m'a trouvée belle pour lui,
Le sol était prêt dans le jardin de Marie Poussepin
Là, il m'a planté, sa petite Rose.

Il m'a placé sous la garde de Marie Poussepin,
Elle a arrosé cette petite plante qui lui appartient,
Par son enseignement et son « coaching »
Comme elle l'a fait pour ses jeunes de Sainville.

Elle me console quand je suis triste,
Elle m'apaise quand je suis blessée
Elle me chuchote à l'oreille que Jésus m'aime.
Je suis heureuse d'être ainsi aimée.

Elle me porte avec elle lorsqu'elle visite les pauvres
Me montre comment aider les personnes dans le besoin
Je suis heureuse de pouvoir être Son instrument.
Et j'ai dit : "Je suis prête avec votre aide."

Elle m'a montré les épines
O ! Oui, ils font partie de moi
J'étais si triste de les voir là-bas,
Ma mère me serrait contre elle et me chuchotait ;

« Vois les épines que Jésus portait sur sa tête ! »
La douleur qu'Il portait était pour sauver les pécheurs.
Puis j'ai regardé en moi,
Mon Dieu ! J'en ai tellement !

Marie Poussepin sourit et dit
Vous voyez, vous pouvez sauver de nombreux pécheurs,
Laissez-vous tailler par Lui,
Votre bien-aimé qui vous aime tant !

J'ai peur, je lui ai dit,
Ça va me faire mal, j'ai bronché
N'ayez pas peur, dit-elle
Car Il vous aime et je suis à vos côtés !

Amali (Aspirant).

Sr. Rose Mary: « Perturbe-moi ô Dieu ! »

 
Sr. Rose Mary Sr. Rose Mary

Perturbe moi ô Dieu, perturbe moi,
En cette période de pandémie
Comme Marie Poussepin a été dérangée
A la misère et à l'épidémie à Sainville.

Perturbe moi ô Dieu, perturbe moi,
Quand je suis complaisante
Devant les besoins des pauvres, des marginaux.
Marie Poussepin dit,
"Ils rendront des services corporels et spirituels aux pauvres malades."

Perturbe moi ô Dieu, perturbe moi,
Lorsque je suis satisfaite de mon confort et de mes commodités
Et ne m'occupe pas des sans-abri.
Marie Poussepin a partagé sa maison et son lit
Avec Marie Olivier qui était dans le besoin.

Perturbe moi ô Dieu, perturbe moi,
Quand je trouve mon "Dourdan" trop bon
Et je préfère rester sur place sans vouloir dépasser les frontières
Pour atteindre les cris de "Sainville".

Perturbe moi ô Dieu, perturbe moi,
Quand je suis indifférente aux préoccupations de ma sœur
Marie Poussepin déclare : "La vraie charité les mènera
A la cordialité, à la bienveillance... à la réconciliation parfaite".

Perturbe moi ô Dieu, perturbe moi,
Quand mes mots deviennent durs
Et ils peuvent créer des ravages dans ma communauté
Marie Poussepin insiste,
"La charité doit être l'âme de la communauté."

Perturbe moi ô Dieu, perturbe moi,
Quand je suis égoïste et que je garde pour moi
Les dons et les talents donnés par Dieu
Marie Poussepin a tout donné à la famille, à la communauté et aux pauvres.

Perturbe moi ô Dieu, perturbe moi,
Lorsque je suis satisfaite de l'effort minimum
Marie Poussepin conseille :
"...Les sœurs (doivent) ajouter la régularité dans leurs actions, la sainteté de vie,
La ferveur, la componction, le souci de faire toutes choses pour l'amour de Dieu".

Perturbe-moi, ô Dieu, perturbe-moi !
Sister Rose Mary Kadampattuparampil

 
Sr. Rose Mary Kadampattuparampil.